K-WA Advertising

Connect with us

Actualité

Bukanga-Lonzo: bientôt le procès public de Matata !

Published

on

 

Le procès de l’ancien Premier ministre, Augustin Matata Ponyo, dans son volet relatif au détournement présumé des fonds publics destinés au financement du Parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo, pourrait s’ouvrir dans les tout prochains jours, à la Cour Constitutionnelle. C’est ce qui ressort des dernières nouvelles, lesquelles font état de la clôture de l’instruction par le Procureur général près cette cour, et de son transfert à son juge naturel pour fixation.

Selon des informations en circulation dans les milieux judiciaires, le procès de celui qui arbore encore la casquette de sénateur et qui prétend jouir encore pleinement de ses immunités, au motif que leur levée par le bureau du Sénat ne concernait pas le dossier de Bukanga-Lonzo mais plutôt celui de l’indemnisation des opérateurs économiques victimes de la « Zairianisation » (nationalisation) intervenue en 1973, Matata Ponyo pourrait être appelé à la barre avant l’ouverture de la session ordinaire du Parlement, prévue le 15 septembre prochain.

On laisse entendre également que pour la bonne édification de l’opinion publique sur les tenants et aboutissants du sulfureux dossier de Bukanga-Lonzo, dans lequel l’Etat congolais avait englouti des millions de dollars américains dans le tonneau de Danaïdes, ce procès serait retransmis en direct, à la RTNC (Radio Télévision Nationale Congolaise), un peu à l’image de celui de Vital Kamerhe, l’ancien Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat, occupé aujourd’hui à purger une peine d’emprisonnement de 15 ans, dont une année déjà consommée. Il lui était également reproché au précité le détournement des deniers publics dans le programme de 100 jours du Chef de l’Etat relatif à la réhabilitation et la modernisation des infrastructures de base à travers le pays.

A l’instar de Vital Kamerhe aussi, l’ancien chef du gouvernement congolais entre 2012 et 2016 s’agite sans arrêt dans les médias comme dans les réseaux sociaux. Sa dernière ligne de défense se fonde à la fois sur la contestation de l’option du Procureur général près la Cour Constitutionnelle d’engager des poursuites judiciaires contre lui dans le dossier de Bukanga-Lonzo pour cause de non-levée, selon lui, de ses immunités parlementaires, mais aussi sur son état de santé préoccupant (empoisonnement), lequel exigerait son évacuation sanitaire d’urgence à l’étranger.

A en croire Matata Ponyo, les effets du poison auraient affaibli ses facultés physiques et mentales, au point qu’il lui serait difficile de se défendre devant cette haute Cour. A cet effet, ses avocats annoncent avoir déposé une requête en inconstitutionnalité contre la décision du Procureur général près la Cour constitutionnelle portant fixation de son dossier devant cette dernière juridiction.

Mais nombre d’observateurs pensent qu’Augustin Matata Ponyo, qui paraissait pétillant de santé lorsque la plénière du Sénat avait rejeté la requête du Procureur général près la Cour Constitutionnelle sollicitant la levée de ses immunités, use des manœuvres dilatoires pour échapper aux poursuites judiciaires.

L’on pense que s’il n’a rien à se reprocher, il devrait apporter les preuves de son innocence devant le prétoire.

Pour ce qui est de ses problèmes de santé, d’aucuns s’étonnent qu’il réclame à cor et à cri son transfert à l’étranger alors que s’il avait, pendant ses quatre années passées à la Primature, songé à doter le pays d’infrastructures hospitalières dignes de ce nom, sa prise en charge sanitaire ne poserait aucun problème.

A ceux qui soutiennent qu’il serait victime d’un procès politique, on répond que des proches du chef de l’Etat, dont Vital Kamerhe et Orly Ilunga, déjà condamnés, d’une part, et d’autre part, Eteni Longondo … sont également poursuivis en justice, au nom de la chasse aux antivaleurs.

Kimp/Le Phare

Actualité

Grave révélation du bandit Ben Wata à Kasumbalesa :”Certains policiers nous fournissent des armes pour opérer…”

Published

on

L’insécurité persiste à Kasumbalesa, malgré les efforts fournis par les autorités locales pour y mettre fin.

Dans la nuit de ce dimanche 15 à lundi 16 mai 2022, la police a réussi un gros coup de filet en mettant la main sur un jeune d’une vingtaine d’années.

“Ben Wata”, sous une pression accrue de la police et de la population, faits des révélations graves sur le réseau qui sème désolation chaque nuit dans cette partie du pays.

Au grand étonnement de tout le monde, il cite nommément certains éléments de la police bien connus du public, d’être à la base de l’insécurité en fournissant les armes aux jeunes.

” Pardon, aujourd’hui nous allons vous dire rien que la vérité. Personnellement, j’opère avec deux armes, qui me sont données par le policier SADAM et nous sommes un réseau des civils qui opèrent en complicités avec certains policiers de Kasumbalesa qui nous fournissent des armes”, déclare le présumé bandit Ben Wata.

La population réclame, après toutes ces révélations , l’arrestation des policiers en question pour une audience publique.

Joseph Malaba/Congoprofond.net

Continue Reading

K-WA Advertising