Connect with us

À la Une

Monusco: 6700 Congolais bientôt en chômage pour cause de restriction budgétaire

Published

on

La MONUSCO a annoncé depuis mardi 23 avril la fermeture incessamment de certains bureaux de sa représentation et la suppression de 6700 postes dont les 3/4 occupés par des Congolais pour cause des restrictions budgétaires.

Cela fait partie du processus éventuel lié à son retrait.

Au même moment, l’UNPOL, le Canada et la Police nationale congolaise négocient un éventuel des policiers canadiens en RDC. Ces policiers seront déployés sous le drapeau de MONUSCO/UNPOL.

L’annonce a été faite par Mahamidou Tsahirou, porte parole de l’UNPOL/ RDC.

Dans cette optique, la composante Police de la MONUSCO (UNPOL) a reçu du 15 au 17 avril 2019, une délégation de cinq experts canadiens en visite officielle en RDC.

La délégation était conduite par le général Michel Saurette de la Gendarmerie Royale et conseiller principal de Police en Afrique.

N’est ce pas une contradiction ? D’un côté on réduit les représentations et de l’autre on veut déployer les policiers.

Évaluer le terrain pour un éventuel déploiement

L’objectif de cette visite est de faire une évaluation sur le terrain pour un éventuel déploiement.

Il s’agira notamment déployer des Officiers de Police Individuels (IPOs) canadiens dans le domaine des Violences Sexuelles Basées sur le Genre (VSBG) et la protection de l’enfant.

La délégation a aussi rencontré plusieurs responsables de la Police nationale congolaise (PNC).

Les Violences Sexuelles Basées sur le Genre (VSBG) et la Protection de l’enfant ont fait partie de leur entretien.

Le cadre de travail et les modalités logistiques de ce déploiement ont aussi été abordés.

Mais pour quelle finalité?

Il s’agira d’une énième déploiement des forces de la MONUSCO alors que son mandat court à sa fin.

La recrudescence de la violence à l’est de la RDC illustre une fois de plus la faiblesse de cette force internationale. Incapable de sécuriser la population civile.
2 attaques successives contre les formations sanitaires en ville de Butembo ont fait encore des victimes.
Il s’agit des attaques contre les cliniques universitaires de l’UCG vendredi après midi causant la mort d’un médecin camerounais déploré par l’OMS.

Deux autres agents locaux ont été grièvement blessés.

Une autre attaque a visée l’hôpital général de référence de katwa le samedi matin dans la quelle un milicien a été tué et deux capturés.

Ces attaques qui se sont déroulées non loin des casernes de la MONUSCO l’illustrent cette faiblesse de la MONUSCO.

Au lieu de déployer autant des forces inutiles, la MONUSCO doit faire oeuvre utile en formant des éléments locaux.

D’autres contacts cruciaux pour la délégation canadienne

Rappelons qu’à son arrivée, la délégation canadienne a été reçue par le colonel Daher Waiss, assurant l’intérim du Chef de la Composante Police MONUSCO.

Une présentation globale de la Police MONUSCO lui a été faite notamment sur son organisation, ses missions et ses réalisations.

Avec leurs arrivées, la police MONUSCO pourra bénéficier d’un appui pour contribuer à la lutte contre l’impunité des auteurs des violences Sexuelles.

Le général Michel Saurette a promis de tout mettre en œuvre pour que le déploiement se passe bien.

Les experts canadiens viendront en appui de la police MONUSCO dans les domaines ciblés.

Par ailleurs, la délégation a eu des séances de travail avec les sections substantives de la MONUSCO.
Il s’agit notamment des sections Droit de l’Homme, Protection de la Femme et Protection des Enfants.

En quittant la RDC, la délégation s’est dit très satisfaite de sa visite.

Quand aux Congolais, ils continuent à vivre dans l’insécurité sous l’œil inactif de la MONUSCO.
Chaque soir, sa police arpente les rues de grandes villes et de la campagne sans attraper même une mouche.

TMB/ CONGOPROFOND. NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising