Connect with us

À la Une

OLPA interpelle Gilbert Kankonde après les actes d’intolérance contre les journalistes à Kinshasa

Published

on

 

Dans une correspondance adressée au
Vice-Premier Ministre en charge de l’Intérieur, de la Sécurité et des Affaires coutumières, l’Observatoire de la Liberté de la Presse en
Afrique (OLPA) attire l’attention de ce dernier sur les actes d’intolérance ayant ciblé plusieurs professionnels de la presse œuvrant à Kinshasa lors de violentes manifestations de protestation contre les avant-projets de loi sur la magistrature.

Ci-dessus l’intégralité de la correspondance réceptionnée par le cabinet du Vice-Premier Ministre, le 26 juin 2020

Kinshasa, le 26 juin 2020

N/Réf : 181/CE/JAKM 06/20

Transmis copie pour information :

– A son Excellence Monsieur le Premier Ministre
– A son Excellence Monsieur le Ministre des Droits humains

– A son Excellence Monsieur le Ministre
d’Etat en charge de la Communication et Médias
– A Monsieur le Président du bureau du Conseil Supérieur
de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC)

Tous à Kinshasa

A son Excellence Monsieur le Vice-Premier
Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires coutumières
à Kinshasa/Lingwala

Excellence,

Concerne : protestation

Le Comité exécutif de l’Observatoire de la Liberté de la Presse en Afrique (OLPA), organisation non gouvernementale de défense
et de promotion de la liberté d’information basée à Kinshasa, a l’honneur de venir par la présente auprès de votre haute autorité pour
ce repris en concerne.

En effet, OLPA proteste contre l’agression de Jean-Marie Basa Ndjankolo, éditeur du journal Flash info plus paraissant à Kinshasa. Ce dernier a été violemment agressé par des individus se réclamant être membres de l’Union pour la démocratie et le progrès
social (UDPS), parti politique de M. Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, président de la République, le 24 juin 2020. L’incident est
survenu lorsque le journaliste tentait d’effectuer un reportage sur un rassemblement organisé par ces militants au siège de ce parti pour protester contre l’initiative des projets de loi sur la magistrature.
Le journaliste s’en est sorti avec une grave blessure à la tête avant
d’être acheminé dans un centre de santé pour des soins appropriés.
Paulin Bukasa, reporter photographe du journal Flash info plus, a été également pris à partie alors qu’il accompagnait Jean-Marie Basa.

De même, Claude Molisho, journaliste à Radio-télévision nationale congolaise (RTNC), a été agressé, le même jour par les manifestants
alors qu’il revenait du siège du parlement. Ses assaillants reprochaient au journaliste ses opinions proches du Front commun pour
le Congo (FCC), plate-forme politique proche de l’ancien président Joseph Kabila. Il s’en est sorti avec une fracture au bras droit.

Thierry Kasongo, journaliste à Télé 7, station privée de télévision émettant à Kinshasa a été interpellé par les agents de la Police
nationale congolaise (PNC) au siège du parlement, au moment où il effectuait le reportage sur le rassemblement précité. Le journaliste a été molesté, puis embarqué dans un véhicule de police et privé de liberté pendant deux heures. Il s’en est sorti avec plusieurs lésions corporelles et ses effets confisqués.

En outre, la devanture de la résidence de Jean-Marie Kassamba, directeur général de Télé 50, station privée de télévision émettant à
Kinshasa, a été prise d’assaut par les manifestants qui ont beau tenter d’y pénétrer. Ces derniers accusaient le journaliste d’être au
service de la plate-forme FCC.

Les installations de Radio-télé Océan pacifique (RTOP), station privée de radio et de télévision émettant à Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï-oriental et propriété d’Alphonse Ngoyi Kasanji, cadre de FCC, ont échappé de justesse aux actes de vandalisme que tentaient de perpétrer des individus se réclamant de l’UDPS, après une intervention de la police. Les manifestants en colère accusaient Ngoyi Kasanji d’avoir tenu des propos sur les médias incriminant les partisans de l’UDPS d’avoir vandalisé une de ses résidences à Kinshasa.

Excellence,

Ces actes d’intolérance ciblant les journalistes et les organes de presse sont de nature à porter gravement atteinte à une liberté
fondamentale qui est la liberté d’expression et son corollaire : le droit d’informer et d’être informé, du reste garantis par les instruments juridiques nationaux et internationaux relatifs aux droits de l’homme. Il y a lieu de rappeler que la protection des journalistes et des organes de presse est l’apanage de l’Etat qui a
l’obligation de sécuriser les personnes et leurs biens.

Par voie de conséquence, OLPA vous prie de bien vouloir prendre des mesures utiles en vue de protéger les journalistes dans le cadre de leur travail. Le Comité exécutif de l’OLPA reste persuadé qu’aucun effort ne sera ménagé de votre part, afin que les auteurs des actes d’intolérance décriés ci-haut ne restent impunis et que leurs auteurs subissent la rigueur de la loi.

Veuillez agréer, Excellence, l’expression de nos sentiments patriotiques.

Ce dont les membres de l’OLPA vous remercient vivement

Pour le Comité exécutif

Chancelle Nsingi
Secrétaire Exécutive a.i

C.I : – A Monsieur le Président du bureau de la Commission nationale
des droits de l’homme


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising