Connect with us

Actualité

Transport aérien : Désiré Balazire liste dix causes des difficultés de Congo Airways

Published

on

Dans une interview accordée à la presse (Econews), Désiré Balazire, ancien directeur général de Congo Airways, évoque sans ambages les causes qui sont à la base des difficultés actuelles de cette compagnie aérienne en particulier, et de la déstructuration – déstabilisation du secteur de transport aérien pourtant vital en RDC, mais à l’équilibre fragile.

Pour cet expert du transport aérien, il ne faut pas que le gouvernement induise la haute hiérarchie en erreur avec des mesures populistes et irrationnelles. De cette interview, il a énuméré 10 causes qui sont à l’origine des problèmes dans l’aéronautique civil en RDC.

Il s’agit notamment :

1. De la baisse de 40% du prix du billet décidée par Jean-Marie Kalumba, ministre de l’Économie déchu. La baisse de tarifs des billets d’avion a privé Congo Airways de 40% de ses revenus et a précipité la faillite de l’entreprise. Une décision purement politique et irrationnelle, a dénoncé Désiré Balazire.

2. La création de AIR CONGO, une nouvelle compagnie aérienne publique, en partenariat avec Éthiopian Airlines. “Cette décision ne répond à aucune logique économique. Comment l’Etat peut-elle créer une autre compagnie nationale pendant qu’il y a une compagnie nationale créée avec des fonds publics et qui a fait ses preuves ?”, a-t-il asséné. Et d’expliquer : “La stratégie se fait uniquement en fonction des intérêts d’Ethiopian Airlines… Ce serait une honte de s’allier à un autre pays pour créer une compagnie aérienne nationale, car le pays offre un marché potentiel avec ses 90 millions d’habitants, et sa position géographique permet à Kinshasa de devenir un hub. Le gouvernement devrait s’interdire d’induire la Haute hiérarchie du pays en erreur”.

3. Subventions de l’Etat irrégulières et modiques envers Congo Airways, malgré la pandémie de Covid-19.

4. Subventions inexistantes pour le secteur du transport aérien.

5. Congo Airways et des privés exploitent des lignes déficitaires sans contreparties des pouvoirs publics.

6. Prix élevé du carburant aérien (Jet A1). Il est supérieur à la moyenne dans la sous-région.

7. Le coût élevé de la maintenance,

8. Le coût élevé de la fiscalité et de la parafiscalité,

9. Le coût élevé des pièces de rechange,

10. La concurrence déloyale des compagnies aériennes étrangères.

Il faudrait, selon Désiré Balazire, relever ces défis pour sauver cette compagnie aérienne.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

Actualité

30 juin : Pr Bob Bobutaka évoque la portée de la restitution de la relique de Lumumba à la RDC

Published

on

By

 

Les Congolais ont commémoré les 62 ans de l’Indépendance marquée surtout la restitution de la relique, notamment la dent, du héros national Patrice Emery Lumumba par le gouvernement belge à la République démocratique du Congo. Au cours de l’émission Forum Ecclesia à la radio ECC (Eglise du Christ au Congo), le professeur Bob Bobutaka Bateko a mis en évidence la portée historique, symbolique et politique de la restitution de la relique de Lumumba.
D’un ton solennelle, il a déclaré : « Mettons de côté des sentiments presque inutiles, Lumumba, quelque part, c’est l’expression de la RDC. Que sa dent soit revenue au pays, cela doit intéresser les Congolais. Rappelons-nous qu’il a été acidifié pour la RDC ! C’est vraiment un homme d’Etat, à la différence des autres qui cherchent l’argent. Personnellement, je suis content ». Que la restitution coïncide avec l’avènement du président Félix Tshisekedi, c’est une heureuse coïncidence, a-t-il laissé entendre. Toutefois, a rappelé Bob Bobutaka, la démarche de la restitution de la relique de Lumumba avait commencé avec le président Joseph Kabila pour se concrétiser avec le chef de l’Etat Félix Tshisekedi. « J’ai écrit un livre sur Patrice Emery Lumumba en 2021, c’est ma façon à moi de l’honorer. J’ai écrit reliques au pluriel, car, on avait arraché à Lumumba deux dents, l’un d’elles a été abimée lors d’une manipulation », a-t-il dit. Et il a relevé un aspect assez singulier de la naissance du héros national : « Pour mémoire, Patrice Emery Lumumba est né le 02 juillet 1925. Et, j’ai démontré dans un de mes livres que sa naissance a une justification cosmologique. En fait, au 2 juillet, la planète Terre, de par ses trois mouvements : la rotation, l’inclinaison et la révolution, est à 180 degré de diamètre depuis sa date initiale du 1er janvier. Donc, ce parcours a construit une figure géométrique avec un diamètre ellipsoïdal occasionnant ainsi la bibliologie stellaire ».
Bob Bobutaka a par ailleurs déploré que les universités n’aient pas été associées pleinement à cette activité de restitution de Lumumba. Aussi a-t-il stigmatisé l’attitude des intellectuels et même des autorités qui écartent souvent l’intelligentsia, et de ne pas chercher à connaitre l’histoire du pays souvent cachée dans des livres et autres documents. « Je parle de l’Acte de Berlin, de la Conférence de Berlin, dans un chapitre d’un de mes ouvrages paru en 2017. Mais les Congolais, les intellectuels et même les autorités, ne lisent pas, et pire, ces autorités ne cherchent pas à approcher ceux qui ont les informations, et c’est ça notre pays. On ne peut pas gérer un pays un mettant à l’écart les scientifiques et les chercheurs, c’est une contradiction. On ne peut pas comprendre que le pays finance beaucoup d’argent pour payer les professeurs, mais lorsqu’il faut les utiliser, on change de langage pour dire que les politiciens ne prennent en compte que leurs électeurs. Il faut un soubassement pour gérer l’Etat, le pays ne se construit pas seulement dans l’approche des élections…», a regretté le professeur Bob Bobutaka.

M. Enyimo/Congoprofond.net


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising