K-WA Advertising

Connect with us

À la Une

Noyade au lac Kivu: le procureur Mawazo déplore l’absence d’un dispositif de protection au port de Goma

Published

on

Des réactions fusent de partout après la découverte de la dépouille du taximan chauffeur urbain Jean BUSHENI dont le véhicule est allé s’engloutir dans le lac alors qu’il descendait la traversée menant au port public de Goma, le lundi 22 avril dernier.

Parmi celles-ci, il y a celle du procureur de la république près le tribunal de grande instance de Goma qui assistait à la recherche des corps des victimes qui auraient péri dans cet accident ce mardi 23 avril.

Il parle d’une grande tristesse pour la population, de la corporation des chauffeurs à laquelle il appartenait, et un véritable chagrin pour toute ville touristique. « En tant qu’autorité judiciaire, je me suis rendu au lieu du drame non seulement pour constater
mais aussi apporter un soutien moral à la famille, l’accompagner pendant ces dures épreuves. Par rapport aux enquêtes que nous pouvons amorcer pour bien s’imprégner des vraies causes de cet accident, il m’est difficile de réunir tous éléments des preuves surtout que tous les occupants de la voiture seraient morts, engloutis dans les eaux du lac-Kivu. Donc, il n’y a personne que je peux interroger à ce sujet. Tout ce que nous pouvons déplorer à ce stade, c’est peut-être la sécurité sur ce tronçon routier qui n’est pas de mise. Voilà, ce sont des escarpements et il y a aucune mesure prise en ce qui concerne la sécurité des véhicules. S’il y avait quand-même un mur de soutènement, un mur de protection, peut-être, cet incident allait être évité et l’engin aurait cogné ce dispositif de protection et par conséquent, on aurait limité les dégâts », pense le magistrat Dauphin MAWAZO FUNGAMALI.

Cette autorité judiciaire rappelle que les véhicules sont des tombeaux roulants. ” Si on ne les manipule pas avec prudence, ça peut arriver à n’importe qui. Il y a même certains conducteurs des véhicules qui sont au volant avec des sachets de boisson alcoolique en main. Tout ce que je peux conseiller aux conducteurs, c’est la prudence au volant parce que l’accident peut arriver à tout le monde, ainsi qu’à moi même si je ne joue pas à la prudence”, a-t-il conclu.

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

À la Une

Ituri : 12 cas de décès en 5 mois à la prison centrale de Bunia 

Published

on

12 cas de décès des détenus ont été enregistrés à la prison centrale de Bunia depuis le début de l’année 2022.

Des chiffres livrés à la presse ce lundi 16 mai 2022 par le directeur de cette maison carcérale.

Le lieutenant Colonel Camille Nzonzi Mokonyo attribue ces décès aux maladies mais aussi au manque des intrants nécessaires au centre hospitalier de cet établissement pénitentiaire.

À la cité aussi il y a des décès chaque jour, nous au niveau de centre de santé de la prison, nous faisons ce qu’on peut faire…”, indique le directeur de cette maison carcérale.

Les 3 médecins et 7 corps soignants de cette structure sont obligés parfois de référer les détenus malades à l’hôpital général de référence de Bunia pour des soins appropriés.

Construite pour une place de 500 détenus, la prison centrale de Bunia compte actuellement 2 191 détenus dont plus de 1200 sont des prévenus.

Verite Johnson/CONGOPROFOND.NET

Continue Reading

K-WA Advertising