Now Reading:
Tribune : la créativité comme base d’une communauté épanouie ( Par Régis Ngudie, étudiant en philosophie )
Full Article 4 minutes read

Tribune : la créativité comme base d’une communauté épanouie ( Par Régis Ngudie, étudiant en philosophie )

« Comme il est doux et beau pour des frères de vivre ensemble et de demeurer unis ». (Psaumes 132, 1)

Le vivre ensemble est l’un des grands éléments qui en même temps nourrit et blesse quand il est mal géré, la vie communautaire. C’est merveilleux de trouver dans une société des gens qui vivent heureux et épanouis par le simple fait qu’ils ont des semblables à leurs côtés ; bien que cette convivialité comporte plusieurs exigences.

L’homme de par sa nature, est rempli des passions. Celles-ci s’expriment par la fertilité de ses initiatives, par cet esprit de créativité qui l’anime et qu’il désire chaudement réaliser. Il quitte donc du concept, de l’idée à la réalité. Cette ascension lui demandera beaucoup car, il doit tenir compte d’un certain nombre de paramètres, puisque la communauté dans laquelle il vit ne lui permettra pas tout.

Cependant, pour que nos passions, nos initiatives et toutes nos créativités parviennent à leur pleine satisfaction, et trouvent un lieu de leur réalisation au sein de nos communautés, il faudrait tenir compte de ce que veulent les autres ; de ce qui est bien pour eux ; ce qui leur plaît et de ce qui est parfait pour eux.

Pour ce faire, il faudrait donc se poser la question de savoir : ce dont la communauté a besoin ; ce que je crée en fonction du besoin, est-il bien ? Va-t-il plaire à toute la communauté ? Par rapport au profil de cette dernière, est-ce que ma créativité et mes initiatives sont-elles parfaites ? C’est en cherchant à répondre soigneusement à ces questions que, ce que nous voulons faire ou ce que nous faisons déjà, sera en parfaite communion avec la communauté pour laquelle nous posons ces actions.

Notre père Saint Paul nous dit dans son épitre aux Romains (12, 3) : « Ayez de l’initiative, mais n’exagérez pas. Que chacun fasse usage, mais avec sagesse, des dons qu’il a reçus de Dieu ».

Dans ce passage, l’apôtre des gentils apporte une double nuance : « mais n’exagérez pas… » et « mais avec sagesse… ». Cette conjonction indique tout simplement une correction par rapport à ce qui a été précédemment dit, et veut donc dire que, lorsque nous entreprenons des initiatives, nous devons toujours tenir compte et nous référer à tous ceux vers qui nos initiatives convergent. En d’autres termes, il faudrait non seulement tenir compte de la communauté et de ses besoins de manière générale comme un ensemble, mais aussi et surtout de chaque membre qui compose ce tout.

L’autre est nécessaire et a toujours une chose à nous apprendre.

Il est vrai que les grandes choses se font souvent dans le silence. Mais ce silence n’implique pas l’exclusion radicale de l’autre. Créez, opérez, travaillez, produisez dans le silence non pas solitaire, mais communautaire, afin que tous s’y trouvent et se retrouvent.

Dans Rm 12, 4, l’apôtre des nations nous invite à prendre exemple du fonctionnement de notre corps : « Prenez l’exemple de notre corps : il est un et a plusieurs membres, et ces membres ont différentes fonctions ». Les opérations ou les actions de toutes ces fonctions, bien que différentes, doivent tendre au bien et à la satisfaction de tout le corps.

Dans ce même ordre d’idées, la communauté est un corps qui a plusieurs membres, dont chacun a reçu un don spécial et spécifique, des capacités différentes, mais dont les buts de leurs intérêts doivent être communs. Les membres de ce corps qu’est la communauté tâcheront à ce que leur créativité soit complémentaire. Il ne faut surtout pas créer ou prendre des initiatives pour nuire à ce que l’autre entreprend de faire.

In fine, nous devons mettre de côté nos intérêts personnels, en travaillant tous ensemble pour le bien commun. Il est vrai qu’en prenant des initiatives de créativité, les idées nous sont propres. Mais elles doivent être nourries par l’apport des autres qui composent notre cercle de vie.

Généralement, on crée pour les autres, bien qu’au départ c’est notre intérêt et notre satisfaction propres que l’on recherche. Donc, nous devons nous rassurer que ce que nous créons plaît à nos semblables et concourt à leur épanouissement.

Régis Ngudie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

code

Input your search keywords and press Enter.
%d blogueurs aiment cette page :