Connect with us

Santé

L’OMS présente ses excuses aux victimes des violences sexuelles en RDC

Published

on

La commission d’enquête sur les violences sexuelles commises en République démocratique du Congo, pendant la période de la lutte contre l’épidémie à virus ebola instituée par l’organisation mondiale de la santé a rendu son rapport d’enquête.

Elle note dans son rapport que ces abus sexuels ont été facilités par des défaillances structurelles et de négligences individuelles. Ces actes ignobles ont été commis aussi bien par des agents locaux que par des fonctionnaires internationaux venus pour la riposte contre le virus Ebola entre 2018 et 2020.

C’est dans ce contexte que le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a présenté ces excuses aux victimes en ce terme:  » Je suis désolé. La première chose que je tiens à dire aux victimes et aux survivants c’est que je suis désolé. Je suis désolé, désolé de ce qui vous a été imposé par des personnes qui étaient employées par l’OMS pour vous servir et vous protéger ». Il promet par ailleurs des conséquences sévères contre les auteurs de ces actes lors de la conférence de presse de la commission d’enquête qui rendait ses conclusions.

Signalons par ailleurs que la commission d’enquête a identifié 83 auteurs présumés de ses actes dont 21 employés directs de l’OMS. L’OMS a ainsi mis un terme au contrat des quatre agents cités dans cette affaire ainsi que des hauts responsables qui sont placés en congés administratifs.

David Mukendi/ Congoprofont.net.


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Kinshasa : Du gaz lacrymogène pour disperser des médecins ayant barricadé les avenues Huilerie et colonel Ebeya !

Published

on

Un embouteillage monstre a régné ce mercredi 21 septembre aux environs de 13 heures au croisement des avenues Huilerie et colonel Lukusa. Et pour cause ! Des médecins vêtus en tenue de service ont barricadé la route pour protester contre l’indifférence des autorités face à leurs revendications exprimées depuis plusieurs mois. 

Intervenant pour décanter la situation, les forces de la police congolaise ont rencontré la résistance des manifestants. Elle ont dû recourir aux gaz lacrymogènes afin de les disperser.

Bloqué durant près d’une heure, l’avenue colonel Lukusa a difficilement repris son trafic grâce à l’implication des éléments de la police.

Au cœur du conflit, convient-il de rappeler, c’est la mise en œuvre de l’accord signé entre les syndicalistes et le gouvernement le 3 août 2021 sur les conditions de travail des médecins. Les blouses blanches exigent, entre autres, des indemnités de transport et de logement, telles que négociées.

De son côté, le gouvernement a annoncé l’organisation dans les prochains jours d’un atelier dit d’harmonisation des vues pour permettre de finaliser le dialogue et d’éviter la paralysie du secteur sanitaire.

Notons que la grève persiste dans les hôpitaux publics tant à Kinshasa que dans le Congo profond. A l’hôpital général de Kinshasa( ex Mama Yemo), les lits de plusieurs salles de soins sont remplis de patients. Les quelques médecins présents font le tour et se relaient depuis près de deux mois pour tenir le service.

Rappelons que les organisations des médecins désignent le gouvernement comme responsable de cette situation.

Désiré Rex Owamba/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising