Connect with us

À la Une

RDC: quel rôle joue l’ambassadeur américain Mike Hammer aux côtés de Félix Tshisekedi?

Published

on

 

Dans un moment de recueillement, le président de la République et sa femme Denise Nyakeru se déplacent vers une tombe du cimetière national d’Arlington.

Ils viennent de recevoir les honneurs militaires de la garde américaine affectée sur ce lieu solennel de l’histoire des USA.


Ici, ils ne sont qu’à trois: le couple présidentiel et l’ambassadeur des USA en RDC Mike Hammer.
Les trois vont s’incliner et se recueillir à la tombe du général Hammer, le père de Mike Hammer.

On se rend ainsi compte qui est réellement Mike Hammer auprès de Félix Tshisekedi. Les Américains n’invitent pas n’importe qui aux tombes de leurs proches. Il faut pour cela une certaine proximité et une grande intimité.

Mike Hammer dans les bagages de Félix Tshisekedi

En effet, Mike Hammer, ambassadeur des USA en RDC n’a pas été de tout repos durant le séjour du président Félix Tshisekedi aux USA.
Il l’a accompagné partout ou presque. Quelques fois, il joue au guide touristique comme au Martin Luther King mémorial.

Parfois, il fait office du “conseiller politique” du chef de l’État comme lors de la séance de travail le mercredi dernier à la chambre de commerce.

Lors de la prise de fonction du nouveau président de la RDC, se rappelle-t-on, il avait promis : “Je compte travailler avec le président Tshisekedi et le nouveau gouvernement congolais pour promouvoir la paix et la prospérité que les Congolais méritent. Comprendre les aspirations des Congolais constitue la première étape pour atteindre cet objectif”, avait-il déclaré.

Tel un prophète, il avait déjà prévu une alternance démocratique au pays.

En effet, le samedi 22 décembre 2018 alors qu’il venait de présenter ses lettres de créances à Joseph Kabila, le nouvel ambassadeur américain en RDC, Mike Hammer a déclaré : “Conscients que nous sommes à un moment historique du Congo, alors que le pays se rapproche des élections qui pourraient représenter le premier transfert pacifique et démocratique du pouvoir, les États-Unis sont prêts à apporter leur soutien. Des élections crédibles et transparentes offriraient l’occasion d’ouvrir de nouvelles possibilités de coopération entre les deux pays.”

Déjà le décor était planté que Hammer travaillerait avec le président à venir. Déjà en son temps, il a travaillé dans le lobbying pour permettre à Moïse Katumbi et Félix Tshisekedi, alors opposants de rencontrer des officiels américains.

À l’époque, il a obtenu le gel des avoirs des certains membres du gouvernement congolais.
Il a aussi travaillé dans le cadre de la commission chargée d’interdire l’accès au sol américain des autorités congolaises empêtrées dans des exactions contre les manifestants pacifiques.

Une pression de plus qui a permis à ce que Kinshasa ne traine plus trop les pieds dans l’organisation des élections.

Lorsqu’il annonce la visite de Félix Tshisekedi aux USA, il affirme ceci :
” Il est clair que le président Tshisekedi met le peuple à l’avant-plan, comme la foule le lui a demandé lors de son investiture. Les États-Unis sont tout à fait résolus à soutenir la vision d’avenir du président Tshisekedi et ses efforts visant à améliorer la vie des Congolais.
Sa visite à Washington renforcera notre partenariat basé sur des valeurs et des intérêts partagés”.

Il annonçait déjà les couleurs de son étroite relation avec le nouveau régime. Conséquence: les Congolais qui ont suivi à la loupe le premier voyage de leur président hors du continent africain, ont remarqué la présence quasi permanente du diplomate lors de ses différents déplacements. Mike Hammer a été la clé qui a ouvert les portes des USA à Félix Tshisekedi.

Qui est Mike Hammer?

Michael (Mike) A. Hammer a été confirmé au poste d’ambassadeur des États-Unis auprès de la RDC le 6 septembre 2018. Avant sa nomination, il exerçait les fonctions de premier vice-président par intérim de la National Defense University (NDU).

Auparavant, il a été commandant adjoint de la Faculté Eisenhower de la NDU et a également occupé le poste de vice-chancelier de la Faculté des affaires de sécurité internationale.

Il est un membre de carrière de la classe principale de ministre-conseiller du service diplomatique.

Mike Hammer a récemment occupé le poste d’ambassadeur des États-Unis auprès du Chili de 2014 à 2016.

Il a commencé sa carrière diplomatique en 1988.
Avant sa nomination au Chili, le diplomate a été secrétaire d’État adjoint aux Affaires publiques de mars 2012 à août 2013.
Il a également exercé les fonctions de secrétaire adjoint par intérim et de sous-secrétaire d’État principal aux Affaires publiques.

Avant de rejoindre le Bureau des affaires publiques, l’ambassadeur Hammer a travaillé à la Maison Blanche en tant qu’assistant spécial du président.

Puis il est devenu directeur principal de la presse et des communications et porte-parole du Conseil de sécurité nationale de janvier 2009 à janvier 2011.

Il a précédemment exercé les fonctions de porte-parole adjoint au Conseil de sécurité nationale de 1999 à 2000 et a occupé le poste de directeur des affaires andines de 2000 à 2001.

Les affectations de l’ambassadeur Hammer à l’étranger comprennent la Bolivie, la Norvège, l’Islande et le Danemark.
Ses autres fonctions au département d’État comprennent le Centre des opérations et le poste d’assistant spécial du sous-secrétaire d’État aux Affaires politiques.

Mike Hammer a reçu plusieurs récompenses, notamment le Prix d’excellence du service public de la marine et le Prix d’honneur d’excellence du département d’État.
Il y a aussi le prix Edward R. Murrow du département d’Etat pour l’excellence en diplomatie publique et plusieurs autres prix honorifiques.

Mike Hammer a obtenu une licence auprès de la Faculté de service diplomatique de Georgetown University.
Il a également obtenu une maîtrise à la Faculté Fletcher de droit et de diplomatie de Tufts University.

Il a aussi été au National War College de la National Defense University.

L’ambassadeur Hammer a grandi en Amérique latine. Il a notamment vécu au Honduras, au Salvador, en Colombie, au Venezuela et au Brésil. Il parle l’espagnol couramment, le français et l’islandais.

L’ Ambassadeur Hammer et son épouse, Margret Bjorgulfsdottir, ont trois enfants.

 

 

TMB/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kasumbalesa : La décision du chef Kombo contre la communauté Kasaïenne levée, pari gagné pour le député national Anaclet Kabeya

Published

on

Le chef du groupement de Kombo, secteur de Balamba, territoire de Sakania, vient de mettre un terme aux décisions prises contre la communauté kasaienne vivant dans sa juridiction. Celle-ci interdisait l’enterrement des Kasaïens au cimetière de Kasumbalesa village et la consommation de l’eau de Balamba.

La levée de toutes ces mesures est intervenue ce lundi 27 novembre 2023 grâce à l’implication personnelle du député national Anaclet Kabeya, sous l’accompagnement du représentant du chef de l’État dans le Grand Katanga, Michel KABWE MWAMBA.

C’est la cour royale du chef de groupement Kombo qui a servi de cadre à cet échange a bâton rompu, entre le chef Kombo et la délégation conduite par l’honorable Anaclet Kabeya.

Au nom de la population, toutes les communautés confondues, Anaclet Kabeya a demandé pardon au chef Kombo pour les échauffourées à la base de ces décisions occasionnant plusieurs dégâts matériels importants.

Nous venons, au nom de la population solliciter le pardon du chef Kombo, révoltée par le comportement incivique des certains compatriotes. Nous lui remercions pour la levée de toutes les mesures prises à l’endroit d’une communauté. J’invite la population au respect des autorités coutumières. Faisons la politique dans la tolérance, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, a besoin de la paix et de la cohésion nationale”, a-t-il martelé.

Dans la nouvelle décision portant la prise des mesures, le chef de groupement de Kombo exhorte la communauté kasaienne au respect du pouvoir coutumier, en insistant sur les conséquences de toutes ces mesures envers les récalcitrants.

Dépêché aussi sur place, le général FARDC EDDY YRUNG KAPEND insiste sur le renforcement de sécurité, tout en condamnant les mesures prises par le chef de groupement Kombo, promet de mettre la main sur toute personne qui marchera à l’encontre des lois de la République.

Joseph MALABA/CONGOPROFOND.NET 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising