Dev Solaire

Connect with us

Actualité

Reprise des cultes : des policiers en tenue civile veilleront contre le tapage diurne et nocturne

Published

on

Le général Sylvano Kasongo, chef de la police ville de Kinshasa, a harmonisé ce jeudi 13 août 2020 des vues avec les confessions religieuses au sujet de la reprise des cultes prévue dès ce samedi 15 août 2020 sur la nécessité de respecter les gestes barrières pour lutter contre la propagation de la covid19. La police promet d’être en tenue civile pour y veiller et met en garde contre le tapage diurne et nocturne.

“Nous avons échangé avec eux dans le calme et la sérénité. Nous nous sommes convenus sur le respect de gestes barrières : port obligatoire et correct des masques, distanciation physique, lavage des mains, prises des températures. Ce dimanche, la police sera déployée dans les églises pour observer le respect de toutes ces mesures. Les églises qui ne vont pas s’y conformer seront convoquées et entendues par la police. Nous avons aussi abordé la question de la nuisance sonore, ils nous ont promis de respecter la loi et en cas de dérapage, la police viendra saisir les baffles”, a-t-il fait savoir devant la presse à l’issue de cette réunion tenue au musée national situé sur le Boulevard Triomphal à Kinshasa.

Bien avant, dans le même registre, Laeticia Kabamba, ministre provincial de l’Environnement a, dans une mise au point parvenue à la rédaction de CONGOPROFOND.NET, balayé d’un revers de la main les rumeurs selon lesquelles la ville de Kinshasa a exigé aux églises une taxe de désinfection des lieux de culte.

A travers cette précision, Laeticia Kabamba a tenu à mettre un terme aux rumeurs qui circulent, depuis quelques temps, dans les réseaux sociaux faisant état de l’existence d’une taxe de désinfection imposée aux églises par l’hôtel de ville.

“Ce qui est demandé aux responsables des confessions religieuses, tel que le stipule le communiqué officiel du Gouverneur de la ville, c’est juste de veiller au respect des mesures sanitaires avant la reprise des cultes”, martèle-t-elle. “Et ces exigences, ne s’appliquent pas qu’aux églises, mais aussi aux entreprises et autres lieux de grande affluence», a indiqué la ministre provinciale des Affaires sociales, genre, famille et environnement.

Rappelons-le, le 21 juillet dernier dans son annonce de la levée de l’état d’urgence, le Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi avait prévenu que levée de l’état d’urgence ne signifie pas la fin de la pandémie. D’où la nécessité de respecter les gestes barrières pour épargner la RDC de la 2e vague de contamination.

MUAMBA MULEMBUE CLÉMENT/CONGOPROFOND.NET

%d blogueurs aiment cette page :