Connect with us

non classé

RDC : avis de recherche Christian Nku-mbu, 33 ans « disparu » depuis la marche de CLC du 21 janvier 2018

Published

on

1 an après la marche pacifique du 21 janvier 2018 organisée par le comité laïc du Coordination (CLC) pour exiger le départ de Joseph Kabila qui a causé plusieurs décès, disparition et blessés, la famille Nku résidant dans la commune de Lemba est toujours à la recherche de leur fils, Christian Nku-mbu porté disparu depuis ce jour là et demande à l’actuel président, Félix Tshisekedi de leur venir en aide.

En effet, Christian Nku-mbu, un jeune éveillé qui voulait également le changement de son pays avait quitter la maison pour aller participer dans cette marche, fort malheureusement ce jeune âgé 33 ans n’est plus jamais retourné à la maison.

Christian Nku-mbu


Profitant d’un nouvel ère politique au pays, la famille Nku, compte sur le concours du nouveau président de la République Félix-Antoine Tshisekedi, en vue de retrouver leur fils.

« Jusqu’à présent, Christian n’a pas été retrouvé. Notre souci est qu’on nous aide. Aidez-nous, tout celui qui détient l’information sur l’endroit où il se trouve, qu’il nous tienne informé » a déclaré un membre de la famille.

Rappelons que cette marche macabre avait causé près de six morts, plus de 50 blessés et une centaine d’arrestations dont des prêtres et religieuses.

Notons que Christian Nku est jeune de 33 ans, célibataire né 29 octobre 1986 à Kinshasa, il résidait sur l’avenue Luyi N°30, Quartier : Keni/righini, dans la commune de Lemba. Le jour de la manifestation, il portait une chemise noire , un pantalon jean et un drapelet de la RDC , a précisé son frère.

Jolga Luvundisakio/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

non classé

Contrôle technique des véhicules à Boma: Dr Guy Bandu apporte une bouée de sauvetage à la population 

Published

on

Alors que le gouverneur du Kongo Central travaille pour la cohésion provinciale et la promotion de l’équilibre géo-économique, beaucoup le voient d’un mauvais oeil. Guy Bandu Ndungidi a signé dernièrement un arrêté rendant obligatoire le contrôle technique de tout véhicule et matériels roulants d’occasion à l’importation, en conventionnel ou en container. La délivrance du bon de sortie des véhicules ne se fera désormais qu’après le résultat dudit contrôle. Pour l’heure, seul le port international de Boma dispose des infrastructures adéquates quant à ce.

Des faits

Plusieurs cas d’accidents signalés sur la route nationale n°1. Une situation dûe, à en croire certains témoignages, au mauvais état des véhicules. Il n’est un secret pour personne que depuis un temps circuler dans la ville de Matadi est devenu un casse-tête. Des embouteillages monstres sont observés sur les grandes artères, principalement vers l’entrée du pont OEBK, à cause des véhicules remorques se dirigeant au port MGT.

Selon les témoignages de certains déclarants, actuellement plusieurs navires sont en mouillage, des containers bloqués aux ports de transit faute d’espace à MGT.

Enfin, le Bas-fleuve avec son unique ville Boma est économiquement malade à cause de l’effondrement des activités portuaires.

Evaluant de près la situation et tenant compte des paramètres socio-économiques, le gouvernement provincial a pris l’option de s’appuyer sur l’arrêté Tsasa-di-Ntumba dans le souci de réglementer et réguler les activités économiques.

Pour rappel, cette décision fait suite à un atelier de deux jours organisé au gouvernorat avec la participation de tous les intervenants portuaires y compris les armateurs et la Fec. L’arrêté Bandu n’est que la mise en application de l’une des 26 recommandations assorties de ces assises.

De l’avis d’un juriste

Pour Me Willy Mbadi, c’est du bon droit que le gouverneur a signé cet arrêté soutenu par une forte légitimité au nom de l’équilibre économique provincial entre les deux principaux pools constituant le Kongo Central à savoir l’Est et l’Ouest. Dans tous les cas, la partie droite du fleuve Congo se réjouit et remercie le président de la République, son Excellence Félix-Antoine Tshisekedi qui a enfin accompli, au travers le gouverneur du Kongo Central le Docteur Guy Bandu Ndungidi, sa promesse faite aux Bomatraciens de relancer l’exploitation du port pour l’amélioration des conditions socio-économiques de cette partie de la province. La population attend impatiemment la fin du moratoire de 45 jours pour l’application effective de l’arrêté Bandu.

Sandrine Lisingi/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising