Connect with us

À la Une

Mines: la relance de la Gécamines au cœur des échanges entre la ministre Antoinette N’Samba et le DG a.i

Published

on

La patronne des mines en RDC, N’samba Kalambay Antoinette, a eu, dans l’après-midi de ce mardi 07 septembre 2021, des échanges avec le directeur général ad intérim de la Gécamines, Bester Tambwe NGOY.

Considérant la Générale des carrières et des mines (Gécamines) comme la fille aînée du ministère des Mines, et ayant compris que ce géant minier fait face à beaucoup de difficultés, N’samba Kalambay a examiné avec son hôte les potentialités qu’a aujourd’hui cette entreprise pour être relancée afin qu’elle puisse redorer son blason d’hier.

“Je considère la Gécamines comme notre fille aînée; la Gécamines a des difficultés aujourd’hui, et nous avons eu des échanges avec la direction générale, le DG a.i; nous avons échangé sur les potentialités que la Gécamines a pour être relancée, afin qu’elle puisse redorer son blason d’hier”, a-t-elle confiée à la presse.

Cette réunion a également tourné autour des réserves qu’a la Gécamines, parce qu’elle envisage faire la prospection pour pouvoir certifier ce qui lui reste comme réserve.

Antoinette N’samba Kalambay dit avoir échangé avec le DG a.i de la Gécamines sur les Joints ventures (J V) que la Gécamines a eu à signer avec certaines entreprises.

Un autre point qui a figuré à l’ordre du jour, c’est celui de la formation des agents et cadres de la Gécamines, pour le renforcement de leurs capacités, en ce qui concerne le cahier des charges.

Répondant à la question de la prétendue “vente à vil prix” d’un terrain de la Gécamines à une entreprise implantée dans le Haut-Katanga, le directeur général ad intérim, Bester Tambwe Ngoy, qualifie cette dénonciation de “sensationnel”. “Vous savez ce qui se raconte, quand nous, nous comprenons des choses. On trouve que c’est du sensationnel, parce que, dans le partenariat nous avons ce qu’on appelle le J.V, et là réellement la Gécamines a mis ensemble avec les partenaires, les gisements où elle bénéficie une partie des parts; et lorsque nous parlons de l’amodiation, c’est-à-dire que, la Gécamines a mis son gisement en location”, a-t-il dit.

Il poursuit en expliquant qu’une amodiation veut dire, si la Gécamines se rend compte que celui qui est en charge du gisement ne le gère pas bien, elle peut toujours revenir là-dessus.

“C’est possible de récupérer un gisement qui a été engagé dans un partenariat, dans une amodiation, et ou dans une J.V dans la mesure où la gestion n’est pas bonne”, a-t-il précisé.

Puis d’ajouter :”Une chose est certaine, lorsque vous avez engagé quelque chose dans un projet, pour y revenir il y a beaucoup de préalables en termes des conditions”, s’est-il exprimé.

Bester Tambwe Ngoy renseigne, par ailleurs, qu’il a été très clair, dans ses échanges avec la ministre, afin que cette dernière puisse défendre son entreprise auprès des instances supérieures.

“C’est une très grande joie pour nous, de recevoir notre ministre de tutelle; nous espérons un support, et un accompagnement auprès d’elle. C’est comme ça que nous avons été très clair avec madame la ministre, pour qu’elle puisse comprendre nos difficultés, de manière à pouvoir nous défendre auprès des instances supérieures”, a-t-il chuté.

Pour rappel, une découverte tristement mauvaise a été faite par le journaliste Israël MUTOMBO de Bosolo TV à la générale des carrières et des mines (Gécamine) dont le siège est basé à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, laquelle découverte révèle qu’un terrain minier de la Gécamines a été vendue, avec la bénédiction du président du conseil d’administration, Albert YUMA, à un vil prix à la société minière du Katanga ( SOMIKA) en sigle.

Ce journaliste d’investigations a fait cette révélation au cours de son émission “Bosolo na politique”, dont la vidéo continue d’affoler la toile, et de faire couler beaucoup d’encres et de salives.

“Un constat amer a été observé à la Gécamines depuis 2012, où le sénateur à vie, Joseph KABILA aurait cédé plusieurs carrés miniers à vil prix, selon les informations de certaines personnes qui ont voulu s’expliquer dans l’anonymat,” dit-il au cours de son émission.

Israël MUTOMBO poursuit en disant : “l’équipe de Bosolo na politique est tombée sur un contrat signé en 2015, où un terrain de la Gécamines a été cédé à la société minière du Katanga ( SOMIKA) en sigle, pour 23 ans d’exploitation à seulement dix millions de dollars américains. Ce contrat est signé par Albert YUMA Mulimbi, président du conseil d’administration de la Gécamines, et son ancien directeur général ad intérim Jacques KAMENGA, sans aucune influence du Fonds monétaire international ( FMI) en sigle, encore moins de la Banque mondiale”, dénonce-t-il dans cette vidéo.

” Ce qui est écœurant, et énervant en même temps c’est que, la société bénéficiaire de ce terrain, sera capable de gagner environ 3 milliards de dollars américains qui proviendront de l’exploitation”, avait-il commenté.

“Selon les études menées, si la SOMIKA exploitait ce terrain, il pourra gagner 3,5 milliards de dollars américains, donc l’État a totalement perdu,” révèlait-il.

De plus, il sied de rappeler que bien avant cette visite à la Gécamines, la ministre des mines a eu un tête-à-tête dans la matinée avec le gouverneur Jacques KYABULA Katwe, afin de lui expliquer l’objet de sa mission qui porte sur la problématique de l’exploitation illicite des minerais, la présence des étrangers dans les sites miniers artisanaux, et le paiement des taxes qui est une obligation des exploitants miniers.

Gédéon ELONGA Béni/CONGOPROFOND.NET