Connect with us

À la Une

RDC : face à l’humiliation infligée à Kamerhe, les députés UNC expriment leur grande désolation et exigent sa libération

Published

on

Les députés nationaux de l’Union pour la Nation Congolaise ( UNC) expriment leur grande désolation face à l’humiliation que vient de subir leur président national Vital Kamerhe, directeur de cabinet du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi. Dans une déclaration faite mercredi 08 avril 2020 dans la soirée, ces élus du peuple exigent sa libération sans condition.

Ils rappellent que Vital Kamerhe se retrouve sous mandat d’arrêt provisoire pour une confrontation qui ne constitue ni une infraction, encore moins une preuve de quelconque de culpabilité. “Rien n’indique que sa fuite n’était à craindre pour justifier son arrestation et sa mise en détention”, ont-ils déploré.

Par ailleurs, ces élus membres de l’UNC fustigent le comportement de certains médias qui s’évertuent à véhiculer des fausses informations selon lesquelles Vital Kamerhe serait inculpé pour détournement de deniers publics. “Ceci est totalement faux et constitue une atteinte à la dignité et à sa personnalité”, précisent ces élus.

Aux militants et électeurs, ces élus leurs demandent de rester mobilisés et vigilants en attendant les grandes décisions du parti.

L’occasion faisant le larron, ces parlementaires réitèrent leur soutien indéfectible à Vital Kamerhe, président national de l’UNC.

Rappelons-le, le Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa-Matete a placé Vital Kamerhe, directeur de cabinet du Chef de l’État sous mandat d’arrêt provisoire à la prison de Makala en attendant la suite de l’instruction du dossier de détournement des fonds alloués au projet des 100 jours du Président de la République. Cette décision a été prise mercredi 08 avril 2020 après son audition par le procureur général.

Le Parquet cherche à obtenir de lui notamment les renseignements sur son rôle dans la passation des marchés, la procédure, le décaissement des fonds affectés aux travaux des logements sociaux et des sauts-de-mouton, des projets principaux dans le programme d’urgence du Chef de l’État lancé le 02 mars 2019.

Bien avant cette décision, les questions relatives au bon fonctionnement de la coalition Cap pour le changement (CACH) ont été examinées au cours de l’audience que le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, a accordée, ce mercredi 08 avril 2020 à la Cité de l’Union africaine, à la délégation de la Direction politique nationale de l’UNC, conduite par son Secrétaire général a.i, Aimé Boji.

Le Chef de la délégation de l’UNC, parti cher à Vital Kamerhe, son président et Directeur de cabinet du Chef de l’État, a déclaré à la presse, au sortir de l’audience, qu’ils ont été reçus par le Président Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, l’autorité morale de le coalition, CACH, afin de parcourir certaines questions liées au bon fonctionnement de leur famille politique. La question de la saga judiciaire de leur autorité morale n’ayant pas été abordée, car le Chef de l’Etat tient au respect strict du principe de séparation des pouvoirs. Pour lui, la justice est indépendante.

Muamba Mulembue Clément/CONGOPROFOND.NET

%d blogueurs aiment cette page :