Connect with us

Musique

Musique : Le journaliste Patrick Boyindombe lance l’album « SÛR »

Published

on

Du journalisme à la musique, il n’y a qu’un pas à franchir. Patrick Boyindombe, diplômé en Sciences de l’information et de la communication à l’IFASIC et journaliste de profession, vient de mettre sur les plate-formes de téléchargement un opus reprenant plusieurs titres à caractère chrétien mais aussi humanitaire. Dans le lot, une chanson sur l’importance des gestes barrières pour lutter contre le COVID-19.

Cadet d’une famille de 6 enfants, Patrick Boyindombe est un amoureux de l’art d’Orphée depuis son plus jeune âge. Il l’utilise allègrement depuis 15 ans pour servir Dieu.

Étudiant en théologie, le jeune chanteur présente Dieu différemment avec des titres un peu embarrassants tel que  » Na beba kaka ». Son souhait est de trouver des personnes susceptibles de pousser ce message à atteindre un grand nombre de personnes dans le monde. Conscient des difficultés à promouvoir seul son projet, il sollicite des amoureux de la musique de s’abonner sur sa chaine YouTube « Patrick boyindombe officiel » et de partager davantage ses mélodies. Une manière de contribuer à sa mission lui confié par Dieu de propager la bonne nouvelle par la chanson.

Sur la question de savoir s’il le fait pour de l’argent, l’artiste répond :  » Je suis journaliste, ça c’est mon gagne pain. La musique c’est un don ».

Après avoir quitté la capitale depuis quelques années, c’est dans la ville portuaire de Matadi où il s’est installé pour raison de service que Patrick Boyindombe lance son album solo « SÛR ».

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

RDC : Véritable monstre de la musique, Georges Kiamuangana Mateta dit « Verckys » décédé à Kinshasa à 78 ans 

Published

on

Le saxophoniste Verckys Kiamuangana Mateta est décédé jeudi, au Centre médical de Kinshasa, des suites d’une maladie à l’âge de 78 ans. 

Né à Kisantu dans la province du Kongo Central, à 120 km de Kinshasa, le 19 mai 1944, Verckys Kiamuangana surnommé «Vévé», puis « Wa zola Nzimbu » par le regretté chanteur King Kester Emeneya, fut auteur, compositeur, arrangeur, preneur de son, éditeur, producteur, mécène et saxophoniste de talent qui a évolué au sein du groupe musical OK Jazz du Grand maître Franco Luambo Makiadi, avant de créer son propre orchestre « Vévé ».

Reconnu par de nombreux mélomanes de la Rumba congolaise comme « l’homme aux poumons d’aciers» grâce à sa maitrise de la flûte, de la clarinette et du saxophone, alors qu’il était encore adolescent, « Vévé » a fait ses débuts professionnels dans le groupe musical Conga Jazz de Paul « Dewayon » Ebengo, avant de rejoindre l’OK Jazz » en 1963.

Il jouait un saxo énergique, teinté de « Rhythm and blues américain », ses solos volatils, bien que généralement non crédités sur les disques, ont distingué la période du milieu des années 60 et lui ont valu la distinction  « d’homme aux poumons d’acier ». Les contributions généralement considérées comme celles de Verckys incluent les solos de « Polo », « Bolingo ya Bougie », « Ngai Marie Nzoto Ebeba »,  » Course au pouvoir », etc.

L’artiste a également écrit l’une des chansons les plus connues du groupe « Oh Madame de la maison » parlant d’une femme au foyer face à la tentation. En 1968, avec Youlou Mabiala, en dehors de l’OK Jazz, le saxophoniste « Verckys » enregistre plusieurs titres dont « Okokoma Mokristu » de Simaro Lutumba qui a connu un énorme succès et cela lui a valu le départ de l’OK Jazz pour ce « Nzonzing ».

La création du groupe « Vévé » de Verckys

Le 05 avril 1969, après son départ de l’orchestre « OK Jazz », Verckys crée son propre groupe appelé « Vévé » avec en son sein des chanteurs Matadidi Mabele « Mario », Marcel « Djeskain » Loko et Bonghat « Sinatra » Tshekabu, qui formeront le très populaire trio « MADJESI » quelques années plus tard, avec plusieurs tubes dont « Mfumbwa », « Liwa na ngai Bankoko Bayoki », « Fifi Solange », « Bolingo Florence » et d’autres.

Après avoir bousculé l’échiquier musical congolais, Sinatra, Djeskain et Mario quittent « Vévé » pour former  l’orchestre « Sosoliso », en se faisant appelés le trio « MADJESI » et se rendent ensuite à Brazzaville pour enregistrer à la Socodi.

Ce départ du trio « MADJESI » a poussé l’artiste Verckys à recruter de nouveaux musiciens, suivi de l’enregistrement des chansons telles que « Fifi », « Nakomitunaka » et « Sex Vévé ». Kelly et Juslain Makanga lancent « Ndona et « Gilmo », des chansons qui furent de grands succès de l’orchestre la même année.

Verckys Kiamwangana, promoteur des jeunes artistes talentueux

Par ailleurs, à la même période, Georges Kiamwangana Mateta monte les éditions « Vévé » et produit plusieurs artistes sur la scène musicale dont les premiers produits qui furent édités sont entre autres « Okokoma Mokristu», « Mbula ekoya to kozongana » de Verckys et les premiers disques de l’orchestre Vévé ont été édités par lui-même, notamment  « Nakopesayo motema » et « Billy ya ba fiancés » de Verckys ainsi que « Fifi Solange » de Sinatra Saak Saakul.

Dans les années 1970, il se produit avec d’autres grands musiciens, légende de l’époque comme Nyboma Mwan’Dido et Pépé Kalle. Quelques temps après, vers les années 1980, Verckys monte Langa Langa Stars composé d’Evoloko Joker, Bozi Boziana et Djo Mali Boteku, dissidents de Zaïko Langa Langa, et du chanteur Dindo Yogo.

En 1998, il dirige avec Tabu Ley, Zatho Kinzonzi et Philippe Kanza, les travaux de l’Union des musiciens congolais (UMUCO), sur les avis et considérations en rapport avec la Constitution de la 3ème République. En 2006, il relance les éditions Vévé et ressort une vingtaine de cassettes des œuvres de plusieurs artistes et orchestres, éditées et produites depuis 1969.

Des réactions après l’annonce du décès de Verckys

Pour plusieurs mélomanes de la musique congolaise, Verckys Kiamuangana fut un modèle d’artiste qui a su porter haut l’étendard de la rumba congolaise durant toute sa vie en tant qu’artiste.

Selon le professeur Antoine Manda Tchebwa qui s’est confié à l’ACP, l’industrie musicale congolaise a perdu l’un de ses pionniers en la personne de Verckys Kiamuangana qui fut le tout premier Congolais à détenir son propre label « Édition Vévé » et son studio d’enregistrement moderne en 1972.

Il a rappelé que l’Edition « Vévé » a contribué à la promotion de plusieurs artistes musiciens et orchestres qui ont contribué à l’évolution de la musique congolaise, notamment « Bela-Bela » des frères Soki, « Zaiko Langa-Langa », « Lipua-Lipua » avec les chanteurs Nyboma et Pépé Kale, « Isifi Lokole », « Langa-langa Stars », « Viva la Musica » du chanteur Papa Wemba, « Victoria Eleison » du chanteur Emeneya, « Antichoc » du chanteur Bozi Boziana, sans oublier le chanteur Koffi Olomide et bien d’autres.

Il a salué, à cet effet, la mémoire de ce talentueux de l’industrie de la musique congolaise.

De son côté, le responsable de E-télé Matadi et opérateur culturel, Jean Pierre Eale, a déclaré que la scène musicale congolaise a perdu un  découvreur des talents qui participait à toutes les étapes de la carrière des jeunes musiciens, de la fabrique à la distribution des produits musicaux.

ACP/KHM/ ODM/ MNI/HBB/ KAI


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising