Connect with us

Economie

RDC : Glencore veut illégalement mettre terme à ses contrats de sécurisation des installations de KCC

Published

on

Annoncé à Kinshasa d’ici le 25 octobre de l’année en cours, sur fond d’une prétendue rencontre avec le chef de l’État Félix Tshisekedi, le numéro 1 de la compagnie Glencore, Kalibas Madhavpeddi, arrive aussi pour mettre un terme, illégalement, aux contrats de sécurisation de ses installations de Kolwezi qui le lient aux sociétés de gardiennage Connexion, Twinte et ElCCI, selon des sources concordantes en faveur de G4S, une firme regroupant des intérêts sud-africains, américains et britanniques.

Ces sources voient la démarche du patron de Glencore tendant à piétiner les lois du pays sur la sous-traitance, car ce domaine est une exclusivité réservée aux nationaux.

“Le Directeur Sécurité de KCC, Barnard Trevor, de nationalité sud-africaine, a fait le déplacement de Lubumbashi le 8 octobre, où il a présidé une réunion avec le patron de la société G4S à l’hôtel Karavia, puis au bureau de G4S de Lubumbashi. Au menu: la conclusion, en coulisses, d’un contrat en faveur de G4S, souligne-t-on. Puis d’ajouter : “À Kolwezi et Lubumbashi, des ONG anticorruption ont décidé de se mêler de ce dossier. Elles envisagent des actions d’envergure pour dénoncer Glencore et G4S.”

Les connaisseurs trouvent que la procédure est mal entamée, en estimant que le directeur de sécurité de KCC ne peut entreprendre pareille initiative auprès des sociétés qui concourent à l’appel d’offre.

CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

Actualité

Bunia: Des agents de la police de crimes économiques accusés de la tracasserie

Published

on

Le député national Deogratias Kaliomo Kakule dénonce les tracasseries sur les opérateurs économiques dont les agents de la police des crimes économiques seraient auteur dans la ville de Bunia, chef-lieu de la province de l’Ituri.

D’après cet élu de cette ville, ces agents de la police et du services des mines se livreraient à cette pratique en complicité avec certains syndicats économiques.

“Des informations à notre possession font état d’une complicité entre ces services et certains syndicats économiques qui collaborent pour rançonner la population” dénonce cet élu.

Inquiet, Kaliomo invite les autorités compétentes à s’y investir pour mettre un terme à ces tracasseries.

Nous pensons que la police de crimes économiques doit être installée à la frontière et non en ville”, précise-t-il.

À la police l’on estime qu’une accusation ne doit pas se faire sur la voix des ondes. Le porte-parole de la police invite plutôt cet élu à «passer à l’état major avec des éléments de preuves ».

Vérité Johnson/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising