Connect with us

À la Une

Noyade au lac Kivu: le procureur Mawazo déplore l’absence d’un dispositif de protection au port de Goma

Published

on

Des réactions fusent de partout après la découverte de la dépouille du taximan chauffeur urbain Jean BUSHENI dont le véhicule est allé s’engloutir dans le lac alors qu’il descendait la traversée menant au port public de Goma, le lundi 22 avril dernier.

Parmi celles-ci, il y a celle du procureur de la république près le tribunal de grande instance de Goma qui assistait à la recherche des corps des victimes qui auraient péri dans cet accident ce mardi 23 avril.

Il parle d’une grande tristesse pour la population, de la corporation des chauffeurs à laquelle il appartenait, et un véritable chagrin pour toute ville touristique. « En tant qu’autorité judiciaire, je me suis rendu au lieu du drame non seulement pour constater
mais aussi apporter un soutien moral à la famille, l’accompagner pendant ces dures épreuves. Par rapport aux enquêtes que nous pouvons amorcer pour bien s’imprégner des vraies causes de cet accident, il m’est difficile de réunir tous éléments des preuves surtout que tous les occupants de la voiture seraient morts, engloutis dans les eaux du lac-Kivu. Donc, il n’y a personne que je peux interroger à ce sujet. Tout ce que nous pouvons déplorer à ce stade, c’est peut-être la sécurité sur ce tronçon routier qui n’est pas de mise. Voilà, ce sont des escarpements et il y a aucune mesure prise en ce qui concerne la sécurité des véhicules. S’il y avait quand-même un mur de soutènement, un mur de protection, peut-être, cet incident allait être évité et l’engin aurait cogné ce dispositif de protection et par conséquent, on aurait limité les dégâts », pense le magistrat Dauphin MAWAZO FUNGAMALI.

Cette autorité judiciaire rappelle que les véhicules sont des tombeaux roulants.  » Si on ne les manipule pas avec prudence, ça peut arriver à n’importe qui. Il y a même certains conducteurs des véhicules qui sont au volant avec des sachets de boisson alcoolique en main. Tout ce que je peux conseiller aux conducteurs, c’est la prudence au volant parce que l’accident peut arriver à tout le monde, ainsi qu’à moi même si je ne joue pas à la prudence », a-t-il conclu.

Dalmond Ndungo/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

À la Une

Or: Remplacements des réserves et nouvelles opportunités pour sécuriser le programme de KIBALI étalé sur plus de 10 ans

Published

on

La plus grande mine d’or d’Afrique, Kibali, est sur la bonne voie pour le remplacement de ses réserves réduites par l’exploitation en 2022, tandis que de nouvelles opportunités de croissance soutiendront également son plan d’affaires étalé sur plus de 10 ans et son statut de l’un des actifs de niveau 11 de Barrick Gold Corporation.

Le président et président directeur général de Barrick, Mark Bristow, a déclaré à la presse aujourd’hui que le gisement prolifique KCD de Kibali continuait d’offrir de la valeur supplémentaire vu que le forage actuel est axé sur la conversion des ressources en réserves et sur l’exploration des filons qui sont encore ouverts en profondeur. En outre, les cibles de Mengu Hill, Ikanva et Gorumbwa présentent le potentiel nécessaire pour renforcer le portefeuille souterrain de Kibali.

« Kibali est une opération très rentable avec ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale qui couvrent la majeure partie de ses besoins énergétiques. Elles seront suppléées par une nouvelle centrale solaire de 17MW qui, une fois achevée en 2025, fera passer la part des énergies renouvelables dans les sources énergétiques de la mine de 81% à 93%, » a déclaré Bristow.

Les références écologiques de Kibali comprennent également la réduction continue des eaux douces provenant de la rivière Kibali et un programme de reboisement qui, à ce jour, a permis de planter plus de 10,000 arbres. La mine poursuit son programme d’appui à la conservation de la biodiversité au Parc National de la Garamba en RDC, avec la réintroduction des rhinocéros provenant d’Afrique du Sud. Les 16 premiers rhinocéros sont attendus à Garamba d’ici la fin du deuxième trimestre de cette année et seront suivis de 60 autres au cours des trois prochaines années.

Conformément à la politique globale de Barrick consistant à employer et à promouvoir les ressortissants du pays hôte, Arthur Kabila a été nommé premier directeur général congolais de Kibali. Depuis l’année dernière, huit autres postes clés de direction et techniques sont désormais occupés par des Congolais.

 

Tshieke Bukasa/Congoprofond


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising