mbet

Connect with us

Economie

PPC Barnet SA lance l’application mobile PPC DiGiCiment pour revolutioner la distribution du ciment en RDC

Published

on

L’entreprise PPC Barnet SA a procédé, mercredi 10 novembre 2021, au lancement de son application mobile DIGICIMENT, la première plateforme digitale dans l’industrie du ciment. C’était au cours d’une cérémonie organisée à l’hotel Sultani situé dans la commune de la Gombe.

A cette occasion, le directeur général de PPC Barnet SA, Iqbal Omar, a présenté l’entreprise PPC Barnet SA qui existe en République Démocratique du Congo depuis 2017. Elle continue son expansion dans l’arrière-pays, notamment à Gemena, Kisangani, Zongo, Isiro, Ilebo, et Kikwit. Conscient du rôle que jouent les plateformes digitales actuellement dans le commerce en Afrique, depuis quelques années, PPC Barnet DRC a décidé de se lancer dans ce terrain.

Le ministre de l’Industrie, Julien Paluku, a pris la parole, à la suite du directeur général de PPC Barnet SA, pour féliciter cette entreprise qui s’inscrit dans le développement de la population congolaise à travers son expansion progressive. Il lui a assuré du soutien du gouvernement à travers son ministère de l’industrie.

Dans la foulée, le concepteur de la plateforme mobile, Willy Mbashe, a pris la parole pour présenter l’application digitale qui va révolutionner la distribution et la livraison du ciment dans notre pays.

Pour avoir l’application, il faudrait le télécharger sur Google play ou Apple store, installer l’application en indiquant vos informations, se connecter avec le numéro de téléphone, et confirmer son inscription en saisissant le code reçu via SMS.

Apres ces opérations, il faudrait ensuite s’enregistrer en donnant quelques informations de l’entreprise, créer différents points de vente, passer la commande sur le dépôt de son choix, le paiement peut se faire via cette application DIGICIMENT grâce à votre carte bancaire ou différents mobile money.

Notons que cette cérémonie a connu aussi la participation du conseiller du président de la République en matière du Numérique, Dominique Migisha, qui a évoqué le plan du numérique de la RDC.

Cette application mobile est le fruit du programme Black Panthère de la PPC Barnet.

Mukendi Kalonji David/CongoProfond.net


There is no ads to display, Please add some

Economie

Assemblées Annuelles de la BAD: Les Chefs d’États réunis à Accra autour d’un dialogue présidentiel

Published

on

En marge des Assemblées Annuelles de la Banque Africaine de Développement (BAD),qui se tiennent dans la capitale Accra et qui ont été ouvertes depuis le 22 mai dernier, un dialogue présidentiel a été organisé. Y prennent part, plusieurs chefs d’états parmi lesquels : le président du Ghana, hôte de ces assises; le président du Mozambique, FELLIPE NYUSI; la présidente de la Tanzanie, Mme Samia SULUHU HASSAN; le Vice-président de la République de la Côte d’Ivoire, MEYLIET KONE ainsi que le Premier ministre du Rwanda.

En effet, ce dialogue présidentiel était une opportunité pour ces chefs d’États de partager non seulement les défis actuels, les résultats des efforts acquises au niveau de chaque pays respectif et surtout leurs expériences en cette période post covid 19.

Appelée à intervenir en premier lors de ce panel qui a été animé par Victor OLODAKUM, Advisor du président de la Bad, le président NANA ADDO du Ghana a partagé l’expérience de son pays en rapport avec l’industrie de production du cacao dont il assure le leadership avec la Côte d’Ivoire. Il a estimé qu’il était plus que nécessaire que les agriculteurs reçoivent réellement ce qui leur reviennent.

A l’en croire, c’est un vrai problème majeur pour lequel des initiatives sont en train d’être mises en place par le gouvernement du Ghana et à la fois une nécessité pour mieux garantir à ces agriculteurs un certain niveau de vie en dépit du fait que la valeur ajoutée est créée à l’extérieur du pays.

De son côté, la présidente de la Tanzanie a expliqué que son pays avait connu plusieurs défis. Le premier, selon elle, était celui lié à la confiance car elle était la première femme à diriger en Tanzanie et surtout en pleine période de pandémie. Elle a déclaré que durant une année, elle a montré que le pouvoir des femmes peut faire changer les choses au niveau de la croissance économique, des problèmes liés à la fourniture de l’eau avec au moins 85% au niveau des zones urbaines et rurales, la construction de 350 centres de santé et équipements modernes, etc.
D’où, elle a remercié la Bad et d’autres organisations multilatérales pour leur appui financier qui lui a permis de relier son pays avec ses voisins en termes d’infrastructures aéroportuaires et au niveau de l’industrie.

Le président NYUSI du Mozambique, quant à lui, a expliqué que son pays est actuellement buté aux défis du changement climatique, le terrorisme et aussi celui de la transition énergétique, etc.

Et en ce qui concerne la dette, il a expliqué qu’il est possible de le faire de manière rationnelle, de s’investir plus dans la production et aussi au niveau du secteur privé. Et quant à la position de son pays par rapport au gaz, il a fait savoir que le monde doit donner du temps à l’Afrique pour jouir de ses richesses. Toutefois, il a tenu à marteler que cette situation de déséquilibre mérite d’être corrigée car les plus grands pays pollueurs du monde sont bien connus.

Le Vice-président MEYLIET KONE de la Cote d’Ivoire a déclaré que son pays était heureux d’accueillir cette institution à travers son rôle. Il a précisé que la BAD leur a permis de mieux renforcer les infrastructures, d’améliorer les systèmes d’adduction d’eau et le programme social du président Ouattara qui se focalise à améliorer l’environnement sanitaire, l’économie (transport, hôtellerie et secteurs sociaux), etc.

Le Premier ministre du Rwanda s’est dit favorable à l’idée d’emprunter auprès du FAD car elle permet aux pays de mettre en place des reformes et d’offrir une opportunité. Il a précisé que des mesures incitatives ont été mises en place pour appuyer au moins 90 projets qui vont non seulement créer des emplois au Rwanda, la mise en place des plans de production d’engrais au niveau local, des subventions aux jeunes et les produits post-récolte au niveau de la chaine de valeur.

Le Président Hassani ASSOUMANI du Comores, lors de ce panel par vidéo conférence, s’est appesanti sur le plan émergent du Comores et a aussi précisé que son pays reste ouvert aux partenariats bien qu’elle fait face aux problèmes liés aux changements climatiques.

Melba Muzola/CONGOPROFOND.NET depuis Accra


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising