Connect with us

À la Une

TRIBUNE: La terrible souffrance du président de la République Démocratique du Congo F. A. Tshisekedi Tshilombo( par Henry MUTOMBO MIKENYI Personnalité politique, Ecrivain et Chercheur en Fiscalité)

Published

on

Le lendemain de sa prestation de serment en tant que cinquième président de la troisième République de la République Démocratique du Congo, le 24 janvier de l’année en cours, l’actuel chef de l’Etat avait conscience du défi à relever pour remettre son pays sur le rail. L’homme qui est la richesse incontournable pour le développement réel d’une communauté, au Congo, il a été intentionnellement paupérisé, réduit à une simple expression pendant près d’un demi-siècle par l’instauration d’une politique tournée vers la jouissance, l’impunité, la corruption et toutes sortes d’antivaleurs enracinées dans l’insouciance cognitive de la détresse populaire. Nous nous souviendrons, de la déclaration assourdissante de son prédécesseur qui reconnaissait avoir échoué à transformer l’homme congolais, fin de citation. A partir de ce moment, nous pouvons épingler la souffrance du fils du Feu Etienne TSHISEKEDI WA MULUMBA d’heureuse mémoire, devenu président de la République Démocratique du Congo. Hier il combattait la dictature, afin d’ouvrir la voie à l’avènement d’un Etat de droit, où la démocratie par les textes légaux, fixe les règles de la bonne gouvernance, gage de la stabilité et de l’ouverture du pays au concert des nations, source de notre dignité et socle de la consolidation de notre souveraineté en tant que peuple. Aujourd’hui il est appelé à achever ce chantier de la transformation du congolais, qui apprécie la canicule qui tue ailleurs et n’aime pas le soleil à 30° qui sèche les différentes saletés qu’il met dans les caniveaux de la ville, polluant ainsi son propre espace vital. Ce nouveau chef de l’Etat à qui nous reconnaissons la qualité et la capacité du transformateur aguerri, connait son JOB DESCRIPTION, il doit cependant trouver des voies et moyens pour résorber les questions relatives au bien-être de ses compatriotes, c’est la mission qu’il s’est confiée devant Dieu et la nation. Les congolais sont témoins de la bataille engagée par lui pour rencontrer leurs préoccupations en lien avec leur survie quotidienne. Comme un père il s’est engagé à matérialiser la gratuité de l’enseignement de base, consacré par notre constitution, qu’il a juré de respecter. Cette audace républicaine prouve de bon arbre, qu’il tient à sortir un plus grand nombre d’enfants du pays de l’analphabétisme en vue de leur donner de l’autonomie intellectuelle pour construire leur propre jugement sur leur avenir, mettre ainsi fin à l’éducation protocolaire et procurationnelle. S’adressant aux congolais, à l’Afrique et au monde entier, lors du dernier sommet des Nations Unies, le Chef de l’Etat congolais rassure qu’il est le seul interlocuteur valable et crédible au sommet de l’une de plus grandes nations au monde. La diplomatie d’affaire qu’il a initiée et exécutée au cours sa tournée Euro-américaine est la preuve suffisante qu’il ne veut plus voir les congolais continuer à végéter sous la férule de la pauvreté dans un pays excessivement riche, aussi promet-il que notre sol prendra sa revanche sur notre sous-sol. Les congolais l’ont constaté, par l’expression nettement humaine de sa personnalité, le Président Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO ne poursuit pas la domination sur les autres tel un tyran à la recherche des pouvoirs absolus, dépassant les limites des prérogatives constitutionnelles dans le but d’imposer, comme autres fois la pensée unique, bien au contraire, cet homme engendré politiquement dans la douleur d’enfantement de la démocratie réelle, est un parangon du pacifisme panafricain. Au lieu de dominer, il se bat pour mobiliser les filles et fils de son pays pour qu’ensemble nous puissions refonder la nation congolaise, suivant le rêve des pères fondateurs. Quand le coq chante pour réveiller l’aurore, il n’est pas réveillé par les chants de gallinacé, par contre, apprend-on, préoccupé par les multiples difficultés que traverse son peuple, cette souffrance l’empêche de quitter sa table de travail, où il peaufine jusqu’aux petites heures du matin, des stratégies objectives et efficaces qui convergent avec l’espoir des congolais. Face à cette prise de conscience de l’autorité suprême de la République, l’indifférence de ses compatriotes étonnera davantage d’autres peuples qui veulent l’avoir pour eux.

Henry MUTOMBO MIKENYI
Personnalité politique, Ecrivain et Chercheur en Fiscalité

%d blogueurs aiment cette page :