Connect with us

Politique

Lualaba : la Cour Constitutionnelle appelée à rétablir la paix sociale( Analyse de Papy Tamba)

Published

on

Les Lualabais n’attendent de la haute cour que le droit soit bien dit dans le dossier de Richard MUYEJ MANGEZE MANS dans toute sa rigueur, pour leur permettre au moins de tourner définitivement la page sombre de leur province ouverte par quelques individus bien identifiés.

Si ce coin de la République garde encore des stigmates de la guerre de 80 jours, il se sent de nouveau attaqué dans son âme avec le feuilleton MASUKA. Pourquoi a-t-elle cédé à la tentation d’un coup d’État qui déstabilise toute la province ? Heureusement que les juges constitutionnels ont encore toutes les manettes pour ramener la paix sociale et le vouloir-vivre ensemble qu’attendent les Lualabais.

Le droit, quand il est bien dit, est réparateur.Tout le peuple noir du monde entier se doit-être reconnaissant envers les décisions judiciaires qui ont concouru à l’abolition de l’esclavagisme. Il a suffi à quelques juges BLANCS de prendre leur responsabilité devant leurs frères BLANCS, pour prendre des décisions qui ont rétabli la dignité de l’homme noir. Ceci n’est qu’un chat parmi les animaux, un exemple parmi tant d’autres. *“Le courageux a du courage et le brave aime à le montrer”,déclarait à juste titre Joseph JOUBERT. Tenez.

C’est un secret de polichinelle que certaines personnes, dans l’entourage du Chef de l’État, tentent les coups, leurs propres coups. Chaque déstabilisation dans la société a toujours ses profiteurs, ce qui n’est d’aucun intérêt pour le président de la république lui-même.* Le choix de dire le bon droit participera au bilan attendu à la Cité de l’union africaine pour la province du Lualaba meurtrie par l’épisode MASUKA. Rappelons qu’elle a été élue Vice-gouverneure et pas gouverneure de cette nouvelle province qui se trouve désormais à l’arrêt. D’ailleurs, que gagnera-t-elle par une élection anticipée ? A-t-elle les épaules pour affronter un tel enjeu à mi-mandat ?

Le dossier est déjà dans la rue…

C’est même cela la grande difficulté de la haute cour. Juger un dossier qui s’est déjà forgée sa propre opinion au sein de la population est une épreuve que je ne souhaite à aucun magistrat.

Les Lualabais le savent, avant même que la Cour Constitutionnelle se prononce: la loi a été bafouée et violée, l’argent a circulé et certains politiques sont à la commande pour des intérêts personnels et inavoués. Les Lualabais sont aussi informés du complot ourdi contre le gouverneur Richard MUYEJ MANGEZE MANS. Ce qui ne milite pas en faveur d’un État de droit prôné par le président de la république. Il faut du courage à nos juges pour faire échouer un plan machiavélique qui risque de ternir leur image des haut-magistrats

“On ne peut pas faire semblant d’être courageux.”, disait Napoléon Bonaparte. Le courage se vit et mérite qu’on le vive. Quelques individus ne peuvent pas, à eux seuls, compromettre la paix sociale dans une province. Les juges constitutionnels ont fort à faire.

“Un juge habitué est un juge mort pour la justice.”, Charles PÉGUY. Que le droit soit BIEN dit, le droit vous sera lui-même reconnaissant, messieurs les juges*. L’histoire congolaise s’écrit avec l’épisode MASUKA. Réparer l’injustice ou la favoriser ?

*L’homme qui lutte pour la justice et la vérité trouvera toujours le moyen d’accomplir son devoir tout entier, préface de Victor Hugo dans les châtiments

Papy TAMBA


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Ituri : L’insécurité fait vider hôpital Général de Lolwa de ses malades !

Published

on

L’hôpital général de référence de Lolwa, se trouvant sur le tronçon Komanda-Mambasa, vient de se vider de ses malades, depuis l’attaque controversée du mercredi 10 août dernier, dans cette entité du territoire de Mambasa.

Cette information vient d’être confirmée par le médecin chef de zone de santé, le docteur Patrick Mbarikale, qui a rapporté la nouvelle à la rédaction du CONGOPROFOND, ce vendredi 12 août 2022, en précisant que les 15 malades admis aux soins dans cette structure, ont pris fuite craignant pour leur sécurité.

48 heures après, personne d’entre eux n’est revenu pour poursuivre les soins, renseigne t-il.

« La situation n’est pas du tout bonne, tout le monde cherche à se sauver. Il y avait 15 malades, tous ont fui. A Lolwa, il y a quelques civils », a-t-il indiqué.

Notons que des coups de feu ont été entendus à Lolwa, dans la nuit du mercredi 10 au jeudi 11 août 2022.

Pour la société civile de Mambasa, il s’agit d’un échange des tirs entre deux unités des FARDC.

Par contre, du côté de l’armée, on indique qu’il s’agissait d’une attaque des ADF, qu’ils ont repoussée.

Vérité JOHNSON/CONGOPROFOND.NET.


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising