Connect with us

À la Une

Massacres à #Yumbi: des autorités politico-administratives pointées du doigt

Published

on

 

La ministre des Droits Humains, Marie Ange Mushobekwa, a procédé, ce jeudi 23 mai 2019 au Salon Lubumbashi de l’hôtel Pullman à la présentation du rapport sur les violences ayant marqué le territoire de Yumbi du 16 au 17 décembre 2018. À cette occasion, elle a évoqué l’implication des autorités politico-administratives de Maï-Ndombe dans ce drame.

Marie Ange Mushobekwa a dans sa présentation rappelé que ce rapport a été produit à la suite d’une mission menée conjointement avec plusieurs ministères dont ceux des Droits humains, des Affaires étrangères, de la Justice, de la Solidarité et des Actions humanitaires.

« Ce document permettra d’établir des responsabilité et traduire en justice les coupables de ces massacres », a-t-elle soutenu face à la presse.

Par ailleurs, la commission Yumbi recommande le désarmement de toutes les deux communautés. Elle demande également que les auteurs de ces violences soient poursuivies. Elle suggère aussi que la justice soit dotée des moyens suffisants pour mener à bien les poursuites.

Répondant à la question de savoir, seriez-vous prête de répondre à une invitation de la justice même après son départ du ministère des Droits Humains, Marie-Ange Mushobekwa se dit prête de témoigner devant les instances judiciaires en faveur des victimes entendues dans le cadre de l’enquête.

Notons que la commission a, entre autres, entendu la veuve et le fils de l’administrateur du territoire de Yumbi qui était abattu durant les violences de décembre dernier entre les communautés Tende et Nunu.

Rappelons-le, Marie Ange Mushobekwa a fait savoir qu’une série des mesures ont été prises par le gouvernement sur le plan administratif et judiciaire.

 

Clément Muamba Mulembue/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising