Connect with us

À la Une

Taxe « RAM » : le FCC veut la tête de Kibassa, la plénière de ce mercredi s’annonce chaude !

Published

on

Après plusieurs reports non justifiés, le ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication sera face aux députés nationaux ce mercredi 13 octobre 2021 à 10 heures.

Augustin Kibassa Maliba devra répondre aux préoccupations soulevées par les députés nationaux au sujet de la taxe RAM et surtout de l’utilisation des fonds déjà collectés.

A en croire le député LEMBI LIBULAa, rpporteur de l’Assemblée nationale, l’ordre du jour porte sur :

1) Réponse du Ministre des PTNTIC au sujet de la taxe RAM;

2)Question orale avec débat adressée au VPM, ministre de l’intérieur sur la situation qui prévaut dans la province du SANKURU.

Motion de défiance du FCC

Motivée par l’opinion publique totalement opposée à la taxe RAM, le FCC a saisi la balle au bond pour déposer, ce mardi 12 octobre, une motion de défiance signée par 101 députés contre le ministre des PT-NTIC.

Pour la plateforme politique chère à Joseph Kabila, Augustin Kibassa Maliba devra s’expliquer non seulement sur les soubassements juridiques de la taxe RAM mais surtout sur l’utilisation des fonds déjà collectés estimés, selon l’observatoire des dépenses publiques, à 260 millions de dollars. Faute des explications claires, c’est la déchéance du ministre Kibassa qui sera à l’ordre du jour.

Félix Tshisekedi et l’Union Sacrée dans l’embarras

Fragilisé par le débat autour de la taxe sur le Registre des appareils mobiles (RAM), les caciques du pouvoir cherchent visiblement à sauver la tête d’un ministre vomis par l’opinion publique.

En effet, le lundi 11 octobre dernier, les députés de l’Union sacrée étaient convoqués pour une réunion censée permettre de déminer la crise autour de la taxe sur le Registre des appareils mobiles (RAM) considérée comme une vaste escroquerie par la population.

La tentative du groupe de « stratèges » dépêchés pour désamorcer la crise, notamment le Premier ministre, Sama Lukonde, le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso, et le premier vice-président de la chambre basse, Jean Marc Kabund, également patron du parti présidentiel, s’est déroulée dans un climat tendu.

Alors que Christophe Mboso a tenté de remobiliser les troupes, Sama Lukonde a pris le relais pour alerter les députés sur les risques d’une fronde au sein de la majorité. « La question ici est de savoir comment sortir la tête haute de cette crise », a-t-il ajouté.

Quant à Jean-Marc Kabund, parlant non pas comme un technicien mais comme un politique d’une majorité au pouvoir, il a fait savoir que  » cette question suscite des passions, mais que nous devons nous regarder droit dans les yeux ». Puis d’ajouter : » Je voudrais rafraîchir la mémoire de nos collègues : nous avons critiqué le ministre mais personne n’a pris en compte le fait que ce n’est pas lui qui a instauré la taxe. C’est l’ARPTC, qui dépend directement de la présidence. » Conclusion, pour lui, il fallait trouver une sortie « honorable » pour le ministre.

Somme toute, la nouvelle plénière qui se tiendra ce mercredi 13 octobre à l’Assemblée sera toute chaude.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET