Connect with us

À la Une

Les députés nationaux du Haut-Katanga à la SNCC pour échanger sur les difficultés de cette entreprise 

Published

on

Les députés nationaux du Haut-Katanga sont descendus, ce jeudi 20 février 2020 en début d’après-midi, à la direction générale de la Société Nationale des Chemins de fer du Congo (SNCC) à Lubumbashi, rapporte échos du Congo.

 

C’était sur l’initiative du député national KAHOZI BIN MALISAWA de la circonscription de Lubumbashi dans le cadre des vacances parlementaires.

 

 

Reçus par le Directeur général ad intérim de cette entreprise, KASHOTA MUTOMBO, et les chefs de départements qui constituent la gestion de la SNCC, leur entretien a tourné principalement autour des problèmes que connaît cette entreprise.

 

“Nous avons échangé sur les problèmes lies au fonctionnement de cette entreprise et des pistes de solutions pour que la SNCC ayant le monopole de la voie ferroviaire en République Démocratique du Congo et qui traverse des provinces et des provinces puisse reprendre son rendement normal”, a déclaré le député national MPANGA WA LUKALABA, sur ÉCHOS DU CONGO, au sortir de la rencontre.

 

Pour ce député, la reprise de la production souhaitée pour la SNCC sera un motif de joie pour toute la population vivant en République démocratique du Congo.

 

Ces députés ont promis d’amener les desiderata de cette entreprise à qui de droit. Et ce, en vue du redressement de la SNCC, un des fleurons de la RDC.

 

Ces députés attendent, par cette visite, manifester la dextérité de leurs actions en tant que mandatés du peuple et surtout de leur disponibilité en vue d’accomplir le pourquoi ils ont été élus.

 

Hormis le député KAHOZI BIN MALISAWA, voici les députés qui ont fait partie de cette délégation: Floribert KONZI LUVUNGU, Émile MWAMBA MUKENGE, Diane KAYUMBA et MPANGA WA LUKALABA.

 

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Stanis Bujakera sur TV5 : “La surpopulation à la prison de Makala conduit à des fréquents décès par étouffement…”

Published

on

Le journaliste Stanis Bujakera, ancien détenu de la prison centrale de Makala en République démocratique du Congo, a dénoncé ce week-end les conditions “inhumaines” que subissent les personnes incarcérées dans cette maison pénitentiaire.

Invité du journal sur TV5 Monde, le correspondant de “Jeune-Afrique” a brandi des images inédites, filmées durant son séjour dans la prison. Ces vidéos montrent le calvaire de ces misérables prisonniers.

Il affirme que les prisonniers de Makala mangent un repas de moins consistant, une seule fois par jour. Et que plusieurs cas de décès son enregistrés à cause notamment de l’étouffement.

Nous avons d’abord l’hébergement qui est marqué par la surpopulation qui conduit à des fréquents décès notamment. Il y a des maladies diverses, les prisonniers qui dorment perchés sur les latrines, maigre repas de très mauvaise qualité servi une seule fois par jour entre 17h et 18h“, a révélé Stanis Bujakera Tshamala.

Aussi, fait-il savoir, la cuisine y est faite avec des bois pour nourrir 15.000 personnes et que l’eau ne coule pas aux robinets à la prison centrale de Makala.

l’eau qui y est fournie, c’est grâce aux dons. Les latrines sont hors-service ou inutilisables par manque d’eau et vous avez des pavillons qui disposent de 2, 3 ou 4 toilettes pour des centaines de personnes“, dit-il.

En réaction, le ministre congolais de la Justice, Constant Mutamba a indiqué que le processus de désengorgement des prisons a été déjà entamé en RDC. Le ministre Mutamba affirme que les prisonniers mangent environ 3 fois le jour.

Construite pour une capacité d’accueil de 1500 personnes, la prison de Makala, à Kinshasa compte plus de 15.000 détenus à ce jour, selon le journaliste Bujakera.

Willy Theway Kambulu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte