Connect with us

À la Une

RDC : le FPI triplement victime des fake news

Published

on

Au moment où l’univers politico-judiciaire congolais est dominé par une vague d’interpellations de plusieurs acteurs impliqués dans le dossier “Travaux de 100 jours du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi”, le Fonds de promotion de l’industrie (FPI) est plutôt victime des rumeurs les plus farfelues liées à cette saga.

En effet, les réseaux sociaux imputent à cet établissement public, entre autres, d’avoir gratifié l’épouse de Vital Kamerhe, Hamida Shatur, d’un prêt de 3 millions USD, alors que lui-même le directeur de cabinet du Chef de l’Etat aurait perçu un montant de 10 millions USD. Quant au directeur provincial du FPI/Nord-Kivu, la toile affirme qu’il aurait été incarcéré dans le cadre d’un marché obscur de 100 jours.

Pour bon nombre d’observateurs, ces faux bruits répandus allègrement n’ont d’autres raisons que de discréditer l’ancien ministre délégué aux Finances, Patrick Kitebi, et le FPI.

Au sujet de 10 millions de dollars remis à Vital Kamerhe, directeur de cabinet du Chef de l’État, cette nouvelle s’avère, d’après nos investigations, un montage essentiellement balancé et relayé dans des groupes whatsapp et sur Facebook, attribué à la Trésorerie du FPI mais qu’aucun média crédible n’a traité et, encore moins, confirmé. Au demeurant, des cadres du FPI se demandent « pour quelle raison ou quel projet public Kitebi offrirait une telle somme à Kamerhe » et font part « d’un bel exemple de désinformation ».

Au sujet d’un cadeau de 3 millions de dollars fait à Mme Kamerhe et sa sœur par le DG du FPI, il s’agit là encore d’une invention digne des spéculations répandues dans les réseaux sociaux. Comme la première rumeur n’a intéressé aucune source sérieuse ni média crédible.

Après vérification, « un tel don injustifié ne figure dans les livres du FPI et ne saurait être une quelconque œuvre du Fonds », y souligne-t-on.

Enfin, le troisième fake news concerne l’incarcération du directeur provincial du FPI/Nord-Kivu, le lundi 13 avril, dans le cadre d’un financement des travaux de 100 jours du Président de la République. Encore une infox !

À Goma, la Justice a bel et bien invité le responsable provincial du Fonds dans le Nord-Kivu. Non pas pour le placer en détention comme prétendu dans les réseaux sociaux parce qu’il est reparti libre après quelques instants d’entretien. Mais pour obtenir de lui d’amples détails sur la subvention que le FPI a accordée à Acogenoki, une association des éleveurs opérant à Sake, pour l’acquisition et l’implantation d’une unité modulaire de transformation de lait et le financement des besoins en fonds de roulement.

Acogenoki compte un cheptel de 140.000 vaches. Le FPI participe au Programme de 100 jours comme bailleur.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

Kasumbalesa : La décision du chef Kombo contre la communauté Kasaïenne levée, pari gagné pour le député national Anaclet Kabeya

Published

on

Le chef du groupement de Kombo, secteur de Balamba, territoire de Sakania, vient de mettre un terme aux décisions prises contre la communauté kasaienne vivant dans sa juridiction. Celle-ci interdisait l’enterrement des Kasaïens au cimetière de Kasumbalesa village et la consommation de l’eau de Balamba.

La levée de toutes ces mesures est intervenue ce lundi 27 novembre 2023 grâce à l’implication personnelle du député national Anaclet Kabeya, sous l’accompagnement du représentant du chef de l’État dans le Grand Katanga, Michel KABWE MWAMBA.

C’est la cour royale du chef de groupement Kombo qui a servi de cadre à cet échange a bâton rompu, entre le chef Kombo et la délégation conduite par l’honorable Anaclet Kabeya.

Au nom de la population, toutes les communautés confondues, Anaclet Kabeya a demandé pardon au chef Kombo pour les échauffourées à la base de ces décisions occasionnant plusieurs dégâts matériels importants.

Nous venons, au nom de la population solliciter le pardon du chef Kombo, révoltée par le comportement incivique des certains compatriotes. Nous lui remercions pour la levée de toutes les mesures prises à l’endroit d’une communauté. J’invite la population au respect des autorités coutumières. Faisons la politique dans la tolérance, le président de la République Démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi, a besoin de la paix et de la cohésion nationale”, a-t-il martelé.

Dans la nouvelle décision portant la prise des mesures, le chef de groupement de Kombo exhorte la communauté kasaienne au respect du pouvoir coutumier, en insistant sur les conséquences de toutes ces mesures envers les récalcitrants.

Dépêché aussi sur place, le général FARDC EDDY YRUNG KAPEND insiste sur le renforcement de sécurité, tout en condamnant les mesures prises par le chef de groupement Kombo, promet de mettre la main sur toute personne qui marchera à l’encontre des lois de la République.

Joseph MALABA/CONGOPROFOND.NET 


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

K-WA Advertising