Connect with us

non classé

Scandale à Ngaba : Maltraitée, puis dépossédée de sa parcelle, Esther Malu (96 ans) crie à l’aide !

Published

on

Une escroquerie savamment organisée tient à dépouiller la nonagénaire Esther Malu Bamana Kuaba de sa parcelle située sur l’avenue Mongata 158, au quartier Mpila, dans la commune de ngaba. Au cœur de la manoeuvre : sa nièce Fifi Tshiabu, agissant en complicité avec son père José Kashala, frère de cette dame de 96 ans !

Tous deux ont falsifié des documents parcellaires prétextant qu’il s’agit d’un bien successoral alors que la proprietaire est encore en vie, bien que suffisamment avancée en âge.

Fifi Tshiabu, nièce de koko Esther 

Bien avant, des voisins et certains membres de la famille ont témoigné que la vieille Esther Malu est fréquemment victime de maltraitance de la part de ce tandem qui ne jure que par l’acquisition, par tous les moyens, de ce bien.

Pour sa part, la propriétaire de la parcelle, Esther Malu, crie à l’aide et jure de défendre son bien jusqu’à son dernier souffle. Elle a fait une déclaration dans une vidéo pour dénoncer cette escroquerie de sa nièce Fifi Tshiabu qu’elle a nommément désignée.

Face à cette situation scandaleuse, plusieurs voix se sont levées pour demander aux organisations de défense des droits humains et aux autorités politico judiciaires du pays une protection optimale pour cette personne de 3ème âge et surtout que justice soit faite.

Dorcas Ntumba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

non classé

Déconstruire le mythe de l’amour malheureux : Une exploration du deuil comme exception

Published

on

Dans la société contemporaine, l’idée que l’amour est souvent synonyme de douleur et de souffrance est profondément ancrée dans notre imaginaire collectif. Cependant, il est grand temps de remettre en question cette croyance largement répandue. Loin des romances tragiques et des chansons mélancoliques, il est crucial de reconnaître qu’il n’y a pas d’amour malheureux, sauf dans le cas du deuil.

Lorsque nous perdons un être cher, que ce soit à travers une séparation, un décès ou une rupture, le chagrin qui en découle peut être accablant. C’est à ce moment-là que l’on peut véritablement parler d’amour malheureux, car la perte engendre une douleur profonde et incommensurable. Cependant, il est essentiel de distinguer cette situation exceptionnelle du vécu quotidien de l’amour.

Loin des clichés romantiques qui glorifient la souffrance amoureuse, il est primordial de reconnaître que l’amour authentique est source de joie, d’épanouissement et de croissance personnelle. En effet, une relation saine et équilibrée repose sur le respect, la communication et la complicité, et non sur la douleur, la jalousie, les préjugés et la frustration.

En revisitant notre conception de l’amour, nous pouvons nous libérer des schémas toxiques qui nous enferment dans une vision négative des relations. En mettant en lumière le fait que le véritable amour est synonyme de bien-être et de bonheur, nous pouvons aspirer à des relations épanouissantes, hilares, joyeuses, rayonnantes, radieuses et équilibrées.

Il est temps de briser les chaînes de l’amour malheureux et d’embrasser une vision plus positive et réaliste des relations amoureuses. Le deuil peut être une exception douloureuse, mais il ne saurait définir l’ensemble de nos expériences amoureuses. Ouvrons nos cœurs à la possibilité d’un amour heureux et épanouissant, loin des carcans de la tristesse et de la douleur.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte