Connect with us

Politique

RDC : Bahati Lukwebo fait entendre la voix de la RDC sur les questions liées au climat et à l’environnement au G20

Published

on

Le président de la chambre haute du parlement, Modeste Bahati Lukwebo, a été l’un des invités spéciaux à la Réunion des Parlements du G20 qui s’est tenue du 08 au 09 octobre 2021, à Rome en Italie.

Au cours de cette reunion, Modeste Bahati a fait entendre la voix de la République démocratique du Congo sur les questions liées au climat et à l’environnement, rapporte la cellule de communication du Sénat.

Outre les pays membres du G20, la RDC, le Pays Bas, l’Espagne, et Singapour ont aussi pris part à ces assises organisées par l’Union Interparlementaire, en collaboration avec le parlement italien, au titre d’invités spéciaux.

Les participants ont également évoqué les sujets relatifs à la pandémie de COVID 19 et à l’insécurité alimentaire.

Concernant la Covid-19 les présidents des parlements des 20 pays des grandes économies du monde et leurs invités, ont émis le vœu de voir « le progrès de la recherche médicale et les intenses campagnes de vaccination se traduire rapidement en succès plus large à l’échelle du monde pour un avenir meilleur » Dans leur déclaration finale, ils ont notamment «pris l’engagement de sensibiliser leurs gouvernements à continuer de travailler pour éradiquer la pauvreté dans le monde en vue de réduire les inégalités sociales».
Ces assises se sont tenues en prélude à la COP 26 qui aura lieu en novembre prochain à Glasgow, en Ecosse.
Modeste Bahati a mis à profit son séjour dans la capitale italienne pour échanger avec différentes personnalités du monde parlementaire, notamment, la présidente du sénat américain, Mme. Pelosi, le président de l’Union Interparlementaire, M. Pacheco, ainsi que le président du parlement Sud-Coréen. Le renforcement de la diplomatie parlementaire entre la RDC et leurs pays respectifs étaient au centre de leurs discussions.
Avec cette sortie réussie, le bureau dirigé par Modeste Bahati Lukwebo s’inscrit dans la vision du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Car, depuis l’avènement de ce bureau à la tête de cette prestigieuse institution, celle-ci ne cesse de s’ouvrir au monde.
Signalons que lors de sa campagne pour prendre le perchoir de la chambre haute, l’actuel président du sénat avait promis de faire de la diplomatie parlementaire son cheval de bataille, en mettant un accent particulier sur la diplomatie économique.
Une promesse qui se concrétise avec cette visibilité retrouvée par le sénat sur le plan international à travers la chambre des sages. Grâce à la diplomatie agissante de Modeste Bahati, le sénat de la RDC retrouve sa place sur le plan international.
La prochaine réunion de G 20 sera organisée par le parlement indonésien en 2022.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

Politique

RDC : les femmes politiques réclament 50% de participation aux processus électoraux

Published

on

Ce Vendredi 14 juin 2024, à Memling Hôtel, les femmes politiques, les activistes de la société civile et les personnes vivant avec handicap (PVH) ont réclamé leur droit de participation à 50% dans la sphère politique de République Démocratique du Congo.

Au cours d’un atelier organisé par Kinshasa NEWSLAB, avec la participation d’Internews et LePouvoirdesfemmes, ils ont abordé la question liée aux “Réformes du cadre légal”.

Les intervenants à cet échange étaient respectivement, Germain Kuna, professeur à l’UNIKIN, Grâce Lula du CAFCO, Dorcas Vualelo, activiste de la jeunesse féminine et Ferdinand Kapanga de la CENI.

Dans son allocution, Ferdinand Kapanga a brossé le système proportionnel à listes ouvertes, système électoral actuel, qui d’après lui, “bloque les quotas des femmes dans les processus électoraux“.

Il a invité les autorités compétentes à la réforme du système électoral en RDC, passant au système proportionnel à listes bloquées pour permettre aux femmes, jeunes et personnes vivant avec handicap d’avoir des sièges réservés.

De son côté, le professeur Germain Kuna a martelé sur la socialisation des jeunes filles aspirant à la politique afin de renforcer leur éducation. Ceci leur donnera aussi du respect et de la considération, car dit-il “53% de la société congolaise est composé des femmes“.

Grâce Lula du cadre permanent de concertation des femmes congolaise (CAFCO) et Dorcas Vualelo ont confié que “la constitution du pays et l’article 13 de la loi électorale donnent des opportunités aux femmes mais pas les hommes”

L’homme devrait supporter la femme auprès d’elle comme sa partenaire de travail“, a déclaré Grâce Lula.

Quant à Dorcas Vualelo, elle a proposé quelques pistes de solution, entre autres, changer les considérations culturelles (conceptions), inculquer aux enseignants la mentalité qu’il n’existe pas de disparité entre homme et femme et outiller financièrement la femme pour lui permettre une campagne électorale réussie.

Retenons que ces assises ont constitué de réunir les efforts visant à mettre la femme dans sa place méritée en terme de gestion de la République.

Exaucé Kaya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte