Connect with us

À la Une

Devoir de mémoire : Est-ce que Moïse Katumbi a une once d’humanité pour être invité dans une conférence des droits humains en RDC ?

Published

on

7 ans après, cette tribune reste d’actualité car je suis l’homme par qui l’annulation de cette conférence est arrivée. (Il faut noter que cette tribune a été publiée pour la première fois au mois de juin avant le 30 juin 2016 sur mon compte Facebook). Je dédie cette tribune à mon cher aîné, le défunt Mars Kadiombo Yamba Bilonda qui était un grand artiste comédien, dramaturge, scénariste et réalisateur Kongolais.

Il serait mort mystérieusement pour avoir dit des vérités sur Katumbi Moïse.

Nous remercions l’ACP Asbl (l’Association Cultures & Progrès)
en partenariat avec la radio M’Boté d’avoir eu cette bonne initiative d’organiser une GRANDE CONFÉRENCE AU PARLEMENT EUROPÉEN sur «la situation des droits humains en RDC»; car elle est vraiment catastrophique.

Joseph Kabila doit dire comme le président djiboutien l’a déclaré : “Les droits de l’homme ne nous intéresse pas” fin de citation. Au lieu de faire semblant.

Pour commencer, nous définissons d’abord ce que nous comprenons par “droits humains”: “Les droits humains sont les facultés, libertés et revendications inhérentes à chaque personne au seul motif de sa condition humaine. Cela veut dire qu’il s’agit de droits inaltérables […] peu importe la nationalité, l’origine éthique, la religion, la couleur ou le lieu de résidence de l’individu. De même les droits humains sont irrévocables, intransigeants et irréfutables. Même lorsqu’ils sont protégés par la plupart des législations internationales, les droits humains représentent une base morale et éthique que la société considère nécessaire de respecter pour protéger la dignité des personnes.”

Raison pour laquelle nous nous posons la question de savoir pourquoi le choix de l’ACP ASBL (l’Association Cultures & Progrès) est tombé sur la personne de “KATUMBI MOÏSE”?

Le nom de ce monsieur ne mérite pas d’être associé aux droits humains : Nous l’allons montrer tout à l’heure.

Nous allons soulever quelques points majeurs pour justement démonter que Katumbi Moïse est tout sauf un humaniste :

– Pour faire pression sur le feu président Mzee Laurent Désiré Kabila, il a fait souffrir des milliers de travailleurs de la GÉCAMINES, ça veut dire des milliers de familles avec leurs suites, en faisant bloquer les camions des minerais de ladite société en Zambie. Donc, il a sacrifié toutes ces personnes pour son intérêt égoïste…(je vous épargne le dossier vente d’armes)

– En devenant, le tout puissant gouverneur du Grand Katanga, il a arraché le contrat entre la GCM et la SNCC. En arrachant ce contrat qui date de l’époque coloniale, il va semer la désolation au sein de cette société d’État. La SNCC fut le transporteur exclusif pour ne pas dire numéro un de la GCM., et c’est sa société privée dénommée “HAKUNA MATATA”, qui va prendre la place de la SNCC.

Ceci va provoquer :

* le manque des recettes par la perte du gros contrat,
* le manque des payements des agents,
* le manque des payements des pensions des agents retraités,
* le manque des produits pharmaceutiques dans les hôpitaux de la SNCC, qui a fait augmenter le taux de mortalité des agents.

Cela fera en sorte que plusieurs agents mourront sans même percevoir leurs indemnités des pensions. Donc à l’heure où nous rédigeons cette tribune, il y a plus de 100 mois d’arrièrés de salaire à la SNCC.
Tout ça, parce qu’il y a un certain Katumbi Moïse qui a jugé bon de s’enrichir au détriment des autres… donc des Katangais !

– La démolition des habitations des pauvres villageois, du village “KASANGIRI”, pour s’accaparer de leurs concessions, au profit d’une société chinoise. Et c’est la brigade de démolition de la mairie de Lubumbashi qui va s’occuper de cette sale besogne et c’est à 4h du matin au moment où des familles entières dormaient paisiblement.

Où est l’humanisme ?

– Participer au trafic illicite d’uranium c’est détruire l’humanité, n’est-ce pas?
Mais Katumbi Moïse a été cité dans plusieurs rapports concernant le trafic d’uranium au Katanga.

Et pour terminer, je vais corroborer ce point par les propos du prophète Joseph Mukungubila qui est l’un des rescapés du carnage, qui a eu lieu dans sa résidence, sise Chuma au quartier Golf-Kabulameshi à Lubumbashi un certain 30 décembre 2013:

“Je dis par exemple, l’ex-gouverneur du Katanga n’a pas su défendre sa population en date du 30 décembre 2013. Par contre il a pleinement et activement participé aux massacres de mes disciples et de mes partisans, allant jusqu’à proposer à la population de les dénoncer et qu’il leur donnerait 500$ par tête”. Fin de citation. (Extrait de son discours commémoratif du 30 décembre 2015).

Nous disons ceci aux organisateurs, le fait qu’un homme comme celui-là soit invité à une telle conférence qui est importante, affaiblit et discrédite cette grande association.

Nous exhortons l’ACP ASBL de pouvoir trouver une autre personne à la place de Katumbi Moïse. Car sa présence dans cette conférence sera une insulté au peuple Kongolais en ce grand jour de son 56ème anniversaire de l’indépendance.

Par cette même occasion je demande à Mr Muyambo Kyasa Jean-Claude de porter plainte contre Katumbi Moise qui est un citoyen zambien car il a toutes les preuves de sa nationalité zambienne.

Je profite aussi pour demander à Katumbi Moïse de nous montrer la photo de sa mère biologique.

À bon entendeur salut!

L’Activiste, Penseur et Notable de Madimba;
Mingiedi Mbala N’zeteke Charlie Jephthé.


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Campagne 2023: Analyse du comportement controversé de la RTNC et le silence du CSAC en période électorale

Published

on

En période électorale en République démocratique du Congo (RDC), la diffusion impartiale de l’information est cruciale pour garantir l’équité entre les candidats. Cependant, des préoccupations ont été soulevées quant au comportement de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC) et au silence de la Commission de surveillance de l’audiovisuel et de la communication (CSAC). Cet article examine objectivement ces préoccupations et met en lumière les implications sur l’impartialité des institutions et le favoritisme présumé en faveur d’un candidat, en l’occurrence Félix Tshisekedi.

Le rôle de la RTNC en période électorale

La RTNC est la principale chaîne de télévision suivie dans toute la RDC, et en période électorale, son rôle est crucial pour assurer une couverture équitable des candidats. Cependant, des allégations ont été formulées selon lesquelles la RTNC aurait accordé un traitement de faveur au candidat Félix Tshisekedi, en lui permettant d’apparaître en direct, tandis que ses concurrents n’auraient pas bénéficié de la même opportunité. Ces allégations soulèvent des inquiétudes légitimes quant à l’impartialité de la chaîne et son respect des principes démocratiques.

Le silence du CSAC

La Commission de surveillance de l’audiovisuel et de la communication (CSAC) est l’organe chargé de veiller au respect des normes éthiques dans le secteur de l’audiovisuel en RDC. Cependant, le silence abasourdissant de la CSAC face aux allégations concernant le comportement de la RTNC en période électorale est préoccupant. La CSAC a la responsabilité de garantir l’équité et l’impartialité dans la couverture médiatique des élections, et son silence remet en question son rôle et son indépendance.

Implications sur l’impartialité des institutions

Les faits rapportés concernant le comportement controversé de la RTNC et le silence de la CSAC soulèvent des préoccupations plus larges quant à l’impartialité des institutions en RDC. Dans une démocratie fonctionnelle, il est essentiel que les médias publics agissent de manière impartiale et fournissent une couverture équitable à tous les candidats. De même, les organes de régulation doivent faire preuve d’indépendance et d’intégrité pour garantir des élections libres et équitables.

Le comportement controversé de la RTNC en période électorale et le silence de la CSAC face à ces allégations jettent une lumière inquiétante sur l’impartialité des institutions congolaises. La diffusion équitable de l’information et la garantie d’élections libres et équitables sont des éléments essentiels pour renforcer la démocratie en RDC. Il est impératif que des mesures soient prises pour enquêter sur ces allégations, garantir l’impartialité des médias publics et renforcer l’indépendance des organes de régulation. Seule une véritable transparence et un engagement en faveur de l’intégrité permettront de rétablir la confiance du public dans ces institutions clés.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising