mbet

Connect with us

Actualité

RDC : le gouvernement et l’UNESCO lancent le rapport d’état sur le système éducatif

Published

on

C’est ce jeudi 20 mai 2021 au Capitole de l’hôtel Rotana, dans la commune de Gombe, que le ministre national de l’enseignement primaire, secondaire et technique ( EST) a lancé les travaux de validation des annuaires statistiques de 2018-2019 et 2019-2020 et procédé au lancement du processus du rapport d’état sur le système éducatif.

Pour Jean-Pierre Ilboudo, représentant de l’UNESCO en RDC, les données disponibles permettront, au pays et à l’ensemble des partenaires techniques et financiers, d’être mieux outillés pour assurer une mise en œuvre plus efficace des programmes et projets d’appui au développement du système éducatif, en particulier le vaste programme national de la gratuité de l’éducation de base.

Il continue, en soutenant qu’en réalité, l’atelier de ce jeudi est pour célébrer ensemble dans la joie et la gaieté un succès collectif.

“En effet, la RDC fait partie des trois pays de l’Afrique Centrale qui ont réussi à produire leurs annuaires statistiques malgré la pandémie de la Covid-19. La disponibilité de ces données ouvre la voie à la seconde étape du processus sectoriel qui va porter sur l’élaboration du diagnostic du secteur de l’éducation et de la formation. Il s’agit d’une importante initiative qui s’inscrit dans le processus de mise à jour du plan sectoriel et de mise en place des conditions nécessaires à l’accès au financement du partenariat mondial pour l’éducation d’un montant total cumul de 352 millions de dollars », s’est exprimé Jean-Pierre Ilboudo.

Au delà de ces annuaires, ajoute Jean-Pierre Ilboudo, la mise en œuvre du nouveau projet SIGE permettra à dix nouvelles provinces, d’équiper tous les ministères en charge de l’éducation avec des outils informatiques modernes, d’installer des systèmes d’énergie solaire dans les nouvelles provinces bénéficiaires de la décentralisation et de renforcer les capacités techniques des cadres des services centraux et provinciaux sur l’autonomisation de la gestion du système d’information.

Pour sa part le ministre de l’EPST, le profeseur Tony Mwaba, a, devant les représentants de la banque mondiale, l’UNESCO et d’autres partenaires éducatifs entant que Président de la commission nationale pour l’UNESCO remercié les acteurs qui ont concouru à l’élaboration de ces statistiques qui pourront alimenter la revue sectorielle et l’élaboration du RESEN 2021 pour pouvoir orienter les décisions du gouvernement dans le secteur de l’éducation.

La publication des annuaires statistiques qui couvre l’ensemble du secteur de l’éducation entre aussi dans le cadre de la mise en place du système d’information pour la gestion de l’éducation SIGE que le gouvernement s’engage à matérialiser.

En effet, le SIGE devra ainsi être fonctionnel et produire régulièrement des données statistiques nécessaires pour la gestion et le pilotage du secteur sur financement propre de l’État.

Ce double événement a connu la participation des autres ministres impliqués dans l’éducation notamment de l’enseignement supérieur et universitaire et celui de la formation professionnelle. Il est à noter que ces travaux ont connu l’appui technique de l’UNESCO et financier de la Banque Mondiale.

Petit Ben Bukasa/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Congrès pour la désignation d’un membre de la cour constitutionnelle : Bahati tente un passage en force !

Published

on

Le président du Congrès du parlement sur la désignation d’un membre de la cour constitutionnelle, Modeste Bahati Lukwebo, a créé un incident à la plénière de ce vendredi 27 mai.

Alors que les discussions de poursuivaient et que les parlementaires (députés et sénateurs) ont émis le vœu de passer au vote de la plénière après l’échec de la commission paritaire mixte mise en place en vue d’étudier les dossiers de candidature, Bahati a d’abord tenté de remettre la procédure à la case du départ en insistant sur le fait que c’est au sénat qu’il appartient de désigner seul le représentant de la cour constitutionnelle pour le quota du parlement.

Les sénateurs et députés nationaux présents à la plénière ont trouvé en Bahati Lukwebo la volonté manifeste de saper les efforts des parlementaires sur la procédure.

Un comportement étonnant, en effet, d’autant plus qu’aucun texte règlementaire n’établit que le candidat devrait provenir du sénat. Qu’à cela ne tienne, les parlementaires ont accédé à la demande d’accorder l’avantage au sénat, étant donné que l’assemblée nationale, elle, a à son compte les deux autres juges auprès de cour constitutionnelle.

Pour cette raison, cinq candidats ont été éliminés et les deux qui sont restés dans la course sont membres du sénat.
Bahati étonne les parlementaires en voulant coûte que coûte faire placer un sénateur de son obédience politique. Les ambitions politiques du président du Sénat sont mises au jour.

Devant l’ambition de faire placer son juge à la cour constitutionnelle, Bahati a empêché les parlementaires de procéder au vote. Sous l’effet de la colère, il a arrêté la plénière : “C’est fini, nous allons envoyer les deux dossiers au président de la République pour nous départager”, a clamé le président du sénat.

Les parlementaires témoins de l’acte de Modeste Bahati Lukwebo n’ont pas tardé à manifester leur mécontentement. Pour le député National Modeste Kazwazwa, l’acte du président du Congrès est une insulte à la République et au peuple congolais qui attend de son parement des actions pour l’avancement démocratique. Le député national Guy Mafuta, émotionné devant l’incident, pense que Bahati profite d’un vide juridique.

Émile Yimbu/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising

K-WA Advertising