Connect with us

À la Une

RDC-Karaté-Do : Freddy Tshingej candidat président de la fédération

Published

on

Président à l’entente de Kilimali de Karaté-do (Kinshasa), Me Freddy Tshingej nourrit des ambitions pour la Fédération du Karaté-do du Congo. Celle-ci, convient-il de rappeler, fait l’objet depuis plus de 3 des conflits inextricables entre l’actuel président et ses membres.

Au cours d’une émission télévisée dans une chaîne locale diffusée le lundi 20 juillet dernier, Fréddy Tshingej s’est porté candidat aux prochaines élections pour remplacer l’ex sénateur Flore Flungu.

« Je suis le futur président de la fédération. Le Karaté-do, c’est ma discipline, c’est ma passion. Si on organisait les élections et que je ne suis pas élu, soyez en sûr, tôt ou tard, je dirigerai cette fédération », a-t-il juré.

Fort de son expérience, plusieurs fois médaillé et formateur aguerri, notamment de Me Nancy Tshiaba, Freddy Tshingej promet de mettre toute son intelligence et son énergie au service de la jeunesse dès qu’il est élu président. Il estime donc être la personne la mieux placée pour réveiller cette discipline de son profond sommeil.

« On ne doit pas enterrer ce que nous avons dans la tête à offrir à la jeunesse. Nous avons une jeunesse qui se bat seule avec ses propres moyens et les talents qui disparaissent. Quelques dirigeants qui réagissent n’ont assez des moyens, il n’y a pas de sponsors au niveau de karaté. Donc nous avons autant des problèmes qu’il faut résoudre. Je pense que je suis la personne la mieux indiquée pour que le karaté se réveille », a-t-il déclaré.

Notons que le président actuel de cette fédération, Flore Flungu, a avoué son indisponibilité et laissé la gestion a ses vice-présidents. D’autres sources rapportent qu’il avait plutôt été poussé à la démission et que cela est déjà effective. Ainsi, c’est depuis près de 2 ans qu’aucune activité nationale est organisée dans cette fédération. Les élections ne sont pas également à l’ordre du jour.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising