Connect with us

À la Une

Procès “François Beya”: L’avocat français du Conseiller spécial veut porter le dossier devant les instances internationales !

Published

on

Dans un communiqué de presse parvenu ce mercredi 13 juillet 2022 à la rédaction de CONGOPROFOND.NET, l’avocat français du Conseiller spécial en charge de la Sécurité du président de la République, Me Antoine Vey, a égrené des “graves manquements aux droits fondamentaux de son client”, notamment la non information des motifs de son arrestation, son maintien arbitraire en détention pendant 60 jours par l’ANR au secret, le refus de contacter ses proches et ses avocats, la transmission de son dossier à une juridiction militaire en dépit de son statut de civil, la privation des soins
médicaux que nécessite son état de santé, etc. Face à ces irrégularités, il annonce qu’il va prochainement introduire des recours devant les instances internationales de défense des droits de l’homme pour dénoncer les violations dont est victime François Beya.

Ci-dessous, l’intégralité de la communication de Me Antoine Vey.

François Beya, conseiller spécial du président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, a été brutalement interpellé.

Conseiller chargé de la sécurité depuis l’élection de Félix Tshisekedi en 2019,
Monsieur François Beya était également chef du Conseil national de sécurité,
instance chapeautant l’ensemble des services de renseignement. Il avait
auparavant dirigé, pendant 12 ans, la Direction générale des migrations.

Aujourd’hui âgé de 67 ans, cet homme modéré et discret dont l’expertise est
reconnue par la communauté internationale du renseignement, a effectué toute sa carrière au sein des dispositifs sécuritaires de l’Etat congolais au service de quatre dirigeants successifs.

 

En réalité, son arrestation procède manifestement d’un règlement de comptes dans le cadre d’une guerre interne des services congolais, comme le démontre le dossier pénal qui nous a été transmis.

La procédure a été émaillée de graves manquements aux droits fondamentaux de Monsieur François Beya. A titre d’exemple, celui-ci a été interpellé sans être informé des motifs de son arrestation, et a ensuite été maintenu arbitrairement en détention pendant 60 jours par l’Agence nationale des renseignements, au secret, sans aucun titre légal, sans contacts avec ses
proches et ses avocats, et sans même être entendu avant plus de trois semaines par un agent de l’ANR. Son dossier a ensuite été transmis à une juridiction militaire en dépit de son statut de civil. Il a également été privé des soins médicaux que nécessite son état de santé.

Au terme d’une instruction totalement factice, Monsieur François Beya a été
renvoyé devant la Haute cour militaire de Kinshasa pour participation à un
complot contre la personne du chef de l’Etat et d’incitations de militaires à
l’indiscipline, sans même que le ministère public ne précise la date, le lieu ou les participants de ce supposé complot.

Son procès s’est ouvert à huis clos le 3 juin dernier devant la Haute cour
militaire, qui ne peut en aucun cas être considérée comme une juridiction
indépendante et impartiale.

Irrégulièrement arrêté et détenu, Monsieur François Beya se voit maintenant irrégulièrement juger.

Hier, devant la vacuité du dossier et la partialité des juges, l’équipe de défense
congolaise a ainsi décidé de quitter le procès. La Haute cour a suspendu son
audience jusqu’à nouvel ordre.

Le cabinet Vey et associés, en charge de la coordination de la défense
internationale de Monsieur François Beya, va prochainement introduire des
recours devant les instances internationales de défense des droits de l’homme pour dénoncer les violations dont il est victime.


There is no ads to display, Please add some
Spread the love

À la Une

RDC : le taux de fourniture en électricité passe de 15℅ en 2023 à 19℅ en 2024

Published

on

En République démocratique du Congo le taux de la desserte en électricité s’élève à 19℅ en 2024. Cette précision est donnée par le ministre congolais en charge des ressources hydrauliques , Teddy Lwamba Muba.

Lors d’un briefing tenu à la Radio télévision nationale congolaise (RTNC 3) ce jeudi 18 juillet avec son collègue de la communication et médias, le ministre Lwamba a tout de même indiqué que le taux de la desserte en eau potable s’élève actuellement à 34%.

Le briefing a été consacré essentiellement aux «Priorités en matière de desserte en eau et de fourniture en électricité en République Démocratique du Congo».

En 2024, le taux de la desserte en eau potable en République démocratique du Congo s’élève à 34 % et en électricité à 19 %. Le gouvernement de la République (…) par le ministère des Ressources hydrauliques et électricité s’engage à mettre des moyens pour réussir à doubler ce taux en 5 ans “, a déclaré Teddy Lwamba Muba.

On se rappellera qu’en 2023, le Directeur général de la Regideso avait indiqué que plus de 36,1 millions de personnes étaient connectées au réseau de la Regideso, soit 35,5% sur l’échelle de 100 millions d’habitants. Ce nouveau taux avancé par le ministre a légèrement baissé par rapport à celui de 2023. (De 35,5℅ à 34℅).

En ce qui concerne l’électricité, en 2023 la RDC affichait un taux d’électrification de 15 % à l’échelle nationale avec de fortes disparités entre les villes (35 %), les zones rurales (1 %) et les zones périurbaines (moins de 5 %).

En sommes, la RDC continue à afficher un des taux d’électrification les plus bas du continent africain.

Pourtant cet immense territoire, deuxième pays le plus grand d’Afrique, représente à lui seul 8 % du potentiel hydroélectrique mondial, une source d’énergie qui constitue 95 % du mix électrique du pays.

Abritant le plus grand fleuve du continent et le deuxième du monde après l’Amazonie en débit interannuel moyen, la RDC pâtit toutefois d’une faible capacité installée (moins de 3 000 mégawatts, dont la moitié est inexploitée par défaut de maintenance), et de l’absence de réseau de distribution intégré à l’échelle nationale.

Willy Theway/ CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Spread the love
Continue Reading

Bientôt le magazine CONGO PROFOND dans les kiosques à journaux : Simplicité, Pertinence et Découverte