Connect with us

Actualité

Marche “Lamuka” : le journaliste Ligodi libéré, le ministre Muyaya révolté !

Published

on

Brutalisé et arrêté dans l’exercice de son métier lors de la marche organisée par les opposants au régime Tshisekedi et violemment réprimée par la police nationale Congolaise, le journaliste Patient Ligodi patron des médias en ligne Actualité.cd et Deskeco et correspondant de la Radio France Internationale (RFI) a été relâché après plusieurs interventions des journalistes et certaines autorités nationales.

Après son relâchement, Patient Ligodi relate son calvaire : “Ils m’ont traîné par terre, m’ont brutalisé et m’ont mis à l’arrière d’un véhicule de la Police. Ils se sont assis sur moi. Ils étaient deux sur moi. Ils me piétinaient. Ils m’insultaient et fouillaient mes poches. Les policiers étaient déjà sur les nerfs. Quand je suis arrivé au niveau de quartier 3 (à Masina), il y avait déjà Martin Fayulu et Adolphe Muzito qui étaient en pleine discussion avec la Police. Les esprits étaient déjà surchauffés”, explique-t-il.

“Ils m’ont empêché d’arriver sur le lieu. Ils m’ont mis à terre. Ils m’ont pris mon téléphone, mon dictaphone ainsi que ma montre. Martin Fayulu a insisté pour qu’ils puissent me rendre mes biens. Ils m’ont rendu mon téléphone et mon dictaphone, mais ils ont continué à me battre et sont partis avec ma montre”.

” J’ai continué mon travail. Arrivé sur un saut-de-mouton, quand j’ai voulu faire une interview avec Martin Fayulu, il y a un responsable de la Police qui a donné l’ordre qu’on me prenne moi et moi seul, je crois qu’il m’avait déjà identifié…”

Ayant encore son téléphone sur lui, il dit avoir appelé le porte-parole du gouvernement, le ministre Patrick Muyaya et le Chef de la Police pour expliquer ce qui s’est passé.

Une fois que l’ordre a été donné de le laisser, ils ont fait sortir Patient de la voiture brutalement et l’ont traîné encore par terre et les autres journalistes sur place, l’ont récupéré.

Libre, Patient Ligodi annonce se rendre à l’hôpital pour un check-up car, dit-il, il a des douleurs au niveau du dos et des égratignures au niveau des bras.

Sur son compte Twitter Patrick Muyaya promet qu’une enquête est en cours pour établir les responsabilités.

“J’ai parlé avec le numéro 1 de la Police qui a délégué le porte-parole de la Police pour qu’on fasse le point sur ce qui s’est passé. Nous condamnons ces bavures policières. Les enquêtes sont en cours pour identifier les policiers qui sont à la base de cette situation et ils seront sévèrement sanctionnés”, a rassuré Patrick Muyaya.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET