Connect with us

À la Une

Musique: consolidation des relations entre USA et RDC grâce au Jazz

Published

on

Dans le cadre de la célébration de la Journée Internationale du Jazz, l’ambassade des Etats-Unis en RDC a organisé un atelier et une jam session ce jeudi 29 Avril à 10h à la section culturelle de cette représentation diplomatique à Kinshasa. Une session qui a permis aux participants de comprendre les origines du Jazz.

Occasion pour Isaac Kayemba, assistant culturel à l’ambassade des États-Unis à Kinshasa, de remercier les participants, par un mot de circonstance chaleureux, avant de laisser la place aux intervenants pour brosser l’importance de la musique jazz.

“Cela fait presque 1 an et demi qu’il n’y a pas eu d’activités ici à l’ambassade à cause de la pandémie Covid-19. Mais qu’à cela ne tienne, nous respectons les mesures barrières telles que édictées par les autorités. L’idée, ici, est de partager nos deux cultures, américaine et congolaise”, a expliqué Isaac Kayemba.

Plusieurs intervenants ont concouru à ce grand rendez-vous, notamment Trésor Tshibuyi, Paul Leperc alias “Jafrozz”, Gaby, Kojak, King Alesh, etc. Ces professionnels de la musique ont expliqué, chacun son tour, l’origine, les mutations et les différentes variantes qu’a connu le jazz jusqu’à ce jour.

Le plus important à retenir est que le jazz est né à la fin du 19ème et début du 20ème siècle, dans les États du Sud des États-Unis (principalement la Nouvelle-Orléans), sur initiative de la communauté noire afro-américaine.

En effet, entre le XVIème et le XIXème siècle, les esclaves qui débarquaient aux États-Unis ont emmené, avec eux, leurs traditions musicales et instrumentales.

À l’origine, le jazz prend l’apparence de work songs chantées par les esclaves au cours des journées passées dans les plantations. En parallèle, on apprécie les gospels songs dans les lieux de culte. Ces nouveaux styles musicaux mêlent le chant avec le mouvement et la danse énergique. ” Ils n’étaient pas bien vus dans la société, car liant l’image de l’esclavage à la population afro-américaine”, indique-t-on.

Les intervenants ont souligné que ce mélange de deux cultures a agendré le Jazz.

Signalons que le prochain festival international du Jazz en République démocratique du Congo aura pour thème “Jazz 25”

Baby Mosha/Congoprofond.net