Connect with us

À la Une

Musique : Josky Kiambukuta ” Djo Sex ” décédé ce dimanche à 72 ans à l’hôpital Ngaliema

Published

on

Affaibli par la maladie depuis quelques années, l’artiste musicien Josky Kiambukuta alias Djo Sex est mort ce dimanche 7 mars 2021 à l’hôpital Ngaliema de Kinshasa où il était interné depuis la semaine passée.

Nouvelle confirmée par son “fils” Eric Mpoyi, ce dernier l’a assisté durant toute son hospitalisation jusqu’au dernier souffle de vie de l’artiste.

Auteur, compositeur et interprète, grande voix de la scène musicale congolaise, le “Commandant de bord” était l’un des rares pionniers musicaux encore en vie.

Artiste de talent, Josky Kiambukuta Londa est né un certain 14 février 1949. En 1969, il intègre l’orchestre African Fiesta Sukisa de Dr Nico et se fera connaître par sa voix puissante dans plusieurs tubes dont  “Sady naboyi masumu”, “Echantillon pamba”, “Ntumba” de Lessa Lasson avec qu’il formait un duo de choc.

En 1971, sa voix si particulière et prenante se fait découvrir à travers des œuvres collectives avec ses collègues, mais sa propre composition fait écho et finit par révéler ses talents d’auteur compositeur au grand public. Suite à cette révélation, Luambo Franco va l’incorporer dans l’OK Jazz, en 1972.

Sa carrière mise en lumière explose et s’impose dès ce moment-là. “Chandra”, “Na mabele”, “Baby” et “Chez mère Kusala” furent parmi ses chefs-d’œuvre qui lui ont valu un autre pseudo, celui de “Commandant de bord” du grand navire OK Jazz.

En 1988, Josky fait partie des musiciens que Franco emmène en tournée à Bukavu, à Goma, au Rwanda et au Burundi. Malheureusement, en 1989, le tout puissant Maître Franco Luambo Makiadi décède et Josky essaie tant bien que mal, durant quatre ans, de garder l’orchestre la tête au dessus de l’eau avec ses collègues Ndombe, Shekomba. Hélas sans succès.

Puis, en 1994, le poète Simaro Lutumba le recrute dans Bana Ok mais, en 2003, il décide d’émigrer en Europe où sa carrière peine à décoller. Il sort la même année un album depuis Paris où il réside. Contre toute bonne attente, l’album fait un grand flop.

Ne baissant pas les bras, il va reessayer en 2006 avec l’album “Chandra” qui fut lui, à son tour, un succès indéniable au premier rendez-vous. Peu après, on a entendu de moins en moins parler de lui, jusqu’ à ce qu’en 2011, il refasse surface suite à des accusations de faire une carrière solo. L’artiste signe et persiste qu’il est et qu’il restera à jamais membre de Bana Ok et cela même s’il créait un autre orchestre.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET