Connect with us

Actualité

RDC: la recette IRDH pour mettre fin aux vols organisés des salaires

Published

on

Les chercheurs en droits humains, des travailleurs des entreprises publiques, des retraités, des agents et fonctionnaires de l’Etat, se sont réunis au siège de l’IRDH, dans le but d’analyser le programme d’urgence pour les 100 premiers jours du Chef de l’Etat, Monsieur TSHISEKEDI TSHILOMBO Felix-Antoine, en rapport avec l’endémie du vol systématique des salaires, de la corruption et de l’impunité des présumés auteurs.

Afin d’assurer un suivi régulier de leur démarche, ils ont créé la Coalition pour les Droits sociaux et Services Publics (CDSP).

Les participants estiment que parmi les actions sectorielles, la rubrique réservée à la JUSTICE qui se manifeste par la lutte contre la corruption devrait être mise en exergue et chiffrée conséquemment, dans « le programme d’urgence pour les 100 premiers jours du Chef de l’Etat ». Ce questionnement est au centre du malaise social tel que souligné par des centaines d’organisations de la société civile, des bénéficiaires des services publics, ainsi que des travailleurs, agents et fonctionnaires de l’Etat, pourvoyeurs desdits services.

A l’analyse dudit programme, il se dégage que le Président n’a pas rencontré le DEGRE DE GRAVITE du fléau dénoncé depuis plusieurs années et en cours d’exécution par des hauts cadres de l’Etat, notamment dans des entreprises du portefeuille de l’Etat, des régies financières, de l’Administration Publique et leurs partenaires de la chaîne d’approvisionnement des biens et services.

La politique consistant à violer systématiquement des droits économiques et sociaux des travailleurs, agents et fonctionnaires de l’Etat est solidement assise sur deux piliers en béton que sont : La CORRUPTION et l’IMPUNITE.

En effet, des hauts cadres, à l’instar des Présidents des Conseils d’Administration (PCA), Administrateurs Directeurs Généraux (ADG) et Directeurs Généraux (DG), abusent régulièrement de la chaîne de commandement, en ordonnant des soustractions frauduleuses des sommes d’argent destinées à la paie des salaires.

Des pratiques illicites ci-dessus ont de l’ampleur inquiétante à la Société Nationale des Chemins des Fers (SNCC) où, même des cas de pensionnés ayant obtenu des décisions judiciaires irrévocables exigeant à l’entreprise de leur octroyer des droits et indemnités, sont superbement ignorées.

Les PCA et ADG de la GECAMINES contraignent à la disette leurs propres agents ainsi que ceux de la Société Générale de Télécommunication (SOGETEL) dont la GECAMINES est actionnaire unique et principale consommatrice des services de télécommunication.

La créance viagère des agents SOGETEL reconnue par l’administration de la GECAMINES est ignorée par les deux dirigeants.

L’Administrateur Directeur Général (ADG) de la Société de Développement Industriel et Minier du Congo (SODIMICO) est aussi accusé de dilapider des revenus des «partenariats», au détriment des salaires du personnel de l’entreprise.

A la Société Congolaise des Postes et Télécommunications (SCPT), en dépit de l’interdiction de nomination et mise en place des agents en cette période transitoire, le DG déstabilise, à partir de Kinshasa, la Direction provinciale, afin de se rassurer l’accès aux finances locales.

Toutes ces pratiques illégales persistent, d’une part, à cause de l’impunité administrative que les PCA, ADG et DG garantissent à leurs complices internes.

De l’autre, les cours et tribunaux et les parquets y rattachés, assurent l’impunité judiciaire des dirigeants. Les parquets et autres services habilités n’enquêtent pas sur des dénonciations d’abus des droits économiques et sociaux.

LES PARTICIPANTS RECOMMANDENT :

Au Président de la République, de mettre à la disposition de la Justice, plus de moyens logistiques et humains, afin de combattre le fléau de vol organisé des salaires, entretenu par des dirigeants des entreprises publiques et hauts cadres de l’Administration publique. Ce drame est plus dangereux que le virus d’EBOLA et tue plus de gens que le SIDA ;

Au Procureur Général de la République (PGR), d’initier des enquêtes sur des cas de vol des fonds devant servir à payer des salaires, et traduire les présumés auteurs devant des juges compétents ;

Aux victimes, de se mobiliser pacifiquement et en masse devant leurs dirigeants, pendant tous les 100 jours, jusqu’à obtenir gain de cause.

Sans attendre des instructions du nouveau Président, il y a lieu que le PCA et l’ADG de la GECAMINES, les DG de la SNCC, de la SOGETEL et de la SCPT, ainsi que l’ADG de la SODIMICO s’investissent à rentrer dans la normalité, en examinant urgemment des dossiers relatifs aux rentes des pensions, salaires dus au personnel, aux décisions judiciaires devenues inattaquables et autres plaintes des travailleurs.

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

Actualité

Kinshasa : un conseiller de Tshisekedi et cadre à l’UDPS arrêté pour viol sur mineure

Published

on

By

 

 

L’information a été confirmée à CAS-INFO par des sources judiciaires et du parti.

Antoine Ababifuanina, membre du collège des hydrocarbures à la présidence de la République et Secrétaire National adjoint chargé de l’organisation et implantation de l’UDPS, a été arrêté le jeudi 29 septembre 2022 par la police à Kinshasa.

Selon nos sources, il est accusé de « viol sur mineure ».
Une autre source renseigne que ce dernier devrait être transféré au parquet ce vendredi pour ensuite être jugé en procédure de flagrance.

« Nous suivons le cas du Conseiller Antoine Ababifuanina, soupçonné et détenu par la police pour viol sur mineure, l’Officier de Police Judiciaire, instructeur du dossier, nous a rassuré qu’il sera transféré au Parquet ce vendredi. Pas de trafic d’influence« , a écrit Georges Kapiamba, président de l’Association congolaise pour l’accès à la justice.

CAS-INFO.CA


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising