Connect with us

Actualité

RDC/Ebola: Beni, foyer principal de l’épidémie, un nouveau plan de riposte en chantier

Published

on

Le ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, a tenu une conférence de presse à son cabinet ce samedi 13 octobre 2018 afin de présenter l’évolution de l’épidémie de la maladie à virus Ebola dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Dr Oly Ilunga Kalenga est revenu sur les dernières évolutions de l’épidémie à Beni qui est désormais le foyer principal.

Il a mis en avant les facteurs ayant ralenti les avancées de la riposte dans la ville, à savoir la résistance communautaire, l’insécurité, les journées ville morte, et le manque d’implication des tradipraticiens.
Cette situation a créé une zone d’ombre pour les équipes de riposte.

Suite aux difficultés dans l’identification et le suivi des contacts, la majorité des nouveaux cas confirmés rapportés ce mois-ci ne font pas partie de la liste des contacts connus et les liens épidémiologiques ne sont identifiés qu’après une investigation approfondie. Ainsi, a dit le ministre, seule la poursuite des investigations nous permettra de déterminer l’ampleur réelle de cette deuxième vague de cas confirmés à Beni.

Toutefois, il y a des avancées positives dont l’augmentation significative du nombre d’alertes reçues et investiguées par jour. Ceci indique un renforcement de la surveillance.

Face à ces défis, la coordination a commencé à élaborer un nouveau plan de riposte qui prend en compte ces dimensions additionnelles liées aux réalités du terrain. Cette nouvelle approche est basée sur le co-ciblage (co-targeting) qui vise à ce que des actions concertées soient menées par des équipes multidisciplinaires autour des cas et alertes. Par ailleurs, la ville de Beni a été divisée en 18 zones opérationnelles qui correspondent aux 18 aires de santé de la ville avec des équipes de riposte spécifiques.

Le nombre de cas confirmés à Beni a dépassé celui de Mabalako, l’épicentre de l’épidémie.

Situation épidémiologique publiée dans une note du ministère de la Santé est qu’au total, 211 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 176 confirmés et 35 probables. Sur les 176 confirmés, 100 sont décédés et 55 sont guéris. Les autres sont hospitalisés dans les différents Centres de Traitement d’Ebola (CTE) installés. 24 cas suspects en cours d’investigation. 4 nouveaux cas confirmés, dont 2 à Beni, 1 à Masereka et 1 à Butembo.

Parmi ces nouveaux cas confirmés, 3 sont des décès communautaires (enterrements dignes et sécurisés réalisés). 5 nouveaux décès de cas confirmés, dont 2 à Beni, 2 à Mabalako et 1 à Butembo. 1 nouvelle personne guérie à Beni.

Delphin Mupanda/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

Actualité

Organisations : la FOMAK, sur orbite

Published

on

By

 

Le monde associatif et philanthropique vient de s’enrichir d’une nouvelle structure dénommée Fondation Makanzu (FOMAK), une structure portant le nom de son fondateur, le prof Dr Fils Makanzu Imwangana.

Sa sortie officielle a eu lieu le samedi 28 janvier 2023, au terrain Elimo Santu, dans la commune de Lemba, à Kinshasa.

Dans son discours inaugural, le promoteur de la FOMAK, Prof Fils Makanzu Imwangana, a énuméré les motivations qui ont milité à la création de cette fondation qui porte son nom en ces termes :  » la FOMAK naît dans un contexte où notre société, mieux notre communauté a besoin de plus de modèles dans tous les domaines de la vie. Un contexte où, les jeunes, espoir de l’avenir de notre nation, sont en quête de repères et de référence pour pouvoir se ressourcer et s’inspirer et en quête des bases culturelles réelles sur lesquelles ils doivent s’appuyer pour s’épanouir « .

Aussi, a-t-il ajouté :  » la FOMAK se veut une alternative ou une solution propice, ou encore comme un cadre de réflexion autour des atouts humains que représente chaque jeune d’abord en lui-même « .

Cependant, il a aussi rassuré que s’il se présente comme un pont entre les besoins des jeunes et les pistes de solution, parce qu’il est sûr de son expérience acquise dans le domaine de l’encadrement des jeunes comme enseignant.

Notons que le prof Fils Makanzu est directeur général et enseignant à l’Institut National du Bâtiment et des Travaux Publics. Il est en même temps pasteur.

Soulignons aussi que pour atteindre ses résultats, la FOMAK entend appuyer, favoriser, soutenir et encourager les initiatives privées et publiques dans les domaines socioéducatif, sanitaire, agropastoral, environnemental et autres, pour le développement et l’intérêt général de la communauté congolaise ; lutter contre la délinquance juvénile par l’encadrement des jeunes ; traiter les problèmes inhérents à l’environnement, lutter contre la pollution de la nature : érosions dans les milieux urbains et ruraux, la déforestation avec l’appui des partenaires ; assister les personnes vulnérables (Veuves, orphelins, filles mères, personnes vivant avec handicap, personnes de troisième âge) et assister les églises.

Faisant d’une pierre deux coups, la solennité de la sortie officielle de la FOMAK a été aussi l’occasion pour une adhésion massive à la Convention pour la République et la Démocratie (CDR), parti cher au président de l’Assemblée nationale de la RDC, Christophe Mboso N’kodia Pwanga, de tous les membres de la structure.

Au moins, mille personnes ont adhéré à la CRD, à la suite du management du prof Fils Makanzu, ce qui confirme sa capacité d’être un leader d’opinion et un meneur d’hommes.

Le moment était aussi opportun pour le fondateur de la FOMAK, de lancer un appel à l’enrôlement de ses membres comme électeurs, en perspective des échéances électorales prochaines.

Émile Yimbu/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising