Connect with us

À la Une

Taxe ” RAM”: Mboso et l’Union Sacrée sauvent Kibassa, le FCC claque la porte !

Published

on

” Nous refusons d’assister à cette messe noire ! “. C’est par cette phrase que le député national PPRD, Didier Manara, a demandé à ses collègues du Front Commun pour le Congo( FCC) de vider la salle de plénière, ce mercredi 13 octobre 2021, soupçonnant le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, ainsi que la majorité de protéger le ministre des PT-NTIC, Augustin Kibassa, initiateur de la taxe RAM vomie par l’opinion publique nationale. Claquant la porte de l’Assemblée nationale, le FCC n’a pas laissé le temps au président de l’Assemblée nationale d’interroger ses collègues sur l’adoption ou non de la motion de défiance qu’elle avait initiée contre ledit ministre.

Malgré tout, les députés membres de l’Union Sacrée, restés dans la salle, ont accordé au ministre des PT-NTIC l’opportunité de répondre aux questions soulevées dans la motion d’interpellation de leur collègue, Claude Misare.

Prenant la parole, Augustin Kibassa a d’abord présenté ses vives excuses aux députés, puis expliquer la légalité et l’origine de la taxe RAM.

Quant à l’auteur de la motion, le député Claude Misare, élu d’Uvira, il a fait savoir son insatisfaction, puis martelé que malgré plusieurs reports non justifiés, le ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, n’a pas toujours convaincu la population victime et ne la convaincra jamais. ” Après le théâtre de la dernière plénière, si le ministre était sérieux, il allait déposer sa démission. Sur plus de 106 millions USD déjà réalisés par la RAM, combien a-t-il déjà versé à l’EPST pour soutenir la gratuité de l’enseignement ?”, s’est-il demandé.

En guise de conclusion, le député Misare a recommandé la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire pour vérifier la traçabilité des recettes réalisées par la RAM, d’établir les responsabilités et de déférer les responsables devant la justice. Il a demandé, par ailleurs, la restitution des crédits prélevés illégalement et la suppression pure et simple de la taxe RAM.

Enfin, Christophe Mboso Nkodiapwanga a demandé au gouvernement de tirer les enseignements utiles dans ce dossier de RAM face aux attentes de la population.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Tshisekedi-Kagame: Rencontre de “vérité” ce mercredi à Luanda !

Published

on

La situation sécuritaire à l’Est de la République démocratique du Congo sera au centre d’un mini -sommet tripartite convoqué ce mercredi 6 juillet 2022 à Luanda en Angola, rapporte la cellule de presse Présidentielle.

Initiée par le président Angolais Joâo Lourenco, cette réunion mettra en face le président Félix Tshisekedi et son homologue du Rwanda.

En froid depuis le regain de violences à l’Est de la RDC et l’appui avéré du Rwanda au M23, les deux chefs d’État ne se sont plus retrouvés en tête-à-tête.

C’est pour participer à cette rencontre voulue “de vérité” que le président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est arrivé depuis ce mardi 5 juillet en fin de journée à Luanda en Angola.

 

Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste-frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021.
Paul Kagame accueille Félix Tshisekedi au poste-frontière de Rubavu, au Rwanda, le 25 juin 2021

Les présidents congolais et rwandais se retrouveront donc à Luanda, en Angola, mercredi 6 juillet 2022, aux côtés du président angolais Joao Lourenço, désigné médiateur par l’Union africaine dans la crise qui oppose les deux pays. Depuis des mois, Kinshasa accuse Kigali de soutenir le groupe rebelle M23, en pleine résurgence dans l’est de la RDC. Un soutien nié par les Rwandais.

La rencontre devrait commencer par un face-à-face, à la mi-journée, entre Félix Tshisekedi et Paul Kagame, en présence du président angolais Joao Lourenço. S’ensuivra une bilatérale élargie avec les délégations des deux parties. Selon une bonne source, le président congolais arrivera avec des membres du ministère des Affaires étrangères, de l’armée, de l’immigration et des renseignements. Des équipes sont d’ailleurs déjà à Luanda depuis plusieurs jours pour préparer le terrain.

Clarification demandée

Selon un bon connaisseur du dossier, la partie congolaise exigera une chose : que le Rwanda clarifie ses liens avec le M23 et mette fin à son soutien. « Les preuves s’accumulent. Il faut que cela cesse et que Kigali tienne un langage de vérité », indique un représentant du Congo, rapporte RFI. Kinshasa affirme même avoir présenté des preuves au médiateur angolais.

Le président Joâo Lourenco a été désigné par l’Union Africaine comme médiateur, en vue de renouer le dialogue entre les deux parties et faire baisser la tension au sein de la sous-région.

Le président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo est accompagné du ministre des affaires étrangères Christophe Lutundula et de son mandataire spécial Serge Tshibangu.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising