Connect with us

non classé

Quelles sont les préférences sexuelles des Africains en général ?

Published

on

 

Les diverses études et sondages ont permis de comprendre que les Africains restent attachés aux préférences sexuelles basiques. Cependant, certains n’hésitent pas à innover afin de rendre plus intéressante leur vie de couple. Quelles sont donc les préférences sexuelles des Africains en général ? La réponse est à découvrir dans les lignes à suivre.

 

La levrette : l’une des préférences sexuelles les plus pratiquées en Afrique

La position de la levrette occupe la première place parmi les préférences sexuelles africaines. Une telle position est privilégiée par les hommes animés par une envie de dominer l’autre partenaire. Il va alors de soi d’affirmer que la levrette est appréciée par les femmes désireuses de ressentir la dominance masculine. 

 

Une telle pratique sexuelle est privilégiée en raison de sa simplicité. C’est également une position sexuelle rapide à réaliser. Les personnes qui la mettent en pratique se sentent en confiance et parviennent à prendre le contrôle de la fréquence et de l’intensité de la pénétration. La levrette est très privilégiée en raison du confort qu’elle procure. Vous pourriez en savoir plus sur Gabbi Carter.

 

La pratique du missionnaire 

Aujourd’hui, la quasi-totalité du peuple africain s’adonne à cette préférence sexuelle basique. Cela est notamment dû à son efficacité, ainsi qu’au confort que procure une telle pratique. Il s’agit d’une valeur sûre et coquine qui arrive en 2e position en termes de préférences sexuelles après la levrette. 

 

Lorsque le missionnaire joue bien son rôle, la pénétration s’effectue convenablement en procurant la possibilité de manipuler correctement le clitoris de la femme. Cela augmente drastiquement les chances d’offrir à cette dernière une jouissance sans précédent. 

 

Sa cote de popularité est aussi grande que celle de la levrette, car elle permet de pratiquer des rapports intimes intenses. Pendant un rapport sexuel basé sur le missionnaire, les deux partenaires ont en réalité la possibilité de se plonger l’un dans le regard de l’autre.

 

L’Andromaque 

L’Andromaque fait partie des nombreuses préférences sexuelles africaines. Elle arrive en 3e position en raison du fait qu’elle est moins appréciée que la levrette et le missionnaire. Cette préférence sexuelle reste néanmoins très prisée par les couples désireux d’offrir à la femme la possibilité de prendre en main les rapports intimes. 

 

En s’adonnant à une telle pratique sexuelle, la femme chevauche son partenaire en contrôlant aussi bien le rythme que l’intensité de la pénétration. Les Africains privilégient la position de l’Andromaque étant donné qu’elle est connue pour offrir une double stimulation à la femme. En effet, celles qui s’y adonnent bénéficient de la stimulation clitoridienne et vaginale. Cela augmente drastiquement donc les chances pour que la femme puisse jouir plus vite et de façon intense. 

L’usage de jouets sexuels ou encore sex-toys 

Aujourd’hui, force est de constater que les Africains ont intégré à leurs préférences sexuelles l’usage de jouets sexuels. Cela leur permet de pimenter encore plus leur relation intime. Ainsi, ils optent pour les accessoires tels que les vibromasseurs, les godemichets, les culottes spéciales, les masseurs de prostate les anneaux de retard de d’éjaculation et bien d’autres accessoires intéressants. 

 


There is no ads to display, Please add some

non classé

Semaine Africaine de l’industrialisation : Les femmes transformatrices à l’honneur à Niamey !

Published

on

En marge de la Semaine Africaine de l’Industrialisation (AIWEEK 2022) qui de tient du 20 au 25 novembre à Niamey, il s’est tenu, en date du 19 novembre 2022, un sommet des femmes africaines transformatrices (Awip) au Palais du 29 Juillet.

Ce sommet était donc organisé dans l’objectif de tracer une nouvelle voie qui aborde de manière exhaustive les défis auxquels sont confrontés les chefs d’entreprise et les industriels en Afrique, en particulier nos femmes africaines entrepreneuse. Toutefois, il y a lieu de signaler que ce forum a reçu le parrainage de la première dame du Niger, Mme Khadîdja Hadjiya Bazoum. Des hôtes ont rehaussé de leurs présences lors de la cérémonie d’ouverture de ce sommet des femmes africaines transformatrices parmi lesquels : Le Premier ministre du Niger, Mme Nardos Bekele PDG de l’AUDA NEPAD AGENCY, le Commissaire Albert Muchanga, des délégués de la Commission de l’Union Africaine et du NEPAD, des ministres, etc.

Des allocutions étaient prononcées, le gouverneur de la région de Niamey, M. Oudou Ambouka, Mme Arzika Rabia promotrice du 100% Made in Niger et initiatrice de ce sommet, et Mme Salamatou Gouruza Maggai, ministre de l’Industrie et entrepreumnariat des jeunes. Ce Sommet des femmes africaines transformatrices (Awip), avait débattu autour du thème principal : « Femmes entrepreneuses : un accélérateur du processus d’industrialisation de l’Afrique ».

Intervenant à son tour, le Commissaire Albert Muchanga, en charge du développement économique, commerce, industrie, mines, et tourisme auprès de l’UA, a dans son discours rappelé l’historique de la date du 20 novembre consacrée à l’industrialisation. Bien plus, il a révélé que la particularité de cette semaine est qu’au moins 58 tables-rondes ont été tenues. Ce qui constituent un record. Puis de préciser que cela méritait bien d’être pérennisé en vue d’en faire une vraie source de valeur partagée par toutes les parties prenantes au processus de l’industrialisation de l’Afrique.

En outre, il a martelé que cette journée d’industrialisation de l’Afrique offrait aux parties prenantes une opportunité pour réfléchir par rapport à la dynamique de l’industrialisation en Afrique. Il a estimé qu’il était donc nécessaire de faire un arrêt pour voir d’où nous venons pour mieux réfléchir face à l’avenir en ce qui concerne les prochaines taches d’industrialisation en Afrique.

Pour sa part, Mme Rabi Arzika, Coordonnatrice de cette exposition, a d’abord rappelé que l’organisation du sommet de l’UA par son pays en collaboration avec le ministère de l’Industrie et de l’entrepreunariat des jeunes constituait un motif de fierté et de satisfaction. Elle a indiqué que ce jour était donc un vrai rêve pour eux afin de réunir toutes ses femmes africaines impliquées dans la transformation en vue de saluer leurs forces, leurs actions et surtout partager ensemble les bonnes pratiques pour une contribution à une dynamique irréversible dans le secteur de l’industrialisation.

Enfin, elle a dit sa gratitude au président Bazoum Mohamed pour avoir cru à ce projet en lui accordant son accompagnement nécessaire pour sa concrétisation. Au premier ministre, elle a salué son implication personnelle qui du reste a été marqué par sa présence. Et en dernier lieu, elle a remercié la Commission de l’UA, des partenaires ainsi que la première dame Hadjiya Khadîdja Bazoum pour avoir approuvé son accord en tant que marraine de cet évènement des femmes transformatrices en vue de leur autonomisation.

Melba Muzola/Envoyé spéciale CONGOPROFOND.NET à Niamey


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising