Connect with us

À la Une

RDC : 139 millions USD mobilisés pour l’amélioration de la production du riz, de manioc et de maïs

Published

on

 

Dans le cadre d’un programme agricole volontariste en cours d’exécution, en vue d’améliorer et accroitre sensiblement la production de riz, de manioc et de maïs, une somme de 139.000.000 (cent trente-neuf millions) USD vient d’être disponibilisé par le Gouvernement congolais.

C’est ce qu’a indiqué lundi 29 juillet le ministre intérimaire de l’Agriculture, Me Tshibangu Kalala, à la presse.

Pour réussir ce programme, a souligné le ministre intérimaire de l’Agriculture, le gouvernement a arrêté une stratégie qui consiste à acquérir des matériels agricoles performants capables de couvrir des champs de plus de 40 (quarante) hectares par jour, rapporte l’ACP.

Pour la matérialisation à grande échelle de ce programme, a poursuivi Me Tshibangu Kalala, le gouvernement compte signer un contrat avec une société privée spécialisée dans l’agriculture, à qui sera confiée la gestion de ces matériels, dans le cadre d’un programme de régime intéressé.

Ce programme, a-t-il dit, qui est déjà en cours d’exécution, est présentement expérimenté  dans 6 (six) provinces notamment, à Kinshasa, dans le Kongo Central, dans le Haut Lomami, au Kasaï-Oriental et Central ainsi qu’au Sud-Kivu.

Cette enveloppe de 139.000.000 (cent trente-neuf millions) USD a été débloquée pour les deux premières phases. Pour la première phase, 3 (trois) sites ont été retenus à savoir,  Kinshasa-Mongata ; Kongo Central-Ngudi ainsi que Kaniama.

La deuxième phase concerne les sites de Kasaï Central-Saloshimba, Kasaï Oriental-Nguadi ainsi que la Plaine de la Ruzizi dans les territoires d’Uvira et de Walungu.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

La corruption à son paroxysme : Quand le pouvoir corrompt même les plus hauts organes de décision

Published

on

Dans un récent scandale révélé au grand jour, le camp du candidat déclaré provisoirement Gouverneur de la province du Haut-Uélé Jean Bakomito Gambu malgré les irrégularités et la fraude industrielle orchestrée lors des élections du 29 Avril 2024 a été pris en flagrant délit de tentative de corruption au sein du Conseil d’État, dépassant ainsi tout ce que l’on aurait pu imaginer. Après une audience décisive, les membres de ce camp se sont retrouvés dans l’impasse financière, manquant des fonds nécessaires pour soudoyer les membres du Conseil d’état.

Face à cette situation critique, ils se sont tournés vers un allié de poids, l’ancien Gouverneur Christophe Baseane Nangaa, mais ce dernier a refusé de prêter la somme colossale exigée. Sans alternative, ils ont décidé de s’endetter auprès de la principale entreprise minière de la province, Kibali Gold Mine compromettant ainsi leur intégrité et leur légitimité.

Cette affaire d’une gravité extrême a attiré l’attention de toutes les autorités de la république, mettant en lumière l’étendue des ravages causés par la corruption dans les rouages du pouvoir. Elle soulève des questions essentielles sur l’éthique et la transparence des processus politiques, et appelle à une réaction ferme et sans équivoque de la part des institutions chargées de veiller à l’intégrité de notre démocratie.

Cette affaire révèle une triste réalité : la corruption a atteint des sommets insoupçonnés, menaçant les bases mêmes de notre système démocratique. Il est temps de prendre des mesures radicales pour lutter contre ce fléau qui gangrène notre société et compromet notre avenir collectif.

TEDDY MFITU
Polymathe, chercheur et écrivain / Consultant senior cabinet CICPAR


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte