Connect with us

À la Une

RDC: Huang Xia, envoyé spécial du SG de l’Onu dans les Grands lacs, réaffirme son soutien au MNS

Published

on

L’envoyé spécial du secrétaire général des Nations-Unies dans les Grands lacs, Huang Xia, s’est entretenu, ce lundi 15 avril 2019 à Kinshasa/Gombe, avec le coordonnateur du Mécanisme national de suivi de l’accord-cadre d’Addis Abeba (MNS), Claude Ibalanky Ekolomba. Cette entrevue, souligne-t-on, s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations entre le bureau de l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations-Unies dans les Grands lacs et le nouveau leadership au MNS.

« Le Mécanisme national de suivi est une structure très importante dans la mise en œuvre de l’Accord cadre de la paix, la sécurité et la coopération en République démocratique du Congo et dans la région des Grands lacs. Avec le coordonnateur du MNS, j’ai eu un entretien très riche, très intéressant et très constructif. Avec lui, nous avons échangé autour des échéances à préparer. Et d’ici la fin de l’année en cours, nous aurons des résultats concrets dans le cadre de la pérennisation de la paix dans ce pays et dans la sous-région. Je lui ai rassuré de notre soutien », a déclaré Huang Xia.

Saluant, par ailleurs, le travail abattu par son prédécesseur dans le cadre de la recherche de la paix et de la sécurité dans la région des Grands lacs, Huang Xia se dit prêt à poursuivre le travail déjà initié par Said Djinnit. « Mon prédécesseur m’a laissé un héritage très riche et très important. Je pense que les acquis sont déjà là. C’est à nous de reprendre ce patrimoine, cet héritage, et engager des actions plus concrètes, plus ambitieuses afin d’engager les organisations régionales, sous-régionales, les pays concernés et obtenir des acquis encore plus importants en vue d’obtenir la paix, la sécurité ; accompagner les pays concernés à s’engager dans un processus de développement socioéconomique plus ambitieux », a-t-il appuyé.

Quant au coordonnateur du MNS, Claude Ibalanky, il a confirmé le contenu de cet entretien. « Nous sommes très contents et satisfaits de cet entretien. Au cours des échanges, nous avons abordé les questions de la collaboration entre nos deux institutions. La dernière réunion du Conseil de sécurité des Nations-Unies a mis un accent particulier sur l’accord-cadre d’Addis-Abeba. A ce sujet, nous avons besoin de l’appui, de l’accompagnement et du soutien du bureau du représentant du secrétaire général des Nations unies dans les Grands lacs », a-t-il confié.

Au sujet du nouvel envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies dans les Grands lacs, Huang Xia, il est de nationalité chinoise.

Entre 1987 et 1990, il fut attaché au département de traduction et d’interprétation au ministère des affaires étrangères en Chine. De 1990 à 1993, il sera nommé attaché du troisième secrétaire de l’Ambassade de la République populaire de Chine au Gabon. De 1993 à 1996, il est troisième secrétaire et directeur adjoint au département de traduction et d’interprétation au ministère des affaires étrangères en Chine.
Entre 1996 et 1998, il est à l’école nationale d’administration, spécialisation en gestion des administrations.

De 2002 – 2007, il est directeur général adjoint/Conseiller à l’Ambassade de la République populaire de Chine en France avant d’occuper entre 2007 et 2009, le poste d’adjoint au maire dans le gouvernement populaire de Jiamusi, province du Heilongjiang, Chine.

De 2009 – 2012, Xuang Xia est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à l’Ambassade de la République populaire de Chine au Niger. De 2012 à 2015, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à l’ambassade de la République populaire de Chine au Sénégal. De 2015 et 2018, il est ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire à l’Ambassade de la République populaire de Chine en République du Congo.

Entre 2018 et mars 2019, il est fonctionnaire de haut rang au département des affaires africaines au ministère des Affaires étrangères en Chine. Et depuis Avril 2019, il est nommé Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies pour la région des Grands lacs.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising