mbet

Connect with us

Actualité

Tribune : La Femme est-elle un Homme économique comme les autres ? ( Par Poupette Smart Mputu, étudiante en Droit)

Published

on

Les femmes considérées comme des êtres humains à part entière, que comme des travailleurs gratuits dans le foyer, qui en plus de ne recevoir aucun salaire, doivent se taire. Rien ne prouve à priori que l’égalité de sexes soit efficace ni qu’elle ait des effets indirects positifs sur le développement économique…

LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ AFRICAINE

« Les femmes africaines luttent depuis des décennies pour construire leur identité et faire connaître leurs droits, pourtant elles se voient encore parfois dénier le statut de féministe ».

Le féministe africain n’a attendu personne et il est même possible qu’il ait été en vigueur parmi les femmes africaines avant même qu’il existe un terme pour le définir. Car de tout temps et partout, il a existé des êtres luttant contre le sexisme et le patriarcat qui leur était imposé. Certaines femmes ne tolèrent donc pas les inégalités existantes, en particulier dans la sphère intime et familiale. Les rôles de la femme dans la société africaine a traversé les siècles sans subir des modifications significatives: au sexe dit « faible » la tenue de la maison, l’éducation des enfants, pourvoyeuse de nourriture dans le ménage. Les femmes assurent le même service dans les lieux de passage et de concentration de la population humaine. Nourrir les siens est une activité de toute une vie accomplie par les femmes. Beaucoup de femmes nourrissent leurs enfants mêmes si elles attendent du père de leurs enfants une contribution substantielle.

LA FEMME ET L’ÉCONOMIE

L’économie est avant tout une science d’hommes faite par des hommes qui n’ont pas envisagé la possibilité d’une différence des comportements économiques entre hommes et femmes.

La femme qui est au cœur de notre sujet du jour, cherche aussi à s’imposer comme les hommes sur le plan économique. Elle joue un rôle essentiel à la fois dans la collecte, la transformation et dans la distribution des produits vivriers. Les activités de la femme sont donc multiples et très diversifiées. Bien que la main d’œuvre féminine ait connu une croissance régulière, les inégalités liées au sexe se sont intensifiées partout dans le monde notamment du point de vue de la rémunération et des conditions de travail. Les femmes rencontrent toujours et très souvent des obstacles relatifs au renforcement de leur statut économique, alors qu’elles exercent des impacts élargis et positifs sur l’économie par leur présence dans le monde des affaires, dans l’agriculture, dans l’industrie, comme employées de maison; commerçantes de marché; travailleuses migrantes… de nombreuses portes se sont ouvertes.

Aujourd’hui nous avons des femmes agricultrices, directrices d’entreprises, députées, ministres, scientifiques, ingénieures, médecins. Elles occupent des nombreux autres postes qui auraient été impensables dans le passé.

L’ONU met les femmes au cœur des objectifs de développement. La mise en place des politiques pro femmes est rarement questionnée en tant que telle. Elle apparaît comme une évidence, comme une nécessité face à tant d’injustices et d’inégalités dont les femmes et les filles sont victimes même dans les pays en développement…

L’éducation des femmes est donc un facteur décisif, elle a un rôle d’effet multiplicateur positif sur les progrès dans tous les champs du développement. Une meilleure éducation est une diminution des violences à l’égard des femmes.

Par Poupette Smart MPUTU

Etudiante en Droit


There is no ads to display, Please add some

À la Une

RDC : Le paradoxe Katumbi sur la guerre du M23 !

Published

on

Réagissant sur les affrontements actuels entre les FARDC et les rebelles du M23, le Président du parti Ensemble pour la République, Moïse Katumbi écrit ceci sur son compte twitter:

“Jamais la guerre n’apporte de solution. Face à la nouvelle épreuve que nous traversons, soyons tous unis. Tout mon soutien va aux #FARDC qui se battent avec courage face aux #M23 ! Le sort des milliers de nos compatriotes en détresse doit être notre toute première préoccupation.”

Un tweet qui a suscité plusieurs réactions en défaveur du candidat à l’élection Présidentielle de 2023.

Plusieurs internautes ont indiqué les incohérences contenues dans ce tweet:

D’un coté, l’ancien Gouverneur du Katanga déplore le fait que la guerre n’apporte pas des solutions. De l’autre, il encourage les FARDC à continuer la guerre contre les M23.

Si la guerre n’apporte pas la solution, Pourquoi continuez à se battre alors?

Et dire que Moïse Katumbi ne cite pas nommément le Rwanda comme soutien aux M23 n’arrange pas les choses pour celui qui vient de se réconcilier avec Joseph Kabila, son ancien ennemi.

Il est aussi un fait que Moïse Katumbi n’a jamais encouragé les consultations de Nairobi qui avaient pour but de rechercher la paix avec les groupes armés opérant à l’Est de notre pays.

À l’heure où tous les Congolais devraient parler d’une même voix pour soutenir ce énième combat contre le Rwanda et ses suppôts, les propos de Moïse Katumbi sonnent comme un aveu d’échec et de découragement…

Ce tweet aurait pu être évité !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising