Connect with us

À la Une

RDC : Joseph Kabila n’exclut pas la possibilité de revenir aux affaires

Published

on

Dans une interview accordée à l’Associated Press, ce dimanche 9 décembre 2018, le Chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabange, a déclaré qu’il espérait pouvoir continuer à s’attaquer aux vastes défis qui subsistent dans cette nation riche en minéraux mais compliquée. Il a fait ce qu’il pouvait pour le bénéfice du Congo depuis son entrée en fonction 2001 après l’assassinat de son père, Laurent Kabila. Mais il a dit qu’il y a plus à faire.

«Eh bien, je ne vais rien exclure dans la vie», a déclaré Joseph  Kabila. « Tant que vous êtes en vie et que vous avez des idées aussi fortes que la vôtre, une vision, vous ne devriez rien exclure».

Ce genre de propos devrait inquiéter l’opposition congolaise, qui craint que Joseph Kabila ne règne dans l’ombre après s’être démis de ses fonctions si son successeur préféré, le candidat du parti au pouvoir et ancien ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary, l’emportait le 23 décembre.

Kabila, âgé de 47 ans, a écarté ces craintes, affirmant que la constitution indiquait clairement qu’un tel arrangement n’était pas
possible. Pourtant, il agit maintenant en tant qu’autorité morale pour une coalition politique récemment créée, le Front commun du Congo, qui se maintient proche du pouvoir.

Kabila a déclaré qu’il resterait probablement dans le rôle de conseiller: « Si quelqu’un veut un conseil de ma part, j’espère qu’il
viendra le demander. »

Le Congo fait face à ce qui pourrait être son premier transfert de pouvoir démocratique et pacifique depuis l’indépendance de la Belgique en 1960. L’enjeu est un vaste pays doté de milliards de dollars de ressources naturelles, mais longtemps déstabilisé par des dizaines de groupes rebelles.

À présent, une épidémie d’Ebola, la deuxième en importance dans l’histoire, représente une nouvelle menace pour les élections, dont le retard depuis la fin de l’année 2016 a donné lieu à des manifestations parfois mortelles contre le long séjour de M. Kabila au-delà de son mandat. Le gouvernement a imputé les retards aux difficultés d’organisation du vote alors qu’une nouvelle vague de combats entre rebelles faisait rage.

Les critiques du retard « devraient être assez humbles pour se rendre compte que le Congo lui-même est un défi et que le processus électoral est un défi beaucoup plus grand », a déclaré Kabila. Tous les pays, que ce soit les États-Unis ou la France, accordent la priorité à la sécurité avant les élections, a-t-il ajouté.

Agacés par la pression nationale et étrangère – y compris les sanctions de l’Union européenne contre Shadary pour avoir entravé le
processus électoral au Congo et la répression contre les manifestants  Kabila et son administration ont repoussé les soi-disant ingérences dans les affaires du Congo et se sont engagés à financer cette élection seule, sans argent extérieur.

Dans un geste ambitieux mais inquiétant pour beaucoup, le Congo utilise également des machines à voter pour la première fois de cette élection, suscitant des questions d’experts techniques, de diplomates et de groupes de défense des droits sur la façon dont ce pays dépourvu d’infrastructure de 40 millions d’électeurs, dont beaucoup n’ont aucune expérience en informatique , y arrivera.

Les deux principaux partis d’opposition du Congo ont uni leurs forces après s’être retirés d’un pacte plus large visant à soutenir un seul candidat. Felix Tshisekedi, du parti d’opposition le plus important du pays, représente son parti ainsi que celui de Vital Kamerhe. Martin Fayulu Madidi est l’autre candidat principal de l’opposition.

Au Congo, certains craignent qu’une opposition divisée nuise aux chances de vaincre Shadary lors d’un scrutin à un tour. Le Congo n’a pas de vote de second tour.

Kabila a défendu son héritage, évoquant les victoires de son élection partielle, et semblait songeur quant à l’avenir, quel que soit son rôle. « Le travail dans ce pays ne sera jamais terminé », a-t-il déclaré.

AP/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
2 Comments

2 Comments

  1. Pingback: 7sur7.cd : «Présidentielle : le président Kabila n’exclut pas de se représenter en 2023» | Congo Actuel

  2. Pingback: 7sur7.cd : «Présidentielle : le président Kabila n’exclut pas de se représenter en 2023» - congotribune

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Le Salon des Médias et du Business ouvert ce jeudi à Kinshasa 

Published

on

C’est sur le thème: « Les médias, un atout pour la croissance des entreprises en RDC » que le Salon des Médias et du Business s’est ouvert ce jeudi 26 au 27 janvier 2023 à l’hôtel Fleuve Congo.

Événement incontournable de la scène des médias, le Salon des Médias et du Business est l’unique salon en RDC qui rassemble toute la presse et les opérateurs économiques pour discuter des possibilités d’une relation gagnant-gagnant.

Ce salon est organisé par l’Association des médias en ligne (MILRDC) en collaboration avec la Fédération des Entreprises du Congo (FEC), avec l’appui technique d’Internews sur financement de l’Union Européenne dans le cadre du projet Medias Indépendants et Innovants (Medias 2I).

Prennent part à cette rencontre, environ une centaine de journalistes, communicateurs et chefs d’entreprises.

L’objectif visé par les organisateurs est double : « d’abord évaluer les avancées de l’écosystème médiatique et son impact éventuel sur la croissance des entreprises du pays et ensuite initier un espace d’échange sur diverses thématiques en vue d’améliorer la relation entre le secteur privé et les médias », a déclaré Noémie Kilembe, directrice adjointe d’Internews.

Durant les deux jours du Salon, les participants prendront part aux echanges à travers quatre panels. Les deux premiers prévus ce jeudi ont tablé sur « la réglementation de la publicité en RDC et son impact sur les revenus des médias »; et aussi « les médias face aux régies publicitaires et GAFAS ».

Pour ce vendredi, le premier panel traitera de la diversification des services et des offres des médias, alors que le deuxième planchera sur la gouvernance et la gestion des médias en tant qu’entreprise.

Ce Salon, convient-il de rappeler, rentre dans le cadre du projet M2I débuté en janvier 2020 et qui s’achève à la fin du mois de janvier 2023.

Déborah Kabuya/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising