K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

RDC: Ipakala André crie à un hold-up électoral à Bafwasende

Published

on

 

Dans un point de presse tenu ce jeudi 28 mars 2019, dans la commune de Lingwala, le candidat malheureux aux législatives du 30 décembre 2018 dans la circonscription électorale de Bafwasende, André Ipakala Abeiye Mobiko, crie à un hold-up électoral.

En effet, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) avait proclamé le candidat qui n’avait pas atteint le nombre élevé des voix par rapport à ses adversaires. Heri Baraka Arthur, candidat sur la liste d’ACO avait obtenu seulement 5890 voix et était proclamé élu alors que Ipakala Abeiye avait raflé plus de 9976 voix, ce qui ne pouvait pas être le cas.

La CENI a-t-elle changé la loi électorale ?

André Ipakala s’est interrogé si la CENI avait changé la loi électorale ! Il a fait recours à l’article 118 de la loi électorale, à son alinéa 5 qui stipule que « dans les circonscriptions comptant un siège à pourvoir, le vote a lieu au scrutin majoritaire simple. Le candidat qui obtient le plus grand nombre de voix est proclamé élu ». Alors que lui-même en tant qu’indépendant, a su dépasser, avec à peu près de 4000 voix son chalenger.

« Conformément à la loi, quand on a un siège dans une circonscription, on ne calcule pas le seuil mais le plus fort est celui qui remporte. Et c’est moi qui ai remporté ces élections à Bafwasende”,  affirme l’éditeur du journal La Référence plus.

Profitant de l’occasion devant la presse, André Ipakala reste confiant à la cour constitutionnelle qui statue sur son recours et pense avoir gain de cause. « Nous sommes aujourd’hui dans un Etat de droit et aussi entant que chrétien j’ai la foi que la cours dira le droit. » a-t-il conclut

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

EPST : La Synergie des Syndicats des enseignants met en garde le SECOPE !

Published

on

La Synergie des Syndicats des enseignants de la République Démocratique du Congo, réunie en Assemblée Générale le samedi 14 mai 2022 à Kinshasa, pour évaluer les promesses du Gouvernement aux enseignants, a lancé une mise en garde à l’endroit du Service de la Paie et du Contrôle des enseignants (SECOPE).

Au cours de la déclaration finale de cette réunion, lue devant la presse, le Secrétaire Général du Synecat, Jean-Bosco Puna, s’est exprimé en ces termes : ” La Synergie met en garde le SECOPE et l’invite à assurer ses prérogatives, conformément à ses missions initiales “.

Par contre, rien n’a été précisé comme grief à l’endroit de ce Service, lors de cette déclaration.

Dans la recherche des informations, la rédaction du CONGOPROFOND.NET est entrée en contact avec des écoles et a constaté que la grande majorité des enseignants mécanisés par le SECOPE, au mois de janvier, n’a pas été payée en avril, comme annoncé par le ministre de l’EPST.

Pour les enseignants affiliés à ces Syndicats, le Gouvernement n’a pas réalisé les promesses faites à Mbuela Lodge à Kisantu, au début du mois de novembre 2021, lors des négociations entre banc syndical des enseignants et le banc gouvernemental.

C’est pourquoi, ajoute Jean-Bosco Puna, : ” Les enseignants demandent au Gouvernement, avant d’envisager la rentrée scolaire prochaine, de suspendre la retraite cavalière, de payer le troisième palier à tous les enseignants de l’EPST et de payer les vrais enseignants N.U “.

Néanmoins, précise-t-il : ” Les enseignants décident de poursuivre les enseignements dans toutes les écoles primaires et secondaires, sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo et attendre la clôture de l’année scolaire 2021-2022, pour des actions bien planifiées à leur profit “.

Rappelons que l’année scolaire en cours a démarré le 04 octobre 2021 sur fonds de grève, au niveau des écoles publiques.

Les enseignants revendiquent l’amélioration de leurs conditions sociales. Les points saillants de ces revendications sont la régularisation de la situation des enseignants dits N.U et le paiement des deuxième et troisième paliers de salaires.

Selon les autorités, 70.023 enseignants Nouvelles Unités viennent d’être payées en avril dernier.

Jules KISEMA KINKATU/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising