Connect with us

Actualité

RDC : le gouverneur Zoé Kabila a acheté 2 propriétés en Afrique du Sud d’une valeur de 600.000 USD (Mail&Guardian)

Published

on

Zoé Kabila, le frère de l’ancien président de la République démocratique du Congo, Joseph Kabila, a acheté deux propriétés à Sandton et Bryanston pour 9 millions de rands, soit 600.000 USD.

 

Ces acquisitions sont intervenues moins d’un an avant que Kabila ne démissionne de son poste de président, rapporte le journal sud africain Mail & Guardian.

 

Ce journal note qu’une foule d’anciens dirigeants politiques africains et leurs familles cachent également leur argent sur le marché immobilier sud-africain.

Le statut du pays en tant que plaque tournante financière la plus sophistiquée d’Afrique et son faible taux de poursuites permettent aux personnes politiquement exposées de cacher de grandes sommes d’argent dans des biens immobiliers.

 

Il cite notamment parmi les acquéreurs: la famille de Vito Palazzolo, un financier notoire qui aurait travaillé pour la mafia italienne qui possède une propriété située dans le contexte de la chaîne de montagnes à couper le souffle de Franschhoek, le domaine viticole historique de La Terra De Luc.

Il y a aussi les enfants de l’ancien président du Mozambique, Armando Guebuza, qui ont acheté des propriétés à Dainfern, dans le nord de Johannesburg et à Kyalami Estate, pour une valeur combinée de 50 millions de rands. Les propriétés ont été achetées en même temps que des pots-de-vin ont été reçus par le gouvernement de Guebuza, selon des documents judiciaires américains.

Il existe plusieurs mécanismes, y compris les achats au comptant importants, le recours à des tiers (tels que les sociétés offshore et les sociétés fictives) et l’achat ou la vente de propriétés à des valeurs sensiblement différentes des prix du marché, qui pourraient permettre aux gens de profiter du marché immobilier sud-africain.

Les baux artificiels pourraient également permettre le blanchiment de fonds illicites.

Investir de l’argent illégal dans des propriétés, qu’elles soient résidentielles ou commerciales, cache l’origine des fonds et sert de point d’entrée sur les marchés légaux, indique le journal.

Si les propriétés sont vendues, louées ou transférées, en particulier si elles appartiennent à des sociétés plutôt qu’à des particuliers, ces bénéfices sont «légalisés».

Le blanchiment d’argent en utilisant la propriété comme véhicule gonfle artificiellement le prix des maisons. Cela rend certaines régions trop chères pour que les Sud-Africains achètent des maisons. Il fausse également les valeurs marchandes et enlève de l’espace aux citoyens et des initiatives de logement abordable au profit de projets qui profitent aux particuliers fortunés.

Ainsi, ce journal appelle le gouvernement sud-africain à nettoyer le secteur immobilier.

Elle devrait garantir que les ventes de propriétés impliquant des transactions en espèces soient étroitement surveillées.

Il devrait également redoubler d’efforts pour nommer publiquement les bénéficiaires effectifs lorsque des propriétés ont été achetées ou vendues par l’intermédiaire de sociétés.

Les comptes offshore, les entreprises et les intermédiaires devraient être soumis à une diligence raisonnable renforcée de la part des institutions financières et des sociétés immobilières.

Lorsque des personnes politiquement exposées sont impliquées dans la vente d’une propriété, des rapports suspects doivent être déposés par des agences dont le revenu est largement dépassé par la valeur de la propriété.

Les ventes privées doivent être étroitement surveillées, en particulier lorsque des propriétés sont vendues ou achetées à des prix contraires à leur valeur marchande.

Des commissions massives permettent aux agences immobilières de tourner leur regard dans une direction différente, donnant la possibilité de devenir des partenaires dans le crime.

« Si la loi interdisait aux sociétés immobilières d’accepter de l’argent provenant de paradis fiscaux ou de tiers, les kleptocrates africains ne seraient pas en mesure de dissimuler leurs gains mal acquis en Afrique du Sud, » conclu Mail & Guardian.

 

 

 

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Actualité

Maï-Ndombe : La division provinciale de la santé dotée de deux ambulances grâce au lobing du député national Anicet Babanga !

Published

on

By

 

Le ministre national de la santé, Hygiène et prévention, a procédé en début de cette semaine, à la remise officielle des ambulances à quelques divisions provinciales de la santé, à travers le pays.

C’est au total 10 provinces qui ont bénéficié de ces angins roulants, parmi lesquelles figure la division provinciale de la santé de la province du Maï-Ndombe, qui vient d’être dotée de deux ambulances.

En provenance de Lubumbashi où il est allé participer à un atelier de formation, le chef de Division provinciale de la santé du Maï-Ndombe, le docteur Bekonda, a fait savoir à la rédaction de CONGOPROFOND. NET que :  » la division provinciale de la santé du Maï-Ndombe a été dotée de deux ambulances.
Cette dotation a été réalisée grâce à l’esprit managérial du député national Anicet Babanga, qui a tout fait pour que le Maï-Ndombe gagne ces véhicules « .

A la question de savoir si ces deux ambulances seront toutes deux réservées à la ville d’inongo, il répond :  »
Cela dépend de l’autorité provinciale qui va faire la distribution, mais je pense que deux ambulances pour la ville d’inongo seule, c’est trop « .

 » Il faut qu’une autre soit envoyée dans d’autres territoires « , a-t-il souligné.

De son côté, le député Anicet Babanga se dit satisfait de l’obtention de ces véhicules.

« Ce n’était pas facile pour moi de gagner ces matériels roulants, au profit de notre province.
J’ai fait des tours et des tours au Ministère de la santé, afin que nous poussions récupérer ces véhicules. Avec les stratégies que nous avions mises en place, voilà aujourd’hui ces ambulances seront envoyées à destination de notre province « , a-t-il déclaré.

Et d’ajouter :  » Comme j’avais dit lors de mon passage à Inongo, au mois de mars dernier, la ville d’inongo sera bénéficiaire d’une ambulance, c’est la chose qui est faite.
Pour moi, la façon dont la population transportait les corps sans vie aux épaules, me faisait pitié vraiment. C’est la raison de mes démarches sur les deux ambulances nous octroyées. L’une sera réservée pour la ville d’inongo. D’ailleurs, j’assisterai à la cérémonie de la remise de ce matériel roulant au médecin directeur « .

Les démarches sont en cours pour que ces engins roulants puissent arriver à Inongo dans un futur proche, soit avant le mois de décembre, nous renseigne la même source.

Armand Minimio depuis Inongo/CONGOPROFOND.NET.


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising