Connect with us

Actualité

Projet « Yabiso SA » : Encore une nouvelle arnaque du milliardaire israélien Dan Gertler !

Published

on

 

Alors que plusieurs organisations locales l’accusent d’exploitation illégale des minerais en RDC pour son enrichissement personnel et de bradage de nos ressources, le milliardaire israélien et magnat des mines Dan Getler avait eu la pensée de lancer son projet intitulé « Yabiso, » qui signifie « C’est à nous » en lingala. Il s’agit, selon son auteur, d’un nouveau véhicule financier inspiré pouvant permettre pour la première fois au peuple de la RDC de participer directement à la richesse minière du pays.

Selon Dan Getler, « Yabiso » détiendra 30 % du flux de redevances de Metalkol (acquis de la Gécamines en juin
2017 pour un total de 83 millions de dollars). Ces 30% seront transférés dans ce véhicule financier à prix coûtant, ce qui en fait un véritable partenariat.

Les actions de Yabiso seront ensuite mises à la disposition du peuple de la RDC pour être achetées en 2021, à la même valeur que celle à laquelle Multree SASU (une société liée
au Gertler Family Trust) a acquis pour la première fois le flux de redevances, ce qui en fait un véritable partenariat. »

Lors de son point de presse à Kinshasa, Dan Gertler a déclaré :
« Je suis conscient de la critique selon laquelle les bénéfices de l’industrie minière en RDC peuvent échapper à ceux pour
qui les bénéfices devraient être les plus clairs. En l’absence d’un marché boursier en RDC, et sans possibilité de co-investissement dans une quelconque opération, les options pour le Congolais ordinaire sont extrêmement limitées. Ce n’est pas normal. J’agis maintenant et j’espère qu’en agissant ainsi, j’amorcerai une nouvelle approche de l’investissement en
RDC. Cela permet aux Congolais ordinaires de participer directement à ce que nous espérons tous être un projet d’investissement réussi et innovant. Investir en RDC est risqué. L’acquisition du flux de redevances de Metalkol en 2017 était elle-même risquée. Mais grâce au travail acharné des équipes sur le terrain, et à un environnement de marché plus favorable, la mine est maintenant en mesure de commencer à payer des redevances, elle a maintenant conclu l’accord de paiement anticipé à la Gécamines. Je suis honoré que Yabiso soit la première occasion pour les Congolais de participer directement à la richesse minière de la RDC. Je reconnais qu’il y a encore beaucoup de questions sur cette nouvelle opportunité et comme nous nous approchons du lancement officiel, je suis confiant que nous pourrons certainement y répondre « .

« Après que le mécanisme et la gouvernance aient été mis en place suivant les régulations congolaises, tout ressortissant
de la RDC qui souhaite participer au futur flux de redevances acquis par Yabiso pourra acquérir des parts de Yabiso, à partir d’un investissement minimum de 50 € jusqu’à 10 000 €., » a-t-il ajouté.

Les candidats seront soumis à un processus de sélection
rigoureux, afin de limiter la participation aux citoyens congolais individuels ; elle n’est pas ouverte aux entreprises, aux hommes politiques ni aux régulateurs.

Dan Gertler s’était dit conscient du fait que pour de nombreux Congolais, ce type d’investissement sera au-dessus de leurs
moyens, même à des niveaux peu élevés. Il lance donc un mécanisme qui permettra aux investisseurs de bénéficier d’un prêt sans intérêt (« le Prêt ») pouvant aller jusqu’à 100% de la valeur des actions émises. Le Prêt sera remboursable par Yabiso à partir du flux de royalties, avec une période de grâce de 5 ans.

Selon le programme etabli par son concepteur, « Yabiso » devrait être opérationnel et obtenir une licence complète au cours du premier trimestre 2021, les premiers dividendes étant versés aux investisseurs au cours du deuxième trimestre de la même année. »

Or il s’avère que nous sommes début septembre 2021 et le projet n’a toujours pas débuté.

Le projet n’étant ni opérationnel et encore moins les premières dividendes versées aux soumissionnaires. Aucune trace quelque part !

Et pourtant, il a été promu que Yabiso sera gérée de manière transparente par une direction professionnelle et un conseil d’administration indépendant, et sera entièrement contrôlée par des auditeurs indépendants. Ce qui n’a pas été fait.

Jusqu’aujourd’hui, la Société Anonyme Ya Biso SA faisant appel public à l’épargne », n’existe que dans l’imaginaire du riche homme d’affaires israélien à qui l’ancien Président Joseph Kabila a octroyé un passeport congolais.

Le Web Yabiso et des comptes sur les réseaux sociaux créés sont restés des coquilles vides, confirmant une nouvelle fois les élans d’un projet utopique pour camoufler les dossiers sales auxquels il serait entaché notamment: Fleurette MUMI où il réclame plus de 200 millions des USD à Gecamines, les blocs pétroliers de l’océan Atlantique et du lac Albert acquis au prix des bouchées de pain et où il réclame des centaines des millions des USD aux autorités congolaises.

Plusieurs personnes qui avaient salué cette initiative commencent à la dérouter au motif qu’elle ressemble de plus en plus à un « neutralisant » visant à adoucir les actions des autorités congolaises pour reprendre la 8main des richesses acquises par des moyens frauduleux et peu orthodoxes par cet homme controversé et traqué par plusieurs pays dont les États Unis d’Amérique.

Toujours est-il qu’hormis YaBiso, Dan Getler a mille moyens s’il le voulait de partager sa richesse avec des pauvres congolais dont il s’est enrichi derrière leurs dos meurtris en contribuant au développement social des communautés où son activité est exercée notamment la construction des écoles, des routes, des hôpitaux, des orphelinats, des fermes agricoles et d’élevage, etc.

Dossier à suivre

Bishop Bishop Mfundu


There is no ads to display, Please add some

À la Une

ESPT/Dossiers « Clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires »: Le ministre Mbutamuntu réagit !

Published

on

Le ministre provincial en charge de l’Éducation de la ville de Kinshasa, Charles Mbutamuntu Lwanga, réagissant aux deux articles publiés par CONGOPROFOND.NET en date du 27 septembre 2022, sur la pratique de la clé de répartition des frais scolaires et les 10% alloués aux bureaux gestionnaires, contestés par les enseignants du réseau protestant, évoque son souci de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les « Anti-valeurs ». Nous publions in extenso sa lettre parvenue à notre rédaction par le canal de sa cellule de communication.

Kinshasa, le 29 septembre 2022

Au responsable de Congoprofond.net

Objet: Droit de réponse

Monsieur le responsable de Congoprofond.net,

Votre média en ligne a publié, en date du 27 septembre 2022, deux articles épinglant principalement le Ministre Provincial de l’Éducation/Ville de Kinshasa, Son Excellence Charles Mbutamuntu.

Le premier avait comme titre « EPST/Pratique de la clé de répartition : Charles Mbutamuntu passe outre les instructions de Tony Mwaba »; tandis que le second était intitulé « Epst: les 10% alloués aux bureaux gestionnaires par Charles Mbutamuntu contestés à Kinshasa »*.

Deux articles publiés le même jour, ce qui frise un acharnement pur et simple à l’égard d’un membre de l’Exécutif provincial dont la compétence et les prouesses ne sont plus à démontrer.

Pour votre gouverne, il n’ y a jamais eu violation des instructions du Ministre national Tony Mwaba, concernant la clé de répartition. Le souci pour nous est de renforcer la supervision contre les structures spécialisées avec les Anti-valeurs.

La première des choses à savoir est que le Ministre national n’avait jamais fixé les frais d’appui aux besoins des enseignants. Ces frais ont été fixés par l’Arrêté de Son Excellence Monsieur le Gouverneur, conformément au souci du Ministre national de soulager les enseignants du secondaire, et en attendant que le Gouvernement de la République concrétise les efforts déjà en cours pour améliorer les conditions de vie des enseignants.

Dans le souci de mettre fin aux antivaleurs et traquer les réseaux mafieux, Son Excellence Monsieur le Gouverneur a mis en place, dans son arrêté portant fixation des frais, une commission de suivi chargée de renforcer la supervision contre les ennemis de la gratuité. Et depuis le début de l’année, plusieurs réseaux sont démantelés et les mafieux ont peur. Pour soutenir le fonctionnement des comités de suivi (enseignants assis), la Commission urbaine avait levé deux options, notamment la contribution des écoles privées et le fonctionnement.

Il convient de souligner que pour concrétiser la vision du Chef de l’État, pilotée par le Warrior Tony Mwaba, le pourcentage des frais affectés à l’appui des enseignants est passé de 80% l’année passée à 90% cette année. Nos amis syndicalistes des écoles protestantes ne le savent peut-être pas, car Son excellence Charles Mbutamuntu avait prévu de les rencontrer pour échanges, après l’avoir fait avec les Catholiques. Les 10% affectés à l’appui des bureaux gestionnaires dans leur travail de supervision soutiennent la lutte contre les antivaleurs.

Je vous remercie de publier ce droit de réponse dans son intégralité pour éclairer la lanterne de l’opinion.

Lefils MATADY, Coordonnateur/Cellule de Communication

Ministère provincial de l’Éducation/Kinshasa


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising