mbet

Connect with us

À la Une

Tribune: éviter une  adhésion précoce de la RDC à la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est (par J. Sekabo, journaliste indépendant)

Published

on

Lors de sa récente visite à Nairobi, le président de la République Démocratique du Congo, Felix Tshisekedi, avait émis le vœu de voir la RDC intégrer la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est.
Cette organisation intergouvernementale constitue un bloc économique régional, qui élargit et approfondit la coopération entre les États partenaires dans divers domaines clés pour leur bénéfice mutuel. Ses sphères sont politiques, économiques et sociales.

Cet appel à l’intégration ou à l’adhésion de la RDC à la communauté des Etats d’Afrique de l’Est suscite quelques inquiétudes étant donné que la situation sécuritaire à l’Est de notre pays demeure instable et fragile.
Il convient de signaler qu’avec une telle situation sécuritaire, il serait complètement difficile à la population de l’Est de notre pays de pouvoir bénéficier directement des avantages liés à cette intégration régionale d’autant qu’elle demeurera toujours dépendant des pays voisins. L’aspect sécuritaire à l’Est demeure par conséquent l’un des préalables majeurs à l’intégration à la communauté des Etats de l’Afrique de l’Est.

L’autre préalable à cette intégration est la reconstruction d’infrastructures routières. Il est clair et net que la communauté des Etats de l’Afrique de l’Est mise sur un développement rapide des Etats partenaires  à travers une union douanière et l’établissement d’un marché commun.
 Ainsi, la reconstruction d’infrastructures routières particulièrement à l’Est du pays favoriserait une intégration rapide de la RDC à travers l’intégration commerciale et productive rapide, l’infrastructure régionale, et la libre circulation des personnes.

Il se dégage ainsi qu’une adhésion à la Communauté des Etats d’Afrique de l’Est à ce stade serait nettement précoce et précipitée. Le Gouvernement ferait mieux d’envisager dans un premier temps la conclusion d’un accord de partenariat avec cette organisation sous-régionale, le temps de répondre aux préalables ci-haut évoqués.
Ainsi, cette intégration ne sera bénéfique à la RDC qu’en condition d’une stabilité permanente à l’Est du pays voire au niveau national.

La Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est est une organisation intergouvernementale régionale regroupant 6 États partenaires: les républiques du Burundi, du Kenya, du Rwanda, du Soudan du Sud, de la République-Unie de Tanzanie et de la République d’Ouganda, dont le siège est à Arusha, en Tanzanie.
Le travail de la  Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est est guidé par le traité qui a créé la cette organisation sous régionale. Signé le 30 novembre 1999, il est entré en vigueur le 7 juillet 2000 après avoir été ratifié par les trois États partenaires initiaux – le Kenya, la Tanzanie et l’Ouganda.
La République du Rwanda et la République du Burundi ont adhéré au traité CAE le 18 juin 2007 et sont devenues membres à part entière de la Communauté à compter du 1er juillet 2007. La République du Sud-Soudan a adhéré au traité le 15 avril 2016 et est devenue membre à part entière le 15 août 2016.

À l’heure actuelle, le processus d’intégration régionale bat son plein, comme en témoignent les progrès encourageants de l’union douanière de l’Afrique de l’Est, la création du marché commun en 2010 et la mise en œuvre du protocole sur l’Union monétaire de l’Afrique de l’est.
Pour ce qui est de son statut actuel, le processus en vue de la création d’une Fédération de l’Afrique de l’Est fait actuellement l’objet d’une accélération, soulignant la ferme détermination des dirigeants et des citoyens de l’Afrique de l’Est de construire un bloc politique et économique puissant et durable pour l’Afrique de l’Est.
Par Joseph Sekabo,
journaliste indépendant et chercheur dans la région des Grands Lacs.

There is no ads to display, Please add some
1 Comment

1 Comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

RDC : Le paradoxe Katumbi sur la guerre du M23 !

Published

on

Réagissant sur les affrontements actuels entre les FARDC et les rebelles du M23, le Président du parti Ensemble pour la République, Moïse Katumbi écrit ceci sur son compte twitter:

“Jamais la guerre n’apporte de solution. Face à la nouvelle épreuve que nous traversons, soyons tous unis. Tout mon soutien va aux #FARDC qui se battent avec courage face aux #M23 ! Le sort des milliers de nos compatriotes en détresse doit être notre toute première préoccupation.”

Un tweet qui a suscité plusieurs réactions en défaveur du candidat à l’élection Présidentielle de 2023.

Plusieurs internautes ont indiqué les incohérences contenues dans ce tweet:

D’un coté, l’ancien Gouverneur du Katanga déplore le fait que la guerre n’apporte pas des solutions. De l’autre, il encourage les FARDC à continuer la guerre contre les M23.

Si la guerre n’apporte pas la solution, Pourquoi continuez à se battre alors?

Et dire que Moïse Katumbi ne cite pas nommément le Rwanda comme soutien aux M23 n’arrange pas les choses pour celui qui vient de se réconcilier avec Joseph Kabila, son ancien ennemi.

Il est aussi un fait que Moïse Katumbi n’a jamais encouragé les consultations de Nairobi qui avaient pour but de rechercher la paix avec les groupes armés opérant à l’Est de notre pays.

À l’heure où tous les Congolais devraient parler d’une même voix pour soutenir ce énième combat contre le Rwanda et ses suppôts, les propos de Moïse Katumbi sonnent comme un aveu d’échec et de découragement…

Ce tweet aurait pu être évité !

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising