Connect with us

Actualité

John Numbi : danger public pour le pays

Published

on

 

Alors qu’ils étaient mandatés par le ministère de l’Urbanisme et Habitat pour superviser le déguerpissement dans la parcelle que continuait d’occuper illégalement le général John Numbi, en fuite, quelle n’a pas été la surprise des éléments de la police dépêchés sur le lieu de faire une découverte inédite ! La maison d’habitation était transformée en une véritable poudrière parce qu’abritait une cache d’armes de plusieurs marques dont les plus sophistiquées.

Des images de cette découverte inédite et rocambolesque dans une résidence privée d’un galonné des forces armées, actuellement recherché, ont fait le tour du monde. Les Congolais et tous ceux qui ont choisi la RDC comme leur seconde patrie, ont été stupéfaits de voir la parcelle qui servait d’habitation familiale se transformer en magasin d’armes.

Du coup, les analystes ont essayé de pousser loin leurs réflexions pour comprendre les raisons du comportement arrogant dont faisait montre l’occupant de ladite parcelle, actuellement recherché par la justice militaire. Le même comportement arrogant était également observé chez plusieurs acteurs politiques de l’ancien régime, qui agissaient sans égard à l’endroit du nouveau leadership.

*Sur quoi était basé leur arrogance ?*

Préparaient-ils un coup fourré contre le pouvoir légalement établi ?

Toutes ces questions taraudent les esprits au regard de cette découverte horrible qui n’est pas la première, parce que des armes avaient été aussi trouvées dans la résidence du même fugitif à Lubumbashi. Et le comportement dépourvu de courtoisie et élégance dont les sociétaires de l’ancien régime faisaient preuve, vient renforcer la conviction des analystes que quelque chose de peu catholique était en préparation contre le pouvoir établi.

Face à cette situation, qui n’est pas la première, puisque plusieurs autres surprises désagréables avaient été enregistrées à travers le pays, il y a nécessité et urgence de procéder à la fouille systématique de toutes les résidences privées qu’occupaient ou qu’occupent actuellement des personnes ayant joué un rôle clé dans les arcanes du pouvoir pendant le régime passé, aussi bien les militaires, policiers que les dignitaires civils.

C’est par-là qu’il faudrait également comprendre le pourquoi de la prolifération des armes dans la partie Est du territoire national, avec pour conséquence : la naissance des groupes armés qui sèment mort et désolation dans cette partie de la République dont deux provinces sont placées depuis le mois de mai sous l’état de siège.

En tout cas, les autorités devraient prendre la question très au sérieux et la traiter avec diligence. Car, la découverte faite dans les résidences de John Numbi à Lubumbashi et à Kinshasa invitent à la prudence maximale. Elle est en réalité l’arbre qui cache la forêt. La sûreté de l’État et la sécurité des Congolaises et Congolais en dépendent.

Dom/Le Phare


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Nord-Kivu/Ituri : Sama Lukonde relève les différents points saillants de sa mission de suivi et évaluation de l’état de siège

Published

on

By

 

 

Arrivé à la fin de sa tournée de suivi et évaluation de l’état de siège dans les provinces de l’Ituri et du Nord-Kivu, le Premier Ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a dressé, vendredi 23 septembre 2022, dans la soirée, avant de quitter Goma, le bilan de ses activités dans cette partie du territoire national, où il a été, non seulement pour évaluer la mise en œuvre de l’état de siège, mais aussi pour être aux côtés des familles endeuillées et celles déplacées à la suite des atrocités commises par les forces négatives, dont les ADF et les terroristes du M23 soutenus par le Rwanda.

Résumant sa mission officielle dans les deux provinces en état de siège, le Premier Ministre s’est exprimé en ces termes :

 

« Tout d’abord, je voudrais revenir sur l’annonce que j’ai faite lorsque je suis arrivé ici, à Goma, dans la province du Nord-Kivu. J’ai mentionné que nous étions là, à la suite de la demande de l’autorité suprême de venir faire une évaluation. Comme vous savez, la paix et la sécurité dans cette partie du pays, sont très chères à Son Excellence, Monsieur le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Nous avons entamé cette tournée depuis quelques jours, ici à l’Est de la République démocratique du Congo, en commençant par l’Ituri, où nous avons eu d’abord un Conseil de sécurité, puis des échanges avec toutes les forces vives. Cela nous a permis d’avoir un aperçu clair à ce niveau-là, des travaux qui doivent se faire surtout dans la sensibilisation, les discussions intracommunautaires, qui vont déboucher finalement sur des discussions intercommunautaires. Ça, c’est pour la province de l’Ituri. Et, le combat qui doit continuer à se faire en ce qui concerne les ADF, qui continuent à endeuiller nos populations ».

 

A Goma, tout comme à Bunia, cette tournée était l’occasion, pour le chef du gouvernement, de discuter aussi avec toutes les forces vives en vue d’avoir leur ressenti et mieux orienter l’action Gouvernementale pour le mieux-être de la population de ces terroirs.

 

 » Ici, dans la province du Nord-Kivu, comme nous l’avions fait aussi d’ailleurs dans l’Ituri, nous avons annoncé que nous venions pour d’abord, être aux côtés de ces familles qui sont endeuillées, être aux côtés de ces familles qui sont déplacées. Vous connaissez cette situation que nous avons dans le Rutshuru. A Bunagana, nous avons ces familles des déplacés, qui sont d’ailleurs rentrées par patriotisme et qui ont besoin de l’assistance humanitaire. Nous avons promis d’être vraiment à leurs côtés. Ensuite, nous avons eu aussi, ici, un Conseil de sécurité, où l’état de la province nous a été donné. C’était l’occasion aussi de discuter avec toutes les forces vives et avoir leur ressenti que cela puisse mieux orienter notre action. Donc, sur les points saillants, nous avons reçu cette revendication, qui avait été faite par rapport à la Monusco. Nous avons discuté avec les mouvements citoyens, avec la société civile. Nous avons fait appel à leur sens de responsabilité, en disant que la constitution garantit toute forme de revendication, mais la constitution garantit aussi le droit à la vie. Et que c’est important, pour nous, en tant qu’autorités, qui avons la responsabilité justement de la protection des biens et des personnes, que nous soyions toujours au fait en termes de responsabilité. Nous avons eu a déplorer récemment dans le cadre de ces revendications, demandant le retrait de la Monusco, à regretter, à déplorer des morts. Nous ne voulons plus voir cela arriver. Et donc, c’était vraiment une demande de responsabilité pour qu’on s’assure que nous épargnons des vies. Nous sommes déjà dans une situation sécuritaire difficile. Il faut concentrer nos forces là où nous avons véritablement ces forces négatives, cette agression que nous avons, qui est activée par le Rwanda. C’est là que nous devons mettre l’énergie. Ça, c’était l’un des premiers faits saillants qui a été dans nos échanges. Ensuite, nous avons échangé sur d’autres questions qui préoccupent la population, notamment la sécurité, le banditisme, et nous assurer qu’avec les autorités militaires, nous puissions adresser ces questions surtout autour des questions des tracasseries qui ont été mentionnées. Nous estimons que nous, en tant qu’autorités, nous devons suivre ce que la population nous dit et travailler dans le sens de lui garantir son bien-être. C’est une population, qui n’a que trop souffert. Et donc, nous sommes très sensibles aux messages qui nous sont donnés », a-t-il ajouté.

 

Sensible aux demandes de la population, le chef du gouvernement a instruit le gouverneur militaire du Nord-Kivu à trouver, de commun accord avec le Conseil provincial de sécurité, le moyen de lever le couvre-feu dans la ville de Goma.

 

 » Nous avons eu aussi cette demande qui a été faite particulièrement pour la ville de Goma, en ce qui concerne les restrictions en termes de déplacements. Et nous avons discuté avec le gouverneur militaire et donner une indication pour qu’il puisse très vite réunir le Conseil de sécurité et voir les modalités de lever le couvre-feu, tel que c’est vécu actuellement dans la ville de Bunia, tout en garantissant la sécurité des personnes. C’est un peu en résumé, ce qu’ont été nos échanges du point de vue des points saillants. Donc, c’est un travail qui va se faire et être annoncé très rapidement. Pour les autres questions purement sécuritaires et d’opérations militaires, nous réservons la primeur à Son Excellence Monsieur le Président de la République en termes de présentation du rapport, pour qu’il puisse nous donner des orientations. Nous sommes arrivés au terme de cette visite. Et nous remercions la province et tous ses fils et filles qui nous ont accueillis », a conclu le Premier Ministre Jean-Michel Sama Lukonde.

 

 

Cellule de communication de la Primature


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising