K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

RDC/Nord-Kivu : la CNPR lance le projet ” Ecole sans Ebola”

Published

on

 

A quelques jours de la rentrée scolaire dans le contexte de la maladie à virus Ebola, la Commission Nationale de Prévention Routière (CNPR) Nord-Kivu compte placer des points de lavage des mains des élèves sur tous les arrêts bus de la ville de Goma dès ce lundi 02 septembre prochain. Ce, dans le cadre du projet “Ecole sans Ebola” présenté par ce service de l’Etat ce jeudi 29 août à Goma aux intervenants dans le secteur éducatif.


Cette séance était aussi une occasion de présenter à ces agents scolaires la cartographie de plus de 30 arrêts de bus qui seront balisés et où ces dispositifs de lavage des mains seront placés pour permettre aux élèves et écoliers de la ville volcanique de se prévenir contre cette épidémie. Une façon de limiter le risque de contamination d’Ebola pour les apprenants, a dit le directeur provincial de la CNPR, Me Bienfait Namigabe.

« Ecole sans Ebola vise effectivement à protéger les enfants contre cette maladie. Nous allons déployer les inspecteurs routiers sur les différents arrêts bus et parkings, au niveau des points de ramassages des enfants et points de chute. Parce qu’on ne peut pas être partout, nous sommes sur la chaussée, mais le projet inclut aussi les responsables de l’EPSP, des écoles car aussitôt que l’enfant descend du bus scolaire, il échappe à notre contrôle, il échappe aux inspecteurs routiers qui sont affectés à ces différents arrêts là où les dispositifs de lavage des mains seront tenus par la CNRP », a-t-il expliqué.

Les participants ont salué ce projet, mais recommandent à ce service technique de l’Etat en matière de sécurité routière à prévoir aussi des thermo flashes pour le prélèvement de température des enfants. Ils se sont aussi engagés à faire autant dans leurs établissements scolaires respectifs.

Le projet « Ecole sans Ebola » sera-t-il possible, surtout que la ville touristique est confrontée à la problématique de pénurie d’eau ? L’inquiétude a été, en tout cas, partagée par les parties prenantes à ladite rencontre.

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising