Connect with us

Economie

La RDC à la 9ème réunion du Réseau parlementaire africain sur les flux financiers illicites et la fiscalité ouverte ce lundi à Dakar

Published

on

C’est ce lundi 27 septembre que s’ouvre à Dakar, capitale du Sénégal, la 9e réunion du Réseau parlementaire africain sur les flux financiers illicites et la fiscalité. Plusieurs personnalités congolaises sont attendues à cette session qui se tiendra jusqu’au jeudi 30 septembre. Dans le lot, Mme Ritha Bola, coordonnateur de la Brigade anti-fraude de Kinshasa.

Après Vigo, en Espagne, où elle a été, du 16 au 17 septembre dernier, à la foire internationale MindTech, Ritha Bola va communiquer, au pays de Léopold Sedar Senghor, sur le rôle de la Brigade Antifraude de Kinshasa dans la lutte contre toutes formes d’antivaleurs qui gangrènent la capitale congolaise et apporter sa lecture fiscale à cet effet.

Le coordonnateur de la Brigade Antifraude de Kinshasa entend ainsi défendre les valeurs et la méthodologie appliquées par son institution pour traquer les inciviques fiscaux, afin de recadrer les recettes dues à la ville de Kinshasa.

Ritha Bola, convient-il de rappeler, est à la tête de la Brigade Antifraude de Kinshasa, créée en décembre 2020 par arrêté du Gouverneur de la Ville de Kinshasa. Sa nomination est intervenue le 24 avril dernier.

Notons que le Tax Justice Network Africa est un réseau dirigé et animé par les parlementaires de toute l’Afrique subsaharienne qui cherchent à être le fer de lance de la lutte contre les flux financiers illicites sur le continent.

Lancé en janvier 2007 lors du Forum social mondial (FSM) qui s’est tenu à Nairobi, TJNA promeut des systèmes d’imposition socialement justes, responsables et progressifs en Afrique. Il préconise des politiques fiscales avec des résultats favorables aux pauvres et des systèmes fiscaux qui limitent les fuites des ressources publiques et améliorent la mobilisation des ressources nationales.

Sain Jean-Eude’s Miense/CONGOPROFOND.NET


There is no ads to display, Please add some

À la Une

Mines : Kibali aux commandes de la création de valeur durable

Published

on

 L’investissement de la mine d’or de Kibali en République Démocratique du Congo dépasse maintenant $4 milliards et a créé une économie régionale florissante dans une région reculée du pays grâce à des partenariats avec des entrepreneurs locaux bénéficiant d’un encadrement, à l’amélioration des communautés d’accueil et à la modernisation des infrastructures essentielles.

Lors d’un point de presse ce mardi 5 juillet, Mark Bristow, Président et Directeur Général de Barrick, a déclaré que Kibali n’était pas seulement la plus grande mine d’or d’Afrique, mais aussi un leader mondial en matière d’automatisation, d’initiatives de durabilité, d’énergie propre et de formation professionnelle.

« Grâce à la politique de Barrick en matière d’emploi et de promotion au niveau local, 94% de la main-d’œuvre de Kibali, y compris sa direction, sont des ressortissants congolais. Aujourd’hui, Barrick fait également la promotion de l’emploi des femmes dans l’industrie minière, traditionnellement dominée par les hommes, grâce à des campagnes de recrutement ciblées et à des programmes de développement conçus pour les préparer à des carrières enrichissantes à tous les niveaux de l’organisation, », a-t-il ajouté.

Kibali est en bonne voie pour atteindre ses objectifs de production pour l’année et a de nouveau enregistré un trimestre sans accident avec perte de poste. Ses trois centrales hydroélectriques de classe mondiale atténuent l’impact de la hausse des prix du carburant et réduisent considérablement l’empreinte carbone de la mine. Selon Bristow, les centrales ont été construites bien avant que le changement climatique ne devienne une question prioritaire, ce qui démontre l’engagement de longue date de Barrick en faveur de la durabilité dans toutes ses activités.

Les réserves d’or de Kibali ont augmenté, remplaçant les quantités exploitées durant les trois dernières années, et le forage de conversion en cours devrait poursuivre cette tendance, malgré une production supérieure à 5.7Moz d’or à ce jour1. L’exploration en cours offre de nouvelles opportunités de croissance avec un potentiel d’accroissement de la base des ressources minérales au-delà de l’étude de faisabilité initiale.

Les projets locaux de durabilité comprennent la construction d’une ferme aquaponique de classe mondiale et celle d’un centre de formation professionnelle et technique pour promouvoir le renforcement des capacités au sein de la communauté. Suite à son approbation par le gouvernement, la mise en œuvre du mécanisme de cahier des charges a pu commencer. Il s’ajoutera à l’engagement actuel d’investir 0.3% du chiffre d’affaires dans des projets communautaires identifiés en consultation avec les comités de développement communautaire de la mine.

Kibali continue également à investir dans l’avenir de la biodiversité africaine en soutenant le parc national de la Garamba, qui a vu une augmentation substantielle de la population de girafes et la quasi-élimination du braconnage des éléphants. Elle parraine également un projet de réintroduction du rhinocéros blanc dans le parc, ce qui est essentiel dans la campagne à long terme de protection de cette espèce menacée.

« Le parcours de Kibali a créé une valeur énorme pour toutes ses parties prenantes et constitue un exemple remarquable de ce que les partenariats mutuellement bénéfiques peuvent accomplir. Sa grande réserve en or signifie qu’elle a un long avenir devant elle en tant que moteur de la croissance économique et du développement communautaire, » a déclaré Bristow.

Tchèques Bukasa/CONGOPROFOND.NET

There is no ads to display, Please add some
Continue Reading

K-WA Advertising