K-WA Advertising

Connect with us

Actualité

RDC : l’appel d’Onassis Mutombo au nouveau ministre de la Culture ( Tribune)

Published

on

Journaliste et patron du média en ligne Arts.cd, le rd-congolais Onassis Mutombo ne veut pas attendre les 100 premiers jours pour interpeller ou juger Jean Marie Lukundji Kikuni, le nouveau ministre de la Culture et des Arts.

À travers cette tribune, il l’informe sur les vrais problèmes que connaissent ce ministère clé pour le développement de la République Démocratique du Congo.

Au ministère de la Culture et arts, le choix a été porté sur monsieur Jean Marie Lukundji Kikuni. C’est une nouvelle tête et moins connu dans le milieu. Il vient d’atterrir dans ce ministère identitaire.

Au ministère de la Culture et des Arts, plusieurs dossier sont sur la table.

C’est depuis 2014 qu’il existe dans les tiroirs du bureau de l’Assemblée nationale le projet d’une loi sur la politique culturelle nationale définissant aussi le statut de l’artiste et l’opérateur culturel congolais.

Comme d’autres secteurs de la vie nationale, la culture a besoin d’un bon soubassement juridique pour le permettre de contribuer vivement au développement socio-économique de la RDC.

Actes urgents !

Après la nomination, il est temps de se jeter directement à l’eau pour prendre le taureau par ses cornes.

En outre, Il est impérieux que Jean Marie Lukundji réunisse d’abord tous les ministres provinciaux de la Culture et des Arts. Afin de définir non seulement, les lignes directrices pour un secteur culturel allant dans le sens d’alléger certaines peines des artistes congolais notamment par la suppression des frais de sortie exigés aux frontières, mais aussi, redéfinir l’identité culturelle nationale congolaise.

Aucun développement sans la culture !

Cependant, Il faut indiquer que les salles des spectacles ont toujours été l’épineux problème de ce secteur depuis la belle époque. Non seulement que les lieux publics pour célébrer la culture congolaise n’existent presque pas, mais également ceux qui existent sont mal entretenus.

Parmi les premiers actes, il faut que l’actuel gestionnaire de ce ministère se penche aussi sur la création des maisons de la culture. Pour mieux concrétiser l’ascension des œuvres d’arts des artistes congolais, après avoir inscrit la rumba au patrimoine culturel immatériel national, il faut penser à l’accélération à cette inscription au niveau international en accompagnant la commission nationale qui a déjà fait plusieurs pas positifs.

Étant avant tout une puissance culturelle, la République Démocratique du Congo ne peut pas conjuguer le verbe developer sans une vraie politique culturelle.

Puisque sans culture aucun développement n’est possible.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND. NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising