Connect with us

Politique

RDC : Ngobila et l’ACP pour la réélection de Fatshi en 2023 !

Published

on

Autorité morale de l’Alliance des Congolais progressistes (ACP), Gentiny Ngobila Mbaka, gouverneur de la ville de Kinshasa, a fait savoir, le samedi 28 mai au stade des Martyrs à Kinshasa, qu’il va battre campagne pour la réélection de Félix Tshisekedi à la présidentielle de 2023. 

Devant des milliers de militants venus aussi bien de toutes les communes de la ville que des provinces du pays, voire de l’extérieur de la RD-Congo, Gentiny Ngobila a souligné que l’Alliance des Congolais progressistes est créé, entre autres, pour soutenir les actions du Président de la République qui, selon lui, «est en train de réaliser des prouesses dans plusieurs secteurs de la vie nationale, notamment pour avoir booster la croissance économique, le respect des droits humains, la sécurité ainsi que le retour de la RD-Congo dans le concert des nations».

«La décision de nous mettre ensemble au sein de L’ACP traduit notre volonté et notre détermination à assurer par notre vision et notre projet de société dans une perspective progressiste et nationaliste, l’émergence et le développement de notre pays, la RD-Congo. Notre engagement s’inscrit dans la vision de Patrice Lumumba, notre héros national dont le sang a coulé pour garantir l’unité de notre pays et notre indépendance. Notre engagement s’inscrit également dans le sens élevé du respect du bien public que notre premier président de la République, le patriarche Joseph Kasa-Vubu, son application et son orthodoxie dans la gestion des finances publiques. Notre engagement se fonde sur la résistance à l’ennemi auquel appartient la vie de Simon Kimbangu en tant que militant anticolonialiste. Notre engagement se focalise aussi dans la consolidation de l’unité nationale qui a marqué le règne de Maréchal Mobutu. Enfin, notre engagement rentre dans la logique de ne jamais trahir le Congo, cheval de bataille de Laurent-Désiré Kabila», a fait savoir Gentiny Ngobila, avant de renseigner que L’ACP se donne comme ambition de «faire de la RD-Congo un Etat fort, prospère et uni».

Et de poursuivre: «C’est dans ce cadre que notre parti se veut un parti de masse et non un parti bureaucratique sans assises sociologiques avérées pour faire entendre la voix des Congolaises et des Congolais à travers tous les coins du pays. L’ACP est un parti démocratique parce qu’il s’engage à mener un combat d’idées où la force de l’argument l’emporte sur l’argument de la force. Nous restons convaincus que seules les élections restent la voie loyale d’accession au pouvoir».

Peu avant de clore son meeting, Gentiny Ngobila, entouré des cadres du parti, a prononcé une motion de soutien à Félix Tshisekedi et à ses actions, jusqu’à lui offrir une majorité écrasante en 2023.

Pour marquer ce soutien, Gentiny Ngobila, vêtu de blanc, a fait voler un pigeon blanc, symbole de la paix et de la victoire. L’Alliance des Congolais progressistes a pris neuf mois pour son installation et l’enregistrement officiel de ses statuts, ce temps correspondant nettement à la durée nécessaire pour l’enfantement d’un nouveau-né.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Ituri : Un milicien Maï-Mai/Kyandenga se rend et révèle «qu’il ne reçevait rien !»

Published

on

By

 

Un élément, membre de la milice Maï-Maï/Kyandenga s’est rendu aux autorités, ce mardi 27 septembre 2022 à Biakato dans la chefferie de Babila Babombi, territoire de Mambasa, en province de l’Ituri.

Il s’agit du nommé Kambale Moïse, élément de ce mouvement supplétif d’ADF, qui s’est décidé de quitter la brousse après plus de 10 mois d’activité au sein de cette milice.

Ayant vécu des moments pénibles au maquis, Moïse Kambale dit avoir été enrôlé par force par cette milice après avoir été enlevé dans son champ.

« J’étais Maï-Mai. J’ai été kidnappé, après deux mois, ils nous ont dit d’aller attaquer Biakato. Ils m’ont remis une lance-pierre. Je ne savais pas combattre. Ils m’ont mis devant, et j’étais atteint par balle à la main. C’est comme ça que j’avais fui dans la brousse et décidé de me rendre », relate-t-il.

D’après ses témoignages, au-delà d’être nourri, «il ne recevait rien» comme prime ou motivation.

La société civile locale qui l’a accueilli avant de l’orienter auprès des autorités locales, salut le courage de ce milicien qui a décidé de quitter la brousse. Gilbert Kasereka, président de cette structure, invite à cette occasion d’autres miliciens à suivre l’exemple de Moise Kambale afin de participer aux efforts de pacification de la zone.

Il y a quelques semaines, les forces armées de la RDC annonçaient avoir mis la main sur Kyandenga, leader de cette milice qui opère entre l’Ituri et le Nord-Kivu. Ce dernier a été maîtrisé avec quelques uns de ces collaborateurs en ville de Butembo.

  1. Verite Johnson/CONGOPROFOND

There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising