Connect with us

À la Une

L’ONU félicite le gouvernement de la RDC pour ses déclarations publiques condamnant la diffusion des discours de haine en cours

Published

on

La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet et la Conseillère spéciale des Nations Unies pour la prévention du génocide, Alice Nderitu, ont exprimé aujourd’hui leur profonde inquiétude quant aux conséquences de la récente recrudescence des hostilités entre le groupe armé M23 et les forces armées de la République démocratique du Congo (RDC) sur la population locale dans l’est du pays. Les deux hautes fonctionnaires ont demandé la cessation immédiate de toutes les attaques contre les civils.

Le M23 a repris les hostilités contre les troupes de la RDC en novembre 2021. Depuis, de multiples escarmouches ont eu lieu avec les forces armées Congolaises dans la province du Nord-Kivu. Depuis mai 2022, au moins 23 civils ont été tués et 16 blessés, et de nombreux autres ont été déplacés de chez eux. Parmi eux, trois enfants ont été tués lorsque leur école a été bombardée par des combattants du M23.

“Nous appelons toutes les parties à respecter le droit international des droits de l’homme et le droit international humanitaire”, ont souligné Bachelet et Nderitu. “Nous demandons instamment au gouvernement de veiller à ce que les responsables des abus et des violations commis répondent de leurs actes.”

Bachelet et Nderitu ont également exprimé leurs inquiétudes quant aux récents développements à Bunagana, dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu, où des restrictions à la liberté de mouvement, ainsi que des pillages et saccages de bâtiments officiels, d’entreprises privées et des sièges des médias par des combattants du M23 ont été signalés.

Nous avons également constaté une augmentation des discours de haine et d’incitations à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence dans tout le pays – et plus particulièrement à l’encontre des membres des communautés parlant Kinyarwanda – le gouvernement de la RDC ayant accusé le Rwanda de soutenir le M23″, ont déclaré les responsables des Nations unies.

Les discours de haine alimentent le conflit en exacerbant la méfiance entre les communautés. Ils se concentrent sur des aspects qui avaient auparavant moins d’importance, incitent à un discours du type ‘nous contre eux’ et sape la cohésion sociale entre des communautés qui vivaient auparavant ensemble“, ont-elles ajouté.

À ce jour, l’ONU a recensé huit cas de discours de haine et d’incitation à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence. Ces discours de haine ont été diffusés, entre autres, par des personnalités de partis politiques, des leaders communautaires, des acteurs de la société civile et des membres de la diaspora congolaise.

L’utilisation des discours de haine et des incitations à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence est accrue pendant les périodes de hautes tensions politiques et de conflits armés “, ont déclaré les deux hautes responsables. “Les messages haineux augmentent le risque de violence, y compris les crimes d’atrocité visant des groupes spécifiques de personnes. L’utilisation de tels discours de haine doit être fermement condamnée et endiguée par les plus hautes autorités nationales.”

Les hautes fonctionnaires de l’ONU ont encouragé le Parlement à accélérer le processus de discussion et d’adoption de la proposition de loi sur “le racisme, la xénophobie et le tribalisme” afin de renforcer le cadre juridique pour prévenir et contrer les discours de haine.

Elles se sont félicités des déclarations publiques du gouvernement de la RDC condamnant la diffusion des discours de haine en cours et l’ont appelé à renforcer les mécanismes de prévention existants, y compris les comités nationaux et provinciaux de prévention du génocide, en adoptant un cadre juridique robuste pour leur existence, en nommant tous leurs membres et en fournissant les ressources nécessaires à leur fonctionnement, ainsi qu’à redoubler ses efforts en partenariat avec la MONUSCO pour lutter contre la violence intercommunautaire dans tout le pays.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Mines : Kibali aux commandes de la création de valeur durable

Published

on

 L’investissement de la mine d’or de Kibali en République Démocratique du Congo dépasse maintenant $4 milliards et a créé une économie régionale florissante dans une région reculée du pays grâce à des partenariats avec des entrepreneurs locaux bénéficiant d’un encadrement, à l’amélioration des communautés d’accueil et à la modernisation des infrastructures essentielles.

Lors d’un point de presse ce mardi 5 juillet, Mark Bristow, Président et Directeur Général de Barrick, a déclaré que Kibali n’était pas seulement la plus grande mine d’or d’Afrique, mais aussi un leader mondial en matière d’automatisation, d’initiatives de durabilité, d’énergie propre et de formation professionnelle.

« Grâce à la politique de Barrick en matière d’emploi et de promotion au niveau local, 94% de la main-d’œuvre de Kibali, y compris sa direction, sont des ressortissants congolais. Aujourd’hui, Barrick fait également la promotion de l’emploi des femmes dans l’industrie minière, traditionnellement dominée par les hommes, grâce à des campagnes de recrutement ciblées et à des programmes de développement conçus pour les préparer à des carrières enrichissantes à tous les niveaux de l’organisation, », a-t-il ajouté.

Kibali est en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production pour l’année et a de nouveau enregistré un trimestre sans accident avec perte de poste. Ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale atténuent l’impact de la hausse des prix du carburant et réduisent considérablement l’empreinte carbone de la mine. Selon Bristow, les centrales ont été construites bien avant que le changement climatique ne devienne une question prioritaire, ce qui démontre l’engagement de longue date de Barrick en faveur de la durabilité dans toutes ses activités.

Les réserves d’or de Kibali ont augmenté, remplaçant les quantités exploitées durant les trois dernières années, et le forage de conversion en cours devrait poursuivre cette tendance, malgré une production supérieure à 5.7Moz d’or à ce jour1. L’exploration en cours offre de nouvelles opportunités de croissance avec un potentiel d’accroissement de la base des ressources minérales au-delà de l’étude de faisabilité initiale.

Les projets locaux de durabilité comprennent la construction d’une ferme aquaponique de classe mondiale et celle d’un centre de formation professionnelle et technique pour promouvoir le renforcement des capacités au sein de la communauté. Suite à son approbation par le gouvernement, la mise en œuvre du mécanisme de cahier des charges a pu commencer. Il s’ajoutera à l’engagement actuel d’investir 0.3% du chiffre d’affaires dans des projets communautaires identifiés en consultation avec les comités de développement communautaire de la mine.

Kibali continue également à investir dans l’avenir de la biodiversité africaine en soutenant le parc national de la Garamba, qui a vu une augmentation substantielle de la population de girafes et la quasi-élimination du braconnage des éléphants. Elle parraine également un projet de réintroduction du rhinocéros blanc dans le parc, ce qui est essentiel dans la campagne à long terme de protection de cette espèce menacée.

« Le parcours de Kibali a créé une valeur énorme pour toutes ses parties prenantes et constitue un exemple remarquable de ce que les partenariats mutuellement bénéfiques peuvent accomplir. Sa grande réserve en or signifie qu’elle a un long avenir devant elle en tant que moteur de la croissance économique et du développement communautaire, » a déclaré Bristow.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising