Connect with us

Société

Le député Paul Babangu: « L’État de siège ne veut pas dire que les militaires sont devenus des petit frères de Jésus ! »

Published

on

Le député national Paul Babangu condamne les multiples cas des tracasseries militaires en territoire d’Irumu en province de l’Ituri.

Cet élu de ce territoire et avocat de profession précise que les militaires restent militaires et doivent servir sous le drapeau, malgré l’état de siège, dans les respects des droits humains. Il promet de porter plainte contre tout militaire qui sera accusé de violations des droits de l’homme et de suivre l’affaire jusqu’à ce que qu’il soit condamné, « si la population lui fournit des éléments de preuve ».

« …L’état de siège ne veut pas dire que les militaires sont devenus des petits-frères de Jésus… » a-t-il dit.

A lui de poursuivre que le chef de l’État a envoyé ces militaires pour donner la paix à la population et non pour la tracasser car celle-ci risquerait de faire revivre les hostilités ou rejeter la province dans les hostilités.

Notons-le, certains militaires sont accusés de tracasseries sur le tronçon Komanda-Bunia en territoire d’Irumu.

Selon les usagers, ces militaires leur exigent de l’argent dans plus de 10 barrières qu’ils ont installées sur cette route. Sans le montant exigé, ce sont des menaces, voire extorsion qui s’en suivent.

Près de Komanda comme à Marabo, se sont les contrôles des cartes qui ont été instaurés. Les détenteurs d’attestation de perte de pièces ou ceux ne détenant pas des cartes d’identité sont obligés de payer un montant allant de 10000 à 20000Fc, au risque d’être conduit au cachot.

Estimant « de trop » cette situation, l’Union nationale des agences de transport (UNATRA), ayant son siège à Butembo, invite le gouverneur de la province de l’Ituri à mettre fin à cette situation. Au cas contraire, elle menace de suspendre le trafic sur l’axe Komanda-Bunia.

Vérité JOHNSON/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Coupures d’électricité à Kinshasa : Triangle maffieux entre agents SNEL, tenanciers de terrasses et Ligue des champions !

Published

on

Des perturbations en fourniture d’électricité sont monnaie courante dans la ville de Kinshasa et touchent pratiquement la quasi-totalité de ses quartiers.

La Société nationale d’électricité, SNEL, est une entreprise de l’Etat qui assure la production et la distribution de l’énergie électrique, avec un quasi-monopole dans ce secteur.

Avec l’extension de la ville de Kinshasa ayant entrainé le surpeuplement, les infrastructures de desserte en énergie électrique n’ont pas suivi cette explosion démographique.

Elles sont non seulement saturées, mais aussi très vétustes. Cette situation ne permet pas à la Snel d’approvisionner en électricité tous les coins et recoins de la grande megapole de plus de 10 millions d’âmes.

Depuis la reprise de la Ligue des Champions, avec ses affiches alléchantes, les tenanciers de bars et terrasses de Kinshasa ont aussi dejà pris de dispositions pour attirer le plus de monde en mettant à leur disposition des écrans et des groupes électrogènes pour pallier aux coupures intempestives de l’énergie électrique.

La Ligue des champions, convient-il de souligner, est une véritable opportunité d’affaires pour l’UEFA, les multinationales, le pays qui abritera la finale, les équipes participantes, les diffuseurs et même les téléspectateurs, notamment les parieurs.

Bien qu’aucune équipe de la République démocratique du Congo ne participe pas à cette fête du ballon rond, les Congolais ne vont pas se priver du plaisir de soutenir les équipes de leurs choix d’autant plus que quelques uns de leurs compatriotes joueurs y participeront.

Et les barmans eux, saisissent l’occasion d’augmenter leurs recettes en proposant aux clients de suivre toutes les rencontres dans un cadre plus ou moins propre.

Sur l’avenue Victoire, dans son tronçon compris entre la rivière Kalamu et la chaussée de Kimwenza, un des coins de la capitale congolaise les plus mouvementés, la bière a coulé à flot au cours de la dernière journée de la Ligue des Champions et tout porte à croire que les ventes vont augmenter.

« Nous nous attendions à une grande affluence notamment ce mardi pour le match Bayern Munich- Barcelone et celui de Real Madrid face à Leipzig. Il y a eu beaucoup des clients. Les affaires étaient bonnes. 50 casiers ont été mis au frais. On a accueilli du monde », s’est réjoui le gérant du bar Chez Tonton.

Il a ajouté que son établissement a enregistré une augmentation des recettes journalières de 10% et que ces chiffres seraient plus élevés si le courant ne s’était pas rétabli à la mi-temps.

Qu’est ce qui motive les clients à suivre le match dans les terrasses plutôt que dans leurs domiciles respectifs?

Hormis l’ambiance festive qui y règne, les coupures intempestives du courant avant et pendant les matchs sont aussi l’un des facteurs de cette affluence.

Des habitants de cette partie de Kinshasa citent des arrangements entre les propriétaires des bars et des agents de la Société Nationale d’Electricité (SNEL) pour couper le courant afin de favoriser leurs affaires.

Le constat est que ces coupures du courant lors de la période des matchs de la Ligue des Champions ne sont que rarement anodines.

Certes la vétusté des câbles du réseau de la SNEL y est pour beaucoup.

Mais généralement, elles surviennent en période des compétitions sportives et surtout de la Champion’s League.

Et les journaliers ou intervenants occasionnels de la Snel se font rémunérer soit en espèces sonnantes et trébuchantes soit en nature.

Question d’orienter la population vers les terrasses et bars.

Et cela est d’autant manifeste que lors des grandes joutes de la Champion’s League, il est de notoriété publique que de noter qu’il y aura panne ou coupure soit dès très tôt le matin.

« Exactement, les coupures du courant interviennent souvent en période des matchs de la Ligue des Champions. Si elles n’interviennent pas la veille ou avant le match, vous aurez toujours des problèmes. La situation semble toujours réglée quelques minutes après le coup de sifflet final. Soit à quelques minutes du début de la rencontre », nous raconte Stephane Kamba, un habitant du quartier Kauka.

En voilà où en sommes nous parvenus avec l’esprit très très « spirituel » du Congolais en général et du Kinois en particulier.

Interrogé en incognito, un agent monteur-ligne du Centre des Ventes et Services de Matonge, situé au croisement avenue Ikelemba et Kasa Vubu, reconnait qu’il y a une entente entre certains agents et les tenanciers des bars et terrasses.

« Ils nous payent soit en argent, soit 50 USD pour le mois et en nature. On a la possibilité de prendre 2 ou 3 bières chaque soir ou lors des dits matchs si nous remplissons nos obligations. », nous confie cet agent de la SNEL.

Il nous apprend aussi que les chefs sont non seulement informés de ces arrangements mais ils y sont aussi parties prenantes.

« Bien sûr, nos chefs sont au courant. Bien souvent, c’est eux mêmes qui traitent directement avec les gérants et ils nous envoient juste éxècuter la sale besogne. Il arrive que nous nous disputions les bars et terrasses avec eux, » ajoute cet agent de la SNEL.

Face à cet état de chose, le Ministre ayant en charge l’Energie, le Directeur Général de la SNEL et d’autres agents doivent prendre des mesures pour décourager les agents vereux et les dits tenanciers. Ils doivent être sanctionnés pour en terminer avec ces pratiques arnaqueuses digne de la période de prohibition aux USA. Cela doit cesser.

Bishop Mfundu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising