Connect with us

À la Une

Justice : la Cour de Cassation suspend ses activités, l’étau se resserre autour de Kamerhe !

Published

on

La détention de Vital Kamerhe, directeur de cabinet du président de la République, à Makala risque de perdurer. Et pour cause ! La Cour de Cassation a décidé, depuis le mercredi 8 avril, à travers un communiqué officiel signé par son premier président Dominique Ntambwe, de renvoyer en bloc après la période de l’état d’urgence toutes les affaires en instruction.

En d’autres termes, l’instruction à la Cour de Cassation du dossier qui est sensé déterminer le sort de l’incriminé s’éloigne en terme de date et se renvoie purement et simplement aux calendes grecques.

Conséquence : Vital Kamerhe attendra donc la fixation de son sort à Makala. Et cela, jusqu’au retrait de l’état d’urgence sanitaire décrété par le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, en marge de la pandémie de Coronavirus qui menace le pays.

C’est ce qui ressort de la décision prise et rendue publique mercredi 08 avril le même jour de la détention provisoire de Vital Kamerhe.

Dans ce communiqué, en effet, le premier Président de la Cours de cassation, renvoie non seulement en bloc toutes les affaires en instruction après la période de l’État d’urgence, mais aussi fixe à la même période toutes les affaires nouvellement enrôlées au greffe.

Le sort de Vital Kamerhe semble scellé et commence à s’entourer d’incertitudes quant à son dénouement dans un délai court.

La coïncidence de cette mesure prise par la Cour de Cassation avec l’arrestation du Dircab suscite déjà des interrogations tant dans l’opinion que dans les milieux politiques en RDC.

Il y a peu, le bâtonnier national Matadiwamba Kamba Mutu a suspendu les activités des bareaux pour la protection des avocats contre le Coronavirus.

D’où la question de savoir si les instructions de Dominique Ntambwe, premier Président de la Cours de cassation, n’ont pas attendu l’entrée de Kamerhe dans la nasse pour pouvoir décréter son état d’urgence?

Affaire à suivre.

Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET

%d blogueurs aiment cette page :